Hillary Clinton victime d’un « coup de chaud». Elle avait souffert d’un AVC en 2012

Bonjour

Cela sera interprété comme un symbole et Donald Trump exploitera la faille. Hillary Clinton, 68 ans, candidate démocrate à la Maison-Blanche a quitté plus tôt que prévu, dimanche11 septembre, la cérémonie de commémoration des attentats de 2001 à New York. Elle s’est « sentie mal » a affirmé son équipe de campagne. «Pendant la cérémonie, elle a eu un coup de chaud » et est partie rejoindre l’appartement new-yorkais de sa fille Chelsea, où elle « se sent mieux » (communiqué officiel).1

L’ancienne Première dame participait aux célébrations du quinzième anniversaire des attentats du 11 Septembre, où elle a respecté une minute de silence – de même que son rival dans la course à la Maison-Blanche, Donald Trump. Le milliardaire républicain répète depuis des mois que l’ancienne chef de la diplomatie américaine âgée de 68 ans souffre de problèmes de santé, ce qui la rend inéligible à la présidence. D’après la chaîne de télévision Fox News, qui cite une source anonyme au sein des forces de l’ordre, Hillary Clinton semblait avoir connu un « épisode médical » au moment de monter dans son van pour quitter Ground Zero. “Hillary Clinton, Feeling ‘Overheated,’ Leaves 9/11 Ceremonytitre The New York Times.

Psychiatrie et neurovasculaire

En décembre 2012, alors secrétaire d’État américaine Hillary Clinton avait souffert d’un épisode présenté comme « une commotion cérébrale ». Elle s’était évanouie et avait été placée en « convalescence »  pendant plusieurs jours.  Le discours officiel avait initialement parlé d’un « virus gastrique » et d’un « état de déshydratation extrême ». Il ne fait plus aucun doute aujourd’hui qu’il s’agissait en réalité d’un AVC ischémique sérieux imposant une phase de rétablissement de plusieurs mois 2 et, très vraisemblablement un  traitement anticoagulant.  Elle avait alors pour sa part confié qu’elle était épuisée après quatre ans de voyages incessants à travers le monde. Où l’on se souvient de l’accident similaire dont avait été victime Jacques Chirac et du décalage traditionnel entre la réalité et les bilans médicaux officiels.

Une lettre publiée en juillet dernier par son médecin personnel décrit Hillary Clinton comme étant en « excellente santé » et « apte » à occuper la fonction de chef de l’Etat. Aujourd’hui la question, médicale et éminemment politique, est d’ores et déjà posée de savoir s’il s’agit d’une récidive. Et,dans ce cas, des séquelles. Sans même parler du camp adverse (attaqué sur le mode psychiatrique) , la puissance médiatique américaine devrait rapidement permettre d’en savoir plus.

A demain

1 Lire sur le sujet : « La santé d’Hillary Clinton va-t-elle devenir un enjeu de la campagne? » (Slate.fr. Charlotte Pudlowski)

2 « In July 2015, Mrs. Clinton issued a detailed two-page letter from her physician that included the concussion Mrs. Clinton suffered while she was the secretary of state in 2012; it left her with a blood clot in her head and double vision. Mrs. Clinton’s physician, Dr. Lisa Bardack, said those symptoms had been resolved within two months.

Her husband, Bill Clinton, however, has said that Mrs. Clinton “required six months of very serious work to get over” the concussion — a statement that helped feed conspiracy theories among Republicans that Mrs. Clinton’s concussion was worse than initially disclosed, though there is no medical evidence to support those theories. » (The New York Times, 11 septembre 2016)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s