Stationner sans payer : à Paris comme ailleurs, les médecins ne tiennent plus le haut du pavé

 

Bonjour

Ici ou là, quelques privilèges. Pour le journaliste c’est la mythique carte de presse. Elle permet d’entrer gratuitement dans les musées. Pour le médecin, le caducée. On est ici de plain pied dans le brouillard des mythes. Soit le bâton d’Asclépios ou bâton d’Esculape, avec une simple couleuvre. Soit l’un des attributs du dieu Hermès, une baguette de laurier ou surmonté de deux ailes et entouré de deux serpents entrelacés. Serpents ? C’est que le caducée guérit leurs morsures.

Restons sur Hermès. L’Ordre des médecins nous en voudra-t-il de rappeler qu’il est le messager des dieux, le donneur de la chance, l’inventeur des poids et des mesures, le gardien des routes et des carrefours, des voyageurs et du commerce. Il guide aussi les héros et conduit leurs âmes aux Enfers. Oublions qu’il est également le maître des voleurs.

Boîte à gants

Esculape ou Hermès le caducée, jadis permettait de ne pas respecter, dans les villes, quelques règles automobiles. Au même titre que la carte de presse il déclenchait le salut réflexe – main droite au képi – de la maréchaussée. Présent derrière la vitre, au dessus de la boîte à gants, il autorisait tous les stationnements, aucun paiement.

C’est fini. Les temps sont révolus où le docteur en médecine était considéré comme un citoyen différent, doté par fonction de privilèges routiers. Il tenait, hier encore, le haut du pavé. Il doit désormais chercher une place et mettre de la monnaie dans l’horodateur avant d’aller officier (signes-diagnostic-traitement) chez un patient tiers-payant. On peut voir là une métaphore du déclassement. En guerre contre l’administration hospitalière d’un côté – en conflit aves les chefs des municipalités de l’autre. Cela autorise bien des réactions négatives, nourrit bien des réflexions parfois qualifiées de populistes.

Anne Hidalgo et le Dr Avrane

Il faut, dans Le Quotidien du Médecin, lire la chronique de la gratuité du stationnement des médecins pour saisir qu’il n’y a nullement, ici, matière à rire. On y apprend, par exemple, ceci :

« Président de l’Ordre des médecins de Paris, le Dr Jean-Jacques Avrane, ne décolère pas [contre Anne Hidalgo]. « La mairie de Paris range les médecins dans la catégorie des professionnels mobiles, sans aucune considération pour leur mission de service public, s’énerve-t-il. Pour eux, le caducée n’a aucune valeur ». L’Ordre a cependant quelques arguments pour contrer le dispositif municipal de carte de professionnel mobile.

« Tout d’abord la vignette « Urgences », réservée par l’Ordre aux médecins effectuant des visites à domicile, leur permet de stationner « un petit moment sur les places de livraison, pendant une visite », explique le Dr Avrane. À l’entendre, ce dispositif était acté par la préfecture de police et accepté par la mairie. Mais au cabinet d’Anne Hidalgo, on est moins catégorique, indiquant que cette possibilité « n’est pas encore tranchée ». Le dossier devrait être examiné lors d’une prochaine réunion. »

Caducée sans valeur. Caducée ignoré, Caducée méprisé. Fin du respect, dissolution de la mansuétude, bienveillance envolée. Ce qui est vrai à Paris l’est partout en France. Ou le sera bientôt. Qu’en est-il des infirmières ? Au mieux le soignant  est considéré comme un livreur ; celui qui, hier, tenait le bas du pavé. L’écoute, le soin, le savoir, au rang de la marchandise. Est-ce un progrès ?

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s