Derrière le burkini : Le Pen, Vadim, Brigitte Bardot, Belphégor, et «l’âme de la France »

 

Bonjour

Belphégorkini. Porté par l’été et les médias, le phénomène anti-burkini ne cesse d’enfler. On entend craquer les coutures politiques. Ce soir, 17 août, c’est la Ligne des droits de l’homme (LDH) qui s’attaque à une mesure défendue par Marine Le Pen et par Manuel Valls. Voici ce que dit la LDH :

Au grotesque d’un débat autour d’un vêtement de bain, le Premier ministre, fidèle à lui-même, ajoute aux tensions en faisant de comportements individuels la marque d’un projet politique. Le Premier ministre s’aligne ainsi sur le trait d’union que les maires de Cannes et de Villeneuve-Loubet font entre les actes de terrorisme et le port de ce vêtement. En maniant cette rhétorique, le Premier ministre participe à la stigmatisation d’une catégorie de Français, devenue, en raison de leur foi, a priori des suspects.

 Quel que soit le jugement que l’on porte sur le signifiant du port de ce vêtement, rien n’autorise à faire de l’espace public un espace réglementé selon certains codes et à ignorer la liberté de choix de chacun qui doit être respectée. Après le « burkini » quel autre attribut vestimentaire, quelle attitude, seront transformés en objet de réprobation au gré des préjugés de tel ou tel maire ?

 Ces manifestations d’autoritarisme n’empêcheront rien mais elles constituent un dévoiement de la laïcité. Et assurément, elles renforcent le sentiment d’exclusion et contribuent à légitimer ceux et celles qui regardent les Français musulmans comme un corps étranger à la nation.

 La LDH continuera à engager les procédures nécessaires pour faire annuler des arrêtés provocateurs et appelle tous les acteurs de la vie publique à cesser d’ajouter de la tension au grotesque. »

Régression et libération

Belphégorkini. Nous sommes aussi là face à un phénomène régressif  qui ressuscite des images de plages oubliées. Celles des premiers congés payés (quatre-vingts ans cette année), des premiers bikinis, des premiers seins nus, des percées naturistes. Du corps en apparence libéré, en somme. La médecine sait ce qu’il en est.

Nouvelle dans le triste concert, la présidente du Front national apporte donc son soutien aux maires qui ont interdit le port du burkini sur les plages de leur commune. Elle estime, tout simplement, que « c’est de l’âme de la France dont il est question ».

Corps de femmes

Elle s’exprime sur son blog « Carnet d’espérances » et son post est intitulé « Derrière le burkini » :

« Bien sûr le burkini doit être proscrit des plages françaises, où il n’a strictement rien à faire. C’est une question de laïcité républicaine, d’ordre public, assurément ; mais bien au-delà, c’est de l’âme de la France dont il est question : la France n’enferme pas le corps de la femme, la France ne cache pas la moitié de sa population, sous le prétexte fallacieux et odieux que l’autre moitié craindrait la tentation.

« Les plages françaises sont celles de Bardot et Vadim, pas celles de lugubres belphégors. Les Françaises, les Français, et je le sais un très grand nombre de Françaises musulmanes qui rejettent de toutes leurs forces l’islamisme, attendent qu’on tienne bon sur cette question de principe et de cœur. »

Crustacés

Bardot ! Douce France… La mer, qu’on voyait danser les soirs d’été… Brigitte Bardot et Roger Vadim…  sur la plage abandonnée coquillages et crustacés, qui l’eût cru, déplorent la perte de l’été…. le formidable Belphégor de l’ORTF un demi-siècle au compteur….

Belphégorkini. Porté par l’été 2016,  le phénomène ne cessera d’enfler. On va bientôt ranger les vacances dans des valises en carton. La fête aux crustacés ne fait que commencer.

A demain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s