Un «Moi(s) sans tabac» et sans cigarette électronique. Ubu est roi, c’est automatique

Bonjour

Avec le paquet neutre c’est la grande innovation du gouvernement contre le fléau du tabac. Ce sera en novembre et cela s’appellera « Moi(s) sans tabac ». Cette opération est présentée comme un défi aux fumeurs – un défi lancé par le ministère de la Santé et « Santé publique France », pour les inciter à arrêter de fumer. Les addictologues diront si le défi est la meilleure méthode pour soigner ces maladies que sont les addictions et, en l’espèce, l’assuétude au tabac.

« Un mois sans fumer, c’est cinq fois plus de chance d’arrêter », font valoir les autorités sanitaires françaises, qui s’inspirent de l’expérience britannique : la campagne « Stoptober » mise en place par Public Health England – dans un pays autrement plus dynamique en matière d’aide aux consommateurs de tabac.

Le Quotidien du Médecin nous expliquent que des aujourd’hui, les autorités sanitaires s’adressent aux professionnels de santé pour qu’ils soient l’un des relais de cette campagne, fondée sur des messages positifs d’entraide et d’encouragements. Ces professionnels de santé disposent désormais d’un site dédié : pro.tabac-info-service.fr où ils peuvent trouver un socle de connaissances sur le tabagisme et des outils à l’accompagnement au sevrage pour aider leurs patients.

Esclaves du tabac

Ils peuvent aussi commander des affiches et flyer reprenant les messages de la campagne : « En novembre, on arrête ensemble » et « Ici, on soutient tous ceux qui ont arrêté de fumer ». 

Le « grand public » sera lui destinataire d’un flyer indiquant les ressources pour les soutenir dans leur démarche d’arrêt du tabac dont la nouvelle application mobile Tabac info service et la ligne téléphonique 39 89 pour un soutien personnalisé et gratuit. Enfin les pharmacies diffuseront un kit d’aide à l’arrêt, que les particuliers peuvent aussi commander sur Tabac-info-service.fr. Autant de guichets où, comme on sait, parler de l’appui de la cigarette électronique est de facto interdit.

« L’appui des professionnels de santé est indispensable pour le succès de l’opération ‘’Moi(s) sans tabac’’ », indique « Santé publique France », rappelant qu’en France treize millions d’adultes fument quotidiennement, et que six fumeurs sur dix veulent arrêter. Pourquoi cette volonté d’arrêter ne parvient-elle pas à se traduire dans les faits ? Répondre à cette question, voilà un beau défi que les esclaves du tabac pourraient lancer à la ministre de la Santé.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s