Pourquoi Adama Traoré est-il mort ? On attend désormais, du procureur, la vérité vraie

Bonjour

Cette fois ce sont des informations du Parisien. Ce quotidien révèle les conclusions de l’expertise toxicologique effectuée le 3 août sur le corps  d’Adama Traoré, 24 ans mort le 19 juillet dans le Val-d’Oise suite à son interpellation mouvementée par des gendarmes à Beaumont-sur-Oise (Val d’Oise). Le jeune homme n’était sous l’emprise « ni de la drogue ni de l’alcool » au moment de son arrestation.

Pour l’heure, alors qu’une information judiciaire pour recherche des causes de la mort est en cours, l’origine de son décès n’a pas encore pu être définie. Les deux autopsies ont néanmoins évoqué une hypothèse diagnostique :  un « syndrome asphyxique » ou « asphyxie positionnelle » une cause de décès insuffisamment connue selon des médecins légistes suisses 1.

Responsabilité des gendarmes

Les révélations du Parisien sont importantes dans la mesure où elles permettent d’exclure un Excited delirium qui aurait, le cas échéant, pu minorer la responsabilité des gendarmes ayant procédé à l’interpellation :

« L’Excited delirium (ED) induit par la prise de substances psychotropes, notamment la cocaïne, est une entité bien connue et récemment actualisée (…). Il s’agit d’un état aigu d’excitation psychique et d’agitation physique qui augmente fortement les besoins en oxygène du corps, en particulier au niveau cardiaque. Plusieurs cas de décès subits ont été rapportés dans la littérature chez des individus ayant présenté un tableau typique d’ED. Le décès survenait après une arrestation policière mouvementée, suivie d’une immobilisation par différents moyens de contention physique. Cette immobilisation conduisait à une hypoventilation alvéolaire importante, dans un contexte d’hyperexcitabilité myocardique consécutive à une acidose respiratoire combinée à une libération massive de catécholamines. » 1

 Stupéfiants et alcoolisme

Mais ce n’est pas tout, loin s’en faut. Les conclusions de l’analyse toxicologique interrogent au regard du rapport réalisé le soir du drame par un médecin de l’unité médico-judiciaire (UMJ) de l’hôpital de Gonesse. « D’après le SMUR, Monsieur Traoré serait porteur d’une toxicomanie aux stupéfiants et d’un éthylisme chronique », peut-on lire notamment sur ce document. Or le rapport du SMUR n’a pas été communiqué à la justice. Contacté, Me Yassine Bouzrou, l’un des avocats de la famille Traore, s’indigne du contenu de ce certificat de l’UMJ. « Nous envisageons d’intenter des poursuites disciplinaires contre le médecin qui a rédigé ce rapport mensonger faisant état de la toxicomanie et de l’éthylisme d’Adama Traoré », menace Me Bouzrou.

Yves Jannier, procureur de la République de Pontoise (dont le rôle dans cette affaire est amplement critiqué) a prévu de communiquer d’ici la fin de ce mois août. C’est peu dire qu’il est, chaque jour un peu plus, attendu.

A demain

 1 « Asphyxie positionnelle : une cause de décès insuffisamment connue » Bettina Schrag, Sébastien de Froidmont, Maria-del-Mar Lesta. Rev Med Suisse 2011;1511-1514.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s