Essais cliniques : neuf mois plus tard, le groupe Biotrial émigre et grossit aux Etats-Unis

Bonjour

On se souvient, malheureusement, de la société Biotrial 1. Et plus particulièrement du 15 janvier dernier : « Rennes. Essai clinique de phase 1. Un mort, cinq volontaires hospitalisés ». L’affaire n’est pas finie mais Biotrial émigre pour partie : les Etats-Unis. L’information vient d’être officiellement donnée aujourd’hui. C’est une délocalisation et, déjà, comme un pré-adieu à Rennes, à la Bretagne, à la France, au Vieux Continent : « à terme, le site pourrait devenir le siège américain de la firme ». Aujourd’hui,  30 septembre 2016, c’est la « cérémonie d’inauguration » :

Réussir dans le sanctuaire

« Biotrial célèbre une implantation réussie au plus proche de l’innovation thérapeutique mondiale Le groupe rennais Biotrial inaugure ce vendredi 30 septembre son nouveau site de tests cliniques de Newark (New Jersey), au cœur du pôle de recherche biopharmaceutique le plus important au monde et au plus proche des innovations thérapeutiques modernes.

« Une implantation réussie dans le sanctuaire (sic) de la R&D pharmaceutique mondiale. Destiné à permettre au groupe Biotrial d’accompagner ses clients sur l’ensemble de leurs opérations de développement précoce aux Etats-Unis, le nouveau site de Newark, en activité depuis près d’un an, déploie son activité entre le University Hospital de Newark et Rutgers University, sur le site de University Heights Science Park.

Bien évidemment, aux Etats-Unis, tout est plus grand :

« Le site, intégré au New Jersey’s Bio Pharmaceuticals Life Sciences Clusters, est le fruit d’un investissement de 30 millions de dollars. Capable d’accueillir 2000 volontaires sains en hospitalisation pour la réalisation de 50 études de phase 1 par an, il accueille  vingt chercheurs aujourd’hui et il est prévu qu’il en accueille cent d’ici trois ans. La perspective économique de l’activité du site est évaluée à 30 millions de dollars de chiffre d’affaires annuels.

Travailler près de la FDA

Pourquoi fuir ainsi Rennes, la Bretagne, la France ? On ne reviendra pas sur la dramatique actualité de janvier. On ne reviendra pas sur ce qui est en cours, les failles, la polémique, la justice.  « C’est cependant l’opportunité de travailler au plus près de la FDA, principal moteur des évolutions réglementaires mondiales orientant les innovations thérapeutiques du futur, qui a encouragé Biotrial à s’implanter aux Etats-Unis », précise Jean-Marc Gandon, président fondateur du groupe.

Aujourd’hui, cependant, solidarité bretonne. La cérémonie est placée sous le haut patronage de Jean-Yves Le Drian – ministre français de la Défense mais ici en tant que président du Conseil régional de Bretagne. « Cory Booker et Kim Guadagno, respectivement sénateur et vice-gouverneur du New Jersey, sont également attendus sur ce nouveau site de tests cliniques de Biotrial » précise le communiqué de presse.

La presse, elle, évoque aujourd’hui pour l’essentiel les avions Rafales. Depuis le porte-avion Charles-de-Gaulle, ils s’envolent vers l’Irak.

A demain

1 « BIOTRIAL est un groupe de recherche médicale privé français agréé par le ministère de la santé, implanté à Rennes et présent à l’international. Il mène des études cliniques pour le compte de laboratoires et entreprises de biotechnologies ».

Une réflexion sur “Essais cliniques : neuf mois plus tard, le groupe Biotrial émigre et grossit aux Etats-Unis

  1. « C’est cependant l’opportunité de travailler au plus près de la FDA, principal moteur des évolutions réglementaires mondiales orientant les innovations thérapeutiques du futur, qui a encouragé Biotrial à s’implanter aux États-Unis »
    Une telle affirmation est quelque peu exagérée. Les règles régissant les essais cliniques sont largement harmonisées entre Europe (UE, Norvège, Suisse), Japon et USA (cf. ICH). Certaines réglementations « éthiques » peuvent effectivement être différentes entre les différents pays – par exemple en ce qui concerne des manipulations génétiques autorisées ou interdites, … – mais la FDA n’est pas le « principal moteur des évolutions réglementaires ».
    Je trouve tout simplement exaspérant de devoir constater combien les Européens connaissent mal les réglementations applicables à l’industrie pharmaceutique. En effet, de manière générale (il existe évidemment des exceptions) ; depuis de très nombreuses années, ce sont les Européens – souvent en collaboration avec le Canada, l’Australie, la Suisse, … – qui, influencent largement les exigences réglementaires pharmaceutiques mondiales.
    Si Biotrial va aux USA dans une phase de croissance, c’est un succès à saluer.
    Si Biotrial « s’enfuit » aux USA, je ne pense pas que leur quotidien réglementaire sera notablement plus facile là-bas qu’en Europe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s