Terrorisme: MM Wauquiez et Didier, deux dangereux fans de «Minority Reports»

Bonjour

C’est une vidéo à conserver : « Quand Valls et Wauquiez s’empoignent à l’Assemblée ». On connaît Manuel Valls, 53 ans ; on connaît moins Laurent Wauquiez, 41 ans seulement, auquel Le Canard Enchaîné de cette semaine consacre un bien joli portrait. Son parcours officiel ne le destinait pas à la caricature politique, encore moins à la droite extrême :

« Après des études secondaires au collège Victor-Duruy , au lycée Louis-le-Grand et au lycée Henri-IV, il entre en 1994 à l’École normale supérieure. Il y poursuit des études d’histoire, soutient un mémoire de maîtrise sur « Le Flambeau des “Mille et une nuits” et l’Orient des Lumières, 1704-1798, » avant d’être reçu premier à l’agrégation d’histoire. Diplômé en 1998 de l’Institut d’études politiques de Paris, titulaire d’un DEA de droit public obtenu l’année suivante, il choisit finalement l’École nationale d’administration (major de la promotion Mandela). »

Passage à l’acte

Dans la nuit du mardi 19 au mercredi 20 juillet, les députés votaient la prolongation de six mois de l’état d’urgence à la suite de l’attentat à Nice. C’est vers 2 h 40 du matin, que le député Laurent Wauquiez a critiqué l’action du gouvernement avec une particulière virulence. Il entend, pour lutter contre la menace terroriste, que l’on « change le droit ». Il a reproché au Premier ministre  ne pas prendre « les mesures qui permettent de s’adapter » à la recrudescence des attentats et d’avoir fait preuve de laxisme. Un grand classique. Les propos du député (Les Républicains, Haute Loire) l’étaient moins, qui s’intéresse aux « suspects potentiels » (sic).

« Est-ce que nous attendons le passage à l’acte ou est-ce que nous nous dotons d’outils juridiques qui permettent de mettre hors d’état de nuire des individus suspects avant qu’ils ne passent à l’acte. »

Nous approchons là du dur (et de la droite) extrême. Très précisément aux frontières dessinées par Philip K. Dick (1928-1982) dans Minority Reports. M. Wauquiez est, grâce à l’Etat français, trop cultivé pour ne pas connaître cette œuvre essentielle à la compréhension de ce qui mine et sape, minera et sapera, la démocratie : une sorte de politisation de la psychiatrie : construire les outils scientifiques et juridiques qui permette d’agir (d’enfermer, pour commencer) avant le passage à l’acte.

Généralement accusé de droite par une gauche qui ne sait plus qui elle est, Manuel Valls sut, cette nuit là,  répondre à M. Wauquiez ce que l’on attendait :

« La France dont je dirige le gouvernement ne sera pas celle où seront instaurés des centres où l’on enferme de manière indéterminée pour un temps indéterminé des individus qu’on suspecte, pour reprendre votre mot. »

Placer en rétention

Non loin de Laurent Wauquiez, Geoffroy Didier, 40 ans, vice-président du Conseil régional d’Ile-de-France :

« Diplômé de l’Institut d’études politiques de Paris et de l’ESSEC, titulaire d’une maîtrise et d’un DEA de droit des affaires à l’université Paris II Panthéon Assas. Diplômé de la faculté de droit de l’université Columbia de New York (Master of laws), puis « scholar » de l’université Harvard. Devient ensuite avocat aux barreaux de New York et de Paris.  Commence alors à se créer une notoriété en envoyant des tribunes aux journaux français Le Figaro, Libération ou encore Les Échos. De retour en France, travaille dans le cabinet d’avocat Veil-Jourde, dirigé par Jean Veil qu’il quitte en 2005 lorsqu’il travaille pour le ministre Brice Hortefeux. Est aujourd’hui collaborateur du cabinet Carbonnier Lamaze Rasle depuis le 1er janvier 2015, où il a rejoint le département ‘’ Corporate, financement et opérations internationales’’ ».

 Répondant il y a quelques jours aux questions du Point.fr. M. Didier rejoignait M. Wauquiez :

« Je propose d’enfermer dans un centre de rétention tout individu formellement identifié par les services de renseignements comme étant radicalisé ou en voie de radicalisation. La logique qui consiste à attendre qu’un fanatique ait commis un acte terroriste pour l’interpeller et l’enfermer est obsolète. Les immigrés clandestins sont placés dans des centres de rétention administrative par des gouvernements de gauche comme de droite. Qui cela choque-t-il ? Pourquoi ce qui est acceptable pour les sans-papiers ne le serait-il pas pour des apprentis terroristes qui se préparent à tuer nos enfants, nos policiers et nos prêtres ? Nous n’avons plus le choix : protégeons-nous. »

Etat de droit en question

Nous sommes le 28 juillet 2016. Voici ce que l’on peut lire dans l’éditorial, ourlé, du Figaro :

« Anticonstitutionnel(lement) n’est pas seulement le mot le plus long de la langue française, il est aujourd’hui en passe de devenir le plus utilisé dans la majorité. L’exécutif semble lui prêter le pouvoir magique de clore – voire d’interdire – le débat sur l’opportunité de renforcer l’arsenal antiterroriste. Ainsi une grande partie des propositions de l’opposition – et notamment le placement en rétention des personnes fichées S les plus dangereuses – font-elles l’objet de ce verdict qui se veut sans appel: elles seraient «anticonstitutionnelles», et donc inapplicables. Ou encore «contraires à l’État de droit» – une variation sur le même thème.

«Il n’est pas certain que l’argument satisfasse tous ceux, non juristes s’entend, qui continueraient malgré tout à se demander comment des individus repérés par la justice n’ont pas été empêchés de commettre leurs crimes. Ni les linguistes qui pourraient s’interroger sur la nature du glissement sémantique qui voudrait faire d’«anticonstitutionnel» un synonyme d’«impossible».

Car enfin rien n’empêche de modifier la Constitution. Rien d’impossible à cela: la loi des lois a déjà été révisée plus d’une vingtaine de fois en cinquante ans. Les constituants eux-mêmes ont été assez sages pour consacrer la primauté de la nation et envisager que l’évolution de la société puisse exiger quelques ajustements… Ainsi le Congrès de Versailles pourrait-il se pencher sur le statut du chef de l’État ou la charte de l’environnement mais ne serait pas concerné par la guerre contre l’islamisme? »

 A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s