Rebondissements en série dans l’affaire de la mort (toujours) inexpliquée d’Adama Traoré

 

Bonjour

Jusqu’où  la presse devra-t-elle aller pour que l’on commence, au-delà de l’officiel, à saisir la vérité ?  Une nouvelle fois c’est Médiapart (Faïza Zerouala) qui lève un coin du voile : « Le parquet a lancé une enquête contre Adama Traoré alors qu’il était déjà mort » (sur abonnement) :

« Selon nos informations, le parquet de Pontoise avait réclamé l’ouverture d’une enquête pour rébellion le 20 juillet contre Adama Traoré, alors que ce jeune homme de 24 ans était mort la veille à la gendarmerie de Persan, dans le Val-d’Oise. Retour sur une affaire avec de plus en plus de zones d’ombre. »

 La famille d’Adama Traoré a décidé de porter plainte contre une policière « pour faux en écritures publiques aggravés, dénonciation calomnieuse et modification de scène de crime », a appris France 3 auprès de son avocat, Me Yassine Bouzrou, ce samedi 6 août. Dans la plainte transmise vendredi au procureur de la République de Pontoise, l’avocat de la famille Traoré accuse désormais une femme officier de la police judiciaire en résidence à la Brigade de recherches de l’Isle-Adam (Val-d’Oise) d’avoir reporté de fausses informations dans un procès-verbal rédigé au soir de la mort d’Adama Traoré, et censé relater le déroulement de l’interpellation durant laquelle le jeune homme a trouvé la mort.

Nuire à la manifestation de la vérité

« Les affirmations de ce procès-verbal, selon lesquelles Adama Traoré aurait commis des violences à l’égard d’un gendarme, sont contredites par tous les éléments de la procédure, et notamment les déclarations dudit gendarme », croit pouvoir avancer  l’avocat. Selon l’audition de ce gendarme, lui et ses collègues ont « employé la force strictement nécessaire pour le maîtriser ».

Cette policière qui a rédigé le procès-verbal « avait nécessairement conscience de la fausseté des mentions qu’elle inscrivait sur le procès-verbal, puisqu’elle avait conversé avec ses collègues avant de le rédiger ». « Il est donc permis de penser qu’elle l’a rédigé dans le dessein de protéger ses collègues et de nuire à la manifestation de la vérité dans le cadre de l’enquête relative aux causes de la mort de Monsieur Adama Traoré », estime Me Bouzrou. Ce sont là des accusations graves.

Ce ne sont pas les seules. L’avocat de la famille d’Adama Traoré affirme que cette policière aurait procédé « à de nombreux actes d’enquête », notamment en mettant sous scellés différents éléments, sans qu’ « aucune instruction ne lui avait été donnée » en ce sens par le parquet de Pontoise. Où l’on revient à Médiapart et au fait que cet officier de la police judiciaire aurait « décidé de ne pas attendre les consignes » du magistrat de permanence au parquet de Pontoise et qu’elle avait « pris l’initiative d’isoler les militaires du Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (Psig) ayant participé »  à l’interpellation d’Adama Traoré.

Anomalie juridique

Médiapart ajoute que la policière avait également « procédé, sans être manifestement habilitée à le faire, à une saisie d’une pièce importante pour l’enquête, à savoir le polo porté par l’un des gendarmes, ‘maculé de traces rougeâtres s’apparentant à du sang’ ».

Autre « bizarrerie : une enquête pour rébellion a été ouverte à l’encontre du jeune homme alors qu’il était déjà décédé. « Le parquet de Pontoise a demandé à la section de recherches de la gendarmerie de Versailles d’ « ouvrir une nouvelle procédure visant l’infraction de rébellion à l’encontre du défunt Traoré Adama. Infraction commise lors de son interpellation ». Cette information apparaîtrait  dans un procès-verbal nommé « information et instruction du parquet ». Or,  souligne le site, il s’agit là d’une anomalie juridique car « en droit, on ne peut pas engager de poursuites contre une personne décédée ».

On sait d’autre part que rien n’est (officiellement) acquis quant aux causes de la mort en dépit de deux autopsies médicolégales 1.  Des documents médicaux  sont étrangement absents. La famille avait déjà  annoncé son intention de porter plainte pour violences volontaires ayant entraîné la mort.

Adama Traoré sera inhumé demain 7 août au Mali.

A demain

1 Par le  Dr. Julien. CAPPY (IML de Garches) puis par les  Drs Isabelle SEC Marc TACCOEN (IML de Paris)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s