Maladie de Lyme: que faire contre «le sentiment d’abandon» et «l’errance thérapeutique» ?

 

Bonjour

« Il est des maladies qui frappent les esprits plus que d’autres. La maladie de Lyme appartient à cette catégorie de maladie. On peut même dire qu’elle s’inscrit dans un phénomène de société, à tel point que certains patients se la sont appropriée et en font une cause qui pourrait expliquer nombre de leurs maux ». 1

C’est un abcès qui inquiète le politique et rien ne dit qu’il sera crevé par Marisol Touraine. La ministre de la Santé a, ce 29 septembre, présenté aux « associations de défense des malades » son « Plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmises par les tiques ». On trouvera ici la synthèse dudit Plan. A dire vrai rien n’est chiffré et rien n’est encore fait : une « concertation » est engagée avec ces associations sur les modalités de mise en œuvre des mesures.  La ministre :

« Ce plan vise à éviter le sentiment d’abandon et l’errance thérapeutique auxquels sont confrontés des malades de Lyme. Il permet de mieux comprendre la maladie, de soigner plus efficacement les patients et de mobiliser tous les outils disponibles pour prévenir la maladie. »

Panneaux pour promeneurs

On notera dans les mesures : installation par l’Office national des forêts (ONF) et « Santé publique France » de panneaux d’information pour les promeneurs et les randonneurs à l’entrée des forêts ;  mise en place d’une application sur « smartphone » permettant de signaler la présence de tiques (à l’instar du dispositif existant pour les moustiques) ;  amplification des actions d’information à destination de la population, et de formation des professionnels de santé, sur les maladies transmises par les tiques (affiches, dépliants, etc.).

Ce Plan entend améliorer le diagnostic et la prise en charge des malades pour mettre fin à « l’errance médicale »:

« Mise à disposition des médecins d’un bilan standardisé décrivant la liste des examens permettant un diagnostic complet chez toute personne présentant des symptômes évocateurs ;  mise en place d’un protocole national de diagnostic et de soins (PNDS), élaboré en lien avec les associations, pour assurer une prise en charge standardisée et remboursée des malades sur l’ensemble du territoire ;  ouverture en 2017 de centres de prise en charge spécialisés, regroupant toutes les spécialités impliquées : ces centres seront également un lieu de formation des professionnels. »

Impasses de la désespérance

Ce Plan national va encore « encourager » (sic) la mise en place d’une cohorte, constituée des patients suivis dans les centres de prise en charge spécialisés, pour améliorer les connaissances scientifiques sur la maladie ;  développement de recherches autour du diagnostic par l’Institut Pasteur. Il y aura aussi la conduite de recherches approfondies dans le cadre d’« OH ! TICKS » (sic) – un  programme visant à mieux connaître l’ensemble des maladies transmises à l’homme par les tiques, à identifier les symptômes cliniques et à fournir des outils pour une meilleure prise en charge des malades.

Est-ce ainsi qu’on lutte contre ce qui est présenté comme un « sentiment d’abandon » ? On peut malheureusement redouter que non. Le Plan national prend d’autre part bien garde d’affronter la grande question sous-jacente à l’errance thérapeutique : celle de savoir si la maladie de Lyme chronique existe 1 ou si elle est une construction physio-psycho-pathologique  ne pouvant conduire qu’aux impasses de la désespérance ?.

A demain

1 Sur ce thème il faut impérativement lire, dans le dernier numéro (septembre 2016) de La Revue du Praticien : « La maladie de Lyme chronique existe-t-elle ? » de Yves Hansmann yves.hansmann@chru-strasbourg.fr (Service des maladies infectieuses et tropicales, Hôpitaux universitaires de Strasbourg, Strasbourg)

 

Une réflexion sur “Maladie de Lyme: que faire contre «le sentiment d’abandon» et «l’errance thérapeutique» ?

  1. Le Dr Y Hansman, ne déclare n’avoir aucun lien d’intérêt dans l’article qu’il publie.
    Le site Transparence santé note 43 anvantages et 28 conventions.
    N’est-ce pas là des liens d’intérêt ?
    Qui croire ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s