Le premier «fiché S» crée l’émotion chez les voisins du premier centre de déradicalisation

Bonjour

Ce ne seront pas des anges. C’est le premier « fiché S» a être admis dans le « premier centre français de déradicalisation. L’affaire aurait dû rester secrète. C’était compter sans la presse et sans le futur déradicalisé. Il s’est confié à La Voix du Nord (Sophie Filippi-Paoli): « Itinéraire d’un fiché «S» de 23 ans : ‘’Je veux changer, refaire surface’’».

« Fiché « S », I., 23 ans, originaire de l’Arrageois, va intégrer aujourd’hui le premier centre de déradicalisation de France pour un séjour de dix mois. Récit d’une vie chaotique entre violences et islamisation radicale avec, au final, une envie de s’en sortir, de « se couper du milieu ».

« Nerveux, très mince, souriant, il parle de tout facilement : les armes qui l’entourent sur la vidéo qu’il nous montre, ses braquages, sa dépendance à l’alcool et même ses troubles psychiatriques : «  Je suis bipolaire.  » En revanche, il est beaucoup plus difficile pour I. d’aborder le pourquoi de sa fiche « S », d’évoquer les raisons qui ont poussé la préfecture du Pas-de-Calais à proposer son dossier au premier centre de déradicalisation de France , à Beaumont-en-Véron en Indre-et-Loire. Pourtant, il est sur le départ : on l’y attend aujourd’hui. Mais, voilà, les liens ne sont pas coupés et ses « amis » sont violents (…). »

Les yeux dans les yeux

Cet « ex-braqueur violent et bipolaire », nous dit La Nouvelle République, « effraie la population et les élus ». Bernard Château, maire de Beaumont-en-Véron : « On se doutait bien que le centre n’abriterait pas des anges, mais on a l’impression d’avoir été trompés. » « Le recrutement devait aussi être régional, et voilà un client qui arrive du Pas-de-Calais. Ce sera bientôt de toute la France » estime le maire  l’élu qui a « demandé expressément au préfet » que l’individu soit « renvoyé » dans sa région. D’autres élus se sentent floués : ceux à qui, pour obtenir leur semi-neutralité,  on avait été promis (« oralement »), qu’il n’y aurait « ni « fichés S », ni individus sous main de justice ».

L’association « Radicalement digne de Pontourny » reprend simplement, sur son site le papier de La Voix du Nord. Elle estime que les promesses faites « les yeux dans les yeux » ont été « bafouées ».

Refaire surface

Selon La Nouvelle République le préfet d’Indre-et-Loire devait s’entretenir du sujet avec les services du Premier ministre hier après-midi et, finalement un communiqué de presse confirmait que ladite personne avait bien « rejoint le centre de prévention ».

Seul élément nouveau, « le comité de suivi de l’établissement se réunira en préfecture vendredi 30 septembre pour faire le point sur le démarrage du programme et le fonctionnement du centre. » Pour Laurent Baumel, député (socialiste-frondeur) d’Indre-et-Loire, tout doit être revu s’il était acquis que la personne en question « a été condamnée pour violences ». Du côté du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation qui dirige le dispositif, on insistait hier soir sur le fait que les individus ne devaient surtout pas avoir déjà agi « dans un cadre terroriste », et devaient avoir « une véritable volonté de s’en sortir ».

Le premier « fiché S » dit quant à lui non pas vouloir « s’en sortir », mais bien « refaire surface ». La nuance est de taille.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s