Jacqueline Sauvage : sommé de la faire libérer François Hollande se retrouve prisonnier

 

Bonjour

Victime impuissante de la médiatisation, voilà Jacqueline Sauvage à nouveau médiatisée. Ne pas savoir, ne pas vouloir, raison garder.  Les soutiens de Jacqueline Sauvage ne veulent pas « l’abandonner à son sort ». Ce faisant,  ils la condamnent. Dans une nouvelle pétition en ligne ils réclament désormais  la « libération immédiate » de cette femme de 68 ans dont ils ont voulu faire, dont ils ont fait un symbole. Une femme condamnée à dix ans de prison (par deux cours d’assises) pour avoir tué son mari avant d’être  partiellement graciée par François Hollande. Quelques heures après que le tribunal d’application des peines a refusé de lui accorder une libération conditionnelle, plus de 67 000 internautes avaient déjà signé cette nouvelle pétition.

François Hollande trahi par la justice !

Quatre soutiens, dont l’actrice Éva Darlan, sont à l’origine de cette initiative sans précédent. Dans leur texte, les auteurs expliquent ne pas pouvoir accepter la décision de la justice. Et il le font avec une violence dépassant l’outrance  : « Le président de la République, en accordant une grâce partielle, avait voulu ménager la magistrature ! Elle vient de le trahir […] Alors il faut désormais que le président de la République accorde une grâce totale. »

« La grâce partielle est effectivement très limitée » explique l’AFP. Elle permet simplement de demander une libération conditionnelle un peu plus tôt que ce que prévoient les délais judiciaires. Or cette demande peut être refusée, comme on vient de le voir. Malgré le geste de François Hollande, en janvier, Jacqueline Sauvage, 68 ans, pourrait  passer encore plusieurs mois en prison pour le meurtre de son mari, qui l’avait frappée pendant des années et avait violé ses filles.

François Hollande prisonnier

Les soutiens de Jacqueline Sauvage pèsent-ils les mots dont ils abusent ? Selon eux cette décision est l’illustration d’une justice « qui jamais n’entend les victimes de violences » et « qui laisse des pères tuer des enfants malgré les alertes des mères ». Avec cette nouvelle pétition ces soutiens  espèrent donc pouvoir toucher une nouvelle fois le président de la République. La précédente, lancée en décembre par les mêmes personnes, avait recueilli 435 971 signatures et créé un emballement médiatique auquel François Hollande n’avait pas été insensible.

La justice a refusé la libération anticipée de la condamnée-à-moitié-graciée au motif, notamment, que son cas avait été trop médiatisé :

 « L’importante médiatisation de son affaire rend difficile une authentique démarche de réflexion pour Mme Sauvage, qui est encouragée à se cantonner dans un positionnement exclusif de victime ».

Plus que de réactiver et d’entretenir les passions cette phrase avait pour but s’inciter à la réflexion. Force est de constater que c’est raté. Voici Mme Sauvage une nouvelle fois encouragée à se cantonner dans un positionnement exclusif de victime.  Et François Hollande, qui croyait avoir réussi une synthèse, se retrouve finalement prisonnier.

A demain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s