Trafic d’esclaves et «athlètes Pikachu». Les dernières outrances de France Télévisions

 

Bonjour

Les temps sont bien difficiles pour Daniel Bilalian, 69 ans, « patron des sports » à France Télévisions. C’est lui qui, titre oblige, commentait il y a quelques jours la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’été à Rio de Janeiro. Et le journaliste-chef de « s’emmêler les pinceaux » – pour reprendre la formule du Figaro. «Le trafic d’esclaves a été nécessaire ici pour le développement industriel (…) Un esclavage qui a duré jusqu’à la fin du XVIIIe siècle (…) Le Brésil a utilisé les services de ces esclaves africains qui venaient de l’ensemble du continent africain», avait déclaré le journaliste, en froid avec ses fiches.

Personnages de mangas

 Autre difficulté pour M. Bilalian : lors de l’épreuve de gymnastique lorsque son consultant (et ancien gymnaste) Thomas Bouhail, 30 an, a cru nécessaire de comparer les athlètes japonaises à des «personnages de mangas», des «petits Pikachu ».

« Pikachu est un petit Pokémon potelé qui ressemble à un rongeur. Il est couvert de fourrure jaune. Ses oreilles sont pointues et leurs bouts sont noirs. Il a une petite bouche, des yeux marron et deux cercles rouges sur les joues. Il y a des poches sous ses joues qui génèrent de l’électricité. Ses bras sont courts, avec cinq doigts chacun, et ses pieds possèdent trois orteils. Il a deux stries marron sur le dos, et sa queue est en forme d’éclair avec un peu de fourrure marron à la base. Il est classé comme un quadrupède, mais il est connu pour se tenir et même marcher sur ses pattes arrière (…)

Pikachu est capable de lâcher des décharges d’électricité à la puissance variante. Pikachu est connu pour générer l’énergie dans les glandes situées sous ses joues, et doit la faire sortir pour éviter des complications. Il est aussi capable de relâcher de l’énergie de sa queue, de la recharger en la plantant dans la terre, ou encore même d’aider à recharger un camarade avec des coups d’électricité. Pikachu peut aussi s’électriser lui-même pour utiliser son attaque signature, Électacle. Quand il est menacé, il relâche l’énergie de ses joues pour créer de l’électricité, et un groupe de Pikachu peut créer de véritables orages. Il est le plus souvent trouvé dans les forêts, et le signe qu’un Pikachu est passé par là est une tache d’herbe brûlée.

Les Pikachu femelles ont au bout de la queue une encoche en V qui ressemble à un cœur. »

Le Figaro observe que depuis l’entame des Jeux Olympiques, les commentateurs de France Télévisions subissent les foudres des internautes sur les réseaux sociaux. Parmi ce flot de critiques (parfois très sévères) ciblant très souvent les approximations des journalistes et des consultants à l’antenne les deux « énormes maladresses » (de MM  Bilalian et Bouhail) reviennent régulièrement.

« Hauteur de ton et de pensée »

La direction de France Télévisions a fait savoir qu’elle « regrettait » certains propos déplacés tenus par les commentateurs au cours de la cérémonie d’ouverture et de l’épreuve de gymnastique. Est-ce un désaveu de M. Bilalian ? Sera-ce suffisant ?

Metronews affirme que le CSA a été saisi. Le CRAN (Comité représentatif des associations noires) a déjà pour sa part  alerté l’instance de surveillance de la télévision en envoyant un courrier pour dénoncer les propos de Daniel Bilalian sur l’esclavage. Sollicité par L’Express, le groupe France Télévisions a réagi par la voix de sa présidente Delphine Ernotte. «La direction regrette ces commentaires, comprend les réactions et considère la situation avec sérieux», a indiqué la responsable. Elle n’a pas souhaité davantage s’étendre sur le sujet.

Le temps n’est plus aux débordements tacitement tolérés de Thierry Roland. Il n’est plus, non plus, à l’acceptation, de fait, de la sortie il y a dix ans de Philippe Candeloro qui, à Turin, avait conclu la prestation d’une patineuse Japonaise en affirmant que l’athlète « méritait un bon bol de riz ce soir ». L’ORTF n’existe plus et France Télévisions n’est certes plus « la voix de la France » encore évoquée, en juillet 1970, par Georges Pompidou dans une célèbre et formidable conférence de presse. Le président de la République demandait alors aux journalistes de la télévision (et de France Inter) une certaine « hauteur de ton et de pensée ». Est-ce vraiment toujours d’actualité ?

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s