Burkini et femmes burkinisées. Etes-vous plutôt proche du Figaro ? Pencheriez-vous pour Libé ?

Bonjour

Jeudi 25 août 2016. Canicule sur la France. Climatisé ou pas le Conseil d’Etat tient aujourd’hui une audience capitale sur le burkini. Il y a quelques jours encore on aurait cru à une galéjade, à un poisson d’avril des antipodes. Aucune farce, ici, mais bien plutôt une tragique mascarade comme l’observe le Daily Mail à la vue des images de femmes verbalisées pour le port d’un simple voile sur la plage, à Cannes et à Nice :“Get ’em off! Armed police order Muslim woman to remove her burkini on packed Nice beach – as mother, 34, wearing Islamic headscarf is threatened with pepper spray and fined in Cannes”. Se faire donner des leçons par ce tabloïd…

Une droite qui cingle vers ses extrémités – comme Nicolas Sarkozy 1.Une fraction de la gauche qui soutient cette droite-là. Des féministes comme toujours déchirées. Comment s’y retrouver ? Deux éditoriaux datés du 25 août aident ici à ne pas perdre le Nord. Deux éditoriaux. Les premier est celui du Figaro. Il est signé Yves Thréard et ne brille pas par son titre. Le voici :

« Burkini ? Burki non

« Le burkini peut-il être interdit? On attend avec impatience la réponse du Conseil d’État. Plusieurs maires ont pris, cet été, des arrêtés contre le port du maillot de bain islamique sur leur commune. Immédiatement, la polémique a fleuri. Les recours en justice aussi. Si la plus haute juridiction administrative donne raison aux élus concernés, il sera en principe inutile de légiférer. Si tel est le cas, l’affaire aura été rondement menée. Tant mieux.

 « Le pire serait que le débat s’éternise et se fourvoie dans des considérations totalement étrangères à cette scandaleuse tenue. La laïcité et la religion sont ici hors sujet. Le burkini n’est pas une prescription coranique, mais la énième manifestation d’un islam politique, militant, destructeur, qui cherche à remettre en question notre mode de vie, notre culture, notre civilisation.

 « Voile à l’école, prière de rue, menu scolaire halal, apartheid sexuel dans les piscines, les hôpitaux, les auto-écoles, niqab, burqa… Depuis trente ans, cet entrisme met à mal notre société, cherche à la déstabiliser. Il est temps de lui claquer la porte au nez. Youssef al-Qaradawi, célèbre prédicateur égyptien, jadis conférencier en France avant d’être interdit de territoire, avait prévenu: «Avec vos lois démocratiques, nous vous coloniserons.» Par notre indifférence autant que par notre naïveté, nous avons longtemps été les complices de cette funeste et sournoise entreprise. Nos répliques, quand il y en eut, ont été trop tardives. Certaines ne sont appliquées qu’à dose homéopathique: ainsi en va-t-il du voile intégral sur la voie publique.

 « Aucun accommodement ne doit plus être possible. Il est d’ailleurs intolérable que ceux qui crient à la «stigmatisation» des musulmans soient les mêmes qui s’indignent des inégalités persistantes entre les hommes et les femmes en France.

 « Lucidité et fermeté doivent enfin triompher. Semeurs de discorde et prosélytes d’un ordre aussi archaïque doivent être verbalisés, condamnés, expulsés. Notre liberté est en jeu. »

 Deux éditoriaux. Le second est celui de Libé. Il est signé de Laurent Joffrin. Son titre est limpide. Le voilà :

« Le mal de mer

« Les lois stupides n’ont d’autre effet que d’ajouter aux malheurs de la cité. Et de déboucher, inéluctablement, sur des situations scandaleuses. Ainsi dans un pays de liberté, des policiers venus en nombre ont chassé d’une plage une jeune femme qui n’avait commis d’autre crime que de marcher sur le sable avec un foulard et un pantalon. Outre l’opprobre public infligé par des pandores à moitié convaincus et qui avaient à coup sûr mieux à faire, elle a dû subir une bordée d’insultes racistes proférées par une poignée d’estivants. Sans que ceux-ci en soient d’ailleurs le moins du monde inquiétés…

