Parfum d’air frais : Fleur Pellerin, ministre limogée s’en va dans le privé. Sans filets.

 

Bonjour

En l’état actuel des données disponibles, voilà comme un parfum d’air frais. Fleur Pellerin, 43 ans, ministre de la Culture et de communication avait été évincée du gouvernement français par François Hollande le 11 février dernier.  Elle quitte aujourd’hui la scène pour créer Korelya®, une société privée visant à accompagner les investissements coréens en France.  L’information révélée aujourd’hui par Le Journal du Dimanche a été confirmée par son entourage.

Il faut ajouter que par souci « d’éthique », Fleur Pellerin a démissionné de la Cour des comptes et de la fonction publique. Elle renonce ainsi  au « filet de sécurité » : une possible réintégration en cas d’échec. Mieux : elle s’en est expliquée à François Hollande, président de la République dans une lettre où elle affirme (nous révèle le JDD) ne pas vouloir faire supporter à la collectivité « le prix de sa tranquillité ».

Plusieurs râteliers

La Haute Autorité de la transparence de la vie politique (chargée de vérifier l’absence de conflit d’intérêt pour les fonctionnaires qui partent dans le privé) a été consultée et a émis un avis favorable. Elle aurait pu, aussi, féliciter celle qui fait une croix sur les pratiques, plus que fréquentes, du pantouflage, cette alimentation à différents râteliers.

Native de Séoul, abandonnée à la rue trois ou quatre jours après sa naissance, placée en orphelinat, elle avait été adoptée par une famille française à l’âge de six mois. C’est ainsi qu’elle devint « Fleur Pellerin ». Elle grandit à Montreuil puis à Versailles. Diplômée de l’Essec, de Sciences-Po et de l’ENA (concours externe, 24 ans) elle est magistrate à la Cour des comptes, responsable du pôle « société et économie numériques » lors de la campagne de François Hollande pour la présidentielle de 2012, avant de devenir ministre déléguée aux PME et à l’économie numérique de mai 2012 à avril 2014, puis ministre de la culture et de la communication. En février 2016 elle est remplacée par la conseillère de François Hollande Audrey Azoulay ; une éviction à laquelle elle ne s’attendait pas (euphémisme).

Ni intrigante, ni carriériste

Fleur Pellerin avait alors répondu à quelques questions du Monde (Annick Cojean). Extrait :

« On cite votre nom pour des postes à la tête de grandes entreprises culturelles dont les titulaires doivent être renouvelés. Versailles par exemple…

-Cela me choque énormément ! Ces institutions doivent être respectées. Elles requièrent de vrais projets. Elles ne sont pas des hochets ou des lots de consolation que l’on distribue à des gens qu’il faudrait « recaser ». Cette conception des institutions est totalement opposée à mon éthique personnelle. Si on me faisait une telle proposition, je la refuserais.

Alors qu’allez-vous faire ?

-Je n’ai jamais été dans des calculs de billard à trois bandes pour savoir où j’allais atterrir. Je ne suis ni une intrigante, ni une carriériste. Je veux être utile à mon pays en continuant de travailler sur les sujets qui m’ont passionnée au cours de mon expérience gouvernementale. Par ailleurs, je sais qu’il y a chez les Français un appétit pour une manière différente de faire de la politique, et moi, je veux continuer à défendre des idées dans le débat public. On verra bien comment. »

Nous verrons

A demain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s