Macron et les «overdoses» au cannabis. Précisions sémantiques post-polémique

 

Bonjour

Les addictions se nourrissent de passions. C’est (aussi) à çà qu’on les reconnaît. Sans oublier les overdoses 1. Le spectacle de la politique n’y échappe pas. Celui qui se défend d’être Narcisse en politique a tenté, ce dimanche, de parler du cannabis. Notre confrère Arnaud Leparmentier du Monde l’y exhortait à grands cris sur les ondes radiophoniques et télévisuelles. Emmanuel Macron n’a rien dit. Ou alors un plutôt oui à la dépénalisation, mais il faudra bien réfléchir. Comme depuis un quart de siècle. M. Macron est comme allergique au sociétal. La PMA pour tous, la GPA ? Le suicide médicalement assisté ? Trop clivant ? L’eugénisme ? Le transhumanisme ? En Marche ? Nous y reviendrons.

Le week-end aura aussi été marqué par la fin d’une petite polémique interne aux milieux de la médecine de l’addiction. Cette polémique était née d’une enquête menée auprès de ses lecteurs par le site Pourquoi docteur ?  à l’occasion de la « Journée internationale de prévention des overdoses » ?

Information erronée

A la suite d’un échange avec l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT) ce site avait évoqué les cas d’ « overdoses au cannabis ». Il faisait alors état d’un taux de 10 % de l’ensemble des overdoses liées aux drogues en France ». Cette information a soulevé bien des interrogations et alimenté bien des échanges parmi les spécialistes, notamment au sein du groupe SOS Addictions. Le site précise aujourd’hui que cette information était erronée. Aussi apporte-t-il, « à titre de correctif » les précisions de François Beck, directeur l’OFDT :

« Des décès liés au cannabis de plus en plus nombreux ont été observés ces dernières années, mais ce ne sont pas à proprement parler des surdoses, ils sont le plus souvent liés à les complications cardiovasculaires et neuro-vasculaires.

 « Le mécanisme de surdose signifie qu’à partir d’une certaine dose tous les individus développent un effet (relation dose-effet). Pour le cannabis, même s’il faut une certaine dose et surtout un usage chronique, il n’y a pas de relation dose-effet, tous les individus ne développeront pas des complications cardiovasculaires au-delà d’une dose seuil. Dans le cas du cannabis, on parle de mortalité imputable au produit ».

Le tabac en question

François Beck observe qu’il a bien été montré « une augmentation du risque de déclencher un infarctus du myocarde dans l’heure suivant la prise de cannabis fumé par rapport aux périodes de non usage ». « Des cas de morts subites d’origine cardiaque ont été rapportés, ajoute-t-il. Des lésions cérébrales responsables d’accident vasculaire cérébral (AVC) chez des usagers réguliers de cannabis, réversible à l’arrêt du cannabis ont également été mises en évidence. Si les effets cardiovasculaires du cannabis sont surtout présents et ont potentiellement plus de conséquences pour les personnes plus âgées et/ou avec des maladies cardiaques ou neuro-vasculaires sous-jacentes, le risque existe également pour les personnes plus jeunes sans terrain cardiovasculaire ».

Mais dans la plupart des études, l’influence de la consommation de tabac (qu’il soit fumé ou non avec le cannabis), facteur de risque majeur d’AVC et d’infarctus du myocarde n’est pas précisée, ce qui constitue à l’évidence une limite.

Jimi Hendrix

Des chiffres ?  Les signalements de tels décès liés au cannabis se situent entre 15 et 31 cas par an ces trois dernières années (enquête DRAMES menée par l’ANSM). Elle pourrait « en partie être due à une sensibilisation plus importante des experts à la toxicité cardiovasculaire du cannabis ». Par ailleurs, « les produits circulant actuellement sont souvent fortement dosés en THC (la teneur se situe aujourd’hui aux alentours des 15 % en moyenne, contre 5 % à la fin des années 1990) ».

Quand connaîtra-t-on, sur ce sujet, les propositions d’Emmanuel Macron ?

A demain

1 Overdose. Dose excessive d’une drogue entraînant des troubles physiques et mentaux graves, quelquefois mortels. Jimi Hendrix, mort à vingt-quatre ans d’une overdose (Le Nouvel Observateur, 28 sept. 1970, p.48, col. 3). La feuille (…) expliquait que Denis était mort le 15 juillet, à la clinique de Vientiane. Overdose sur organisme affaibli. Rien à faire(G. Dormann, Le Bateau du Courrier, 1974, p.190).

− P.méton. Mort ou accident survenu(e) par overdose. Regarde un peu autour de toi, ouvre le journal, écoute les informations. Là, tu l’auras ta ration de vrais drames: la famine, les tremblements de terre, des explosions, des accidents de voiture, des cancers, des infarctus, des overdoses, des agressions, des otages, partout des morts et encore des morts qui n’ont pas choisi de l’être (Fr. Dorin, Les Lits à une place, 1980, p.69).

Prononc. et Orth.: [ɔvε ʀdo:z], [-və ʀ-]. Plur. des overdosesÉtymol. et Hist. 1968 (J.-L. Brau, Hist. de la drogue, Paris, Tchou, p.266). Empr. à l’angl. overdose comp. de dose, du fr. dose*, et de over «par-dessus» d’où «en plus, en excès», att. dep. 1690 et utilisé en partic. en méd. pour l’administration des médicaments et dans le domaine de l’usage de la drogue (NED; NED Suppl.2).

 

 

Une réflexion sur “Macron et les «overdoses» au cannabis. Précisions sémantiques post-polémique

  1. Bonjour,
    A ma connaissance, il est le seul responsable de ce niveau à ne pas avoir refermé la question ou à la balayer d’un revers de mais mais il l’a laissé grande ouverte à la discussion. C’est déjà en soi un pas en avant, et de taille. Pourquoi demander à un futur (?) candidat à l’élection présidentielle d’avoir une position aboutie sur tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s