Magnanime, Auchan pardonne à sa caissière virée pour une boîte de sauce tomate (85 centimes)

 

Bonjour

Un nuage de douceur dans la jungle des gondoles de Tourcoing. On se souvient de la sordide histoire de  caissière (à temps partiel) de l’Auchan City de Tourcoing (Nord) : elle avait été licenciée en juillet pour, selon la CGT, « un préjudice de 85 centimes d’euros ». Les faits qui étaient reprochés à cette employée de 41 ans préposée aux caisses-minute dataient du 9 juillet lors du passage en caisse d’une cliente.

Selon Habib Hamdoud, délégué syndical CGT à Auchan City, cette cliente aurait « volé » une boîte de sauce tomate, d’une valeur de 85 centimes d’euros, avant d’être interpellée par le personnel de sécurité à la sortie de ce magasin de centre-ville.

« Cette cliente a tout mis sur le dos » de l’employée, qui a été mise à pied à titre conservatoire pour faute grave, selon ce responsable syndical, puis licenciée.

Ombre du gibet

Selon la direction, ce n’était pas une éventuelle erreur de caisse — « il y en a tous les jours » — qui avait justifié ce licenciement, mais bien le fait qu’elle ait « intentionnellement fraudé », et « qu’elle ne se soit pas rendue à l’entretien qui lui était fixé pour s’expliquer ». On voit l’ampleur du drame, l’ombre du gibet. Puis les médias se firent l’écho de l’ire de la CGT. Qui allait plier ?

« Après de nombreuses tentatives de prise de contact de l’entreprise, l’hôtesse s’est manifestée auprès de la direction » et « la cliente concernée a également pris contact avec l’entreprise pour apporter son éclairage », vient d’affirmer  la direction d’Auchan dans un communiqué. Ainsi, « au terme de ces échanges » qui ont « apporté des éléments nouveaux sur le contexte et les circonstances de faits », l’entreprise a décidé de « proposer à la collaboratrice une réintégration dans l’un de ses établissements ».

Langue de bois patronale et rapport de force patronat-syndicat. Propriétaire d’Auchan et de mille autre enseignes de la distribution la famille Mulliez est riche à millions. « C’est une victoire du monde ouvrier, assure la CGT. La plupart des gens sont résignés, ils se laissent dominer, nous, on n’a pas accepté, on s’est levés contre l’injustice et ça a fonctionné. » Nul ne sait si la caissière à temps partiel devra rembourser les 85 centimes qu’elle a soustrait à la famille Mulliez.

Il existe, dans certaines gondoles, des boîtes de sauce tomate qui, dit-on, font monter le rouge au front.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s