Contre le «vertige du déclin», il suffira de «faire confiance à la science» (François Hollande)

Bonjour

Saura-t-on jamais qui écrit les textes des discours de François Hollande ? On aimerait connaître l’auteur de celui que vient de prononcer le président de la République pour célébrer les 350 ans de l’Académie des sciences 1. C’était au Louvre, le 27 septembre, face aux représentants d’une soixantaine d’académies des sciences du monde. Peut-on qualifier ce discours de scientiste ?

Ah, l’Académie des sciences…. d’abord baptisée Académie royale des sciences lors de sa naissance, en 1666. Elle encourage et protège l’esprit de recherche, et contribue aux progrès  des sciences et de leurs applications. Encore une bonne idée, moins de Louis XIV que de Jean-Baptiste Colbert. Les sciences ont la vie dure. Cette Académie résistera à tout, y compris à la Révolution française.  Aujourd’hui certains aimeraient la voir peau de chagrin, rangée au pied des idéologies déconstruites, étouffée par la montée des religions et, plus encore, de la Croyance 1.

Instincts français

Qu’en pense François Hollande qui semble avoir fait son deuil de la « pensée de gauche » ? Au Louvre le président de la République française  a fustigé « les esprits chagrins », ces esprits  tentés par « le vertige du déclