Se reproduire sans cellules sexuelles féminines ? C’est désormais de l’ordre du possible

 

Bonjour

C’est l’inverse de notre parthénogenèse, cette économie du mâle dans la reproduction. Et c’est la dernière étape en date d’une révolution biologique en marche ; une révolution que nous ne voulons pas voir. On peut en prendre connaissance dans la dernière livraison de Nature Communications : “Mice produced by mitotic reprogramming of sperm injected into haploid parthenogenotes”. Le sujet, formidable, est repris par la BBC : “Making babies without eggs may be possible, say scientists”. Quelques secondes, sur le ton de la plaisanterie, sur France Culture.

Le résumé de l’affaire est simple : des chercheurs sont parvenus à créer des souris sans utiliser d’ovocytes. Nous frôlons ici les frontières d’un autre monde, d’une nouvelle dystopie. Ces chercheurs universitaires travaillent en Allemagne et en Angleterre.  L’astuce (car astuce expérimentale il y a) a consisté à utiliser des embryons de souris à peine constitué avant même la première division cellulaire – puis à leur administrer un traitement chimique de manière à ce qu’ils ne possèdent que la moitié de leur matériel génétique.  Ces « faux embryons » (on parle ici de « parthénogénotes ») sont connus pour ne pas être viables, incapables de poursuivre leur développement.

Humour anglais

Ici, l’équipe dirigée par Toru Suzuki  & Anthony C. F. Perry (Université de Bath) a injecté un spermatozoïde dans chacun des « faux embryons », puis ont implanté l’ensemble dans des souris « porteuses » et obtenu des souriceaux viables ayant toutes les caractéristiques de la normalité. Le taux de réussite était de 25%, ce qui est considérable. Rien (sauf l’éthique) n’interdit plus de tenter le même saut dans l’espèce humaine.  Un saut considérable qui bouleverse un large pan des savoirs et des dogmes dans le champ de la reproduction des mammifères.

Anthony C. F. Perry a confié à la BBC que l’une des perspectives ainsi ouverte consistera à utiliser des cellules somatiques (des cellules de peau par exemple) pour, après traitement chimique, les féconder in vitro et obtenir ainsi un embryon dont il ne restera plus qu’à assurer la gestation et la naissance. Deux hommes (voire un homme seul) pourrait ainsi procréer – en ayant toutefois recours à une mère porteuse (avant la mise au point de l’utérus artificiel). Bien évidemment le chercheur britannique assure qu’il ne s’agit là que de scénarios spéculatifs et quelque peu fantaisistes. Humour anglais.

Noces radieuses

Ce travail doit être replacé dans son contexte : en février dernier des chercheurs chinois révélaient avoir mis au point une technique permettant à partir de simples cellules souches de créer des pré-spermatozoïdes ayant toutes les caractéristiques fécondantes de spermatozoïdes « naturels ». Ces cellules sexuelles avaient permis de créer des souris présentant toutes les caractéristiques de la normalité. Ces chercheurs expliquaient alors que leur première constituait  une nouvelle étape sans la thérapeutique de la stérilité. On peut aussi, sans grand risque, postuler que c’est aussi une nouvelle étape vers des modifications génétiques transmissibles du patrimoine héréditaire de différentes espèces, dont l’humaine.

Pour l’heure les voix scientifiques ne veulent voir là que des apports fondamentaux ou l’espoir de sauver des espèces animales en voies de disparition. La vérité est, aussi, ailleurs ; elle est dans le vertige de la modification des conditions de fécondation et de procréation de notre propre espèce. Et plus encore dans les modifications des ses caractéristiques génétiques et transmissibles. Les noces radieuses, en somme, des libertariens et du transhumanisme.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s