« Quelle République est-ce là ? Les arrêtés sans rime ni raison pris par des maires paniqués ne pouvaient déboucher sur autre chose. Dès lors qu’on se mêle de réglementer la longueur des jupes ou le port d’un foulard dans l’espace public, où chacun est habituellement libre de porter les tenues les plus diverses, on ridiculise la loi et on humilie les citoyens. En l’occurrence les citoyennes.

« Les forces de l’ordre seront-elles désormais mobilisées pour interdire les plages à des mères de famille en tenue traditionnelle qui ne demandent rien et ne menacent personne ? Devront-elles les expulser de force sous les yeux de leurs enfants, dans une amère leçon de civisme à l’envers ? N’y a-t-il pas des tâches plus urgentes pour les polices municipales ? Devant ce spectacle choquant, qui a suscité la condamnation de toute la gauche et d’une partie de la droite, comment les musulmans les plus pacifiques, les plus patriotes, ne se sentiraient-ils pas désignés à la vindicte publique ? Et quel cadeau offert à la propagande islamiste qui veut présenter la France comme une terre par nature hostile à la religion musulmane !

« Lutter contre l’intégrisme ? Objectif essentiel, pressant, décisif. Dans les quartiers, dans les mosquées, le salafisme cherche à gagner en influence et à faire passer sous sa coupe un nombre croissant de musulmans désorientés. Cette régression moyenâgeuse doit être combattue, par l’action politique, par la pédagogie, par l’application intransigeante des lois laïques (les vraies), par un soutien sans faille apporté aux tenants d’un islam moderne et pacifique, qui sont de loin la majorité (sans compter les incroyants de culture musulmane, dont on ne parle jamais…).

«La France a-t-elle baissé la garde ? En aucune manière. Elle est au contraire le pays démocratique où les mesures les plus fermes ont été prises contre les signes intégristes, entre l’interdiction du voile intégral – déjà malaisée à mettre en œuvre – et la prohibition des signes religieux ostentatoires dans les salles de classe. Aller au-delà dans l’espace public, c’est outrepasser les principes élémentaires de la liberté individuelle.(…)

 On espère que le Conseil d’Etat, qui examine ce jeudi les arrêtés «anti-burkini» dans sa sagesse juridique, mettra fin à cette pantalonnade discriminatoire qui choque les démocrates et embarrasse la police. C’est en accueillant sans ambages les religieux respectueux des lois que l’esprit de la laïcité sera le mieux respecté. »

Comédie Française

Jeudi 25 août 2016. Canicule sur la France et sur ses plages. Burkini-mascarade. Burkini-pantalonnade. Paris, à l’ombre de la Comédie Française on attend, climatisé ou pas, le couperet du Conseil d’Etat.

A demain

1 L’ancien président de la République et candidat à la primaire de la droite pour la présidentielle de 2017 a mené l’offensive contre le burkini, mercredi 24 août sur TF1. Dans une interview au 20 heures, Nicolas Sarkozy a affirmé que le burkini était « une provocation au service d’un islam politique ». « Si nous n’y mettons pas un terme, le risque c’est que, dans dix ans, les jeunes filles de confession musulmane qui ne porteront pas le voile ou le burkini seront montrées du doigt et seront sous la pression quotidienne de l’entourage », a-t-il mis en garde.

 

2 réflexions sur “Burkini et femmes burkinisées. Etes-vous plutôt proche du Figaro ? Pencheriez-vous pour Libé ?

  1. Investir dans un enseignement de qualité ? Apprendre aux enfants à penser par eux-mêmes ? À savoir faire preuve de recul et d’esprit critique ? Bref, cultiver l’intelligence des générations futures ?
    Bah non ! Devenues adultes ces personnes ne fonceraient plus sur les muletas des politiciens !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s