Burkini au Conseil d’Etat : en France les femmes sont à nouveau libres de se baigner habillées

 

Bonjour

Ne pas toujours désespérer. Et avoir confiance dans la justice de son pays. Mieux  respirer. 2016, après les gels viticoles du printemps nous assistions, impuissants, au début d’une première épidémie d’arrêtés anti-burkinis. Et puis le Conseil d’Etat parla. Ce fut sous la canicule et avant les primaires. Il s’agissait de dire si les interdits municipaux étaient, en droit, justifié.

Une affaire assez entortillée de souci d’ordre public et d’impératif de laïcité. Une affaire de maillots de bains qui déchirait la France et les féministes. Une fantasmagorie, une pantalonnade, une mascarade, certes. Mais aussi une carte postale symptomatique de la France d’aujourd’hui.

Puis le Conseil d’Etat parla 1. Vendredi 26 août, à 15 heures, il a retoqué l’arrêté « anti-burkini » de Villeneuve-Loubet. Il a ainsi donné raison à la Ligue des droits de l’homme (LDH) et au Comité contre l’islamophobie en France (CCIF). L’ordonnance en référé rendue le 22 août par des juges du tribunal administratif de Nice est partie en fumée et l’exécution de l’arrêté de Villeneuve-Loubet est suspendue.  Dans cette commune, on peut se baigner habillé (traduction : porter des « vêtements religieux »).

Liberté de conscience

L’ordonnance du Conseil d’Etat est d’une particulière sévérité à l’égard des maires concernés par ces arrêtés mais aussi à l’égard de tous les responsables politiques (dont le Premier ministre) qui soutenaient mordicus cette démarche :

« (…) l’arrêté litigieux a ainsi porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle. »

Sévérité et solennité : la décision du Conseil d’Etat ne concerne que l’arrêté de Villeneuve-Loubet. Mais elle  se veut un « arrêt de principe ». En cas de recours, les autres arrêtés municipaux seront eux aussi cassés par la plus haute juridiction administrative française. En dépit de la canicule l’air français semble, soudain, plus léger. Ne pas toujours désespérer.

A demain

1 On peut lire ici l’ordonnance du Conseil d’Etat : « Mesure d’interdiction des tenues regardées comme manifestant de manière ostensible une appartenance religieuse lors de la baignade et sur les plages ». 6 août 2016 | Décision contentieuse

 

2 réflexions sur “Burkini au Conseil d’Etat : en France les femmes sont à nouveau libres de se baigner habillées

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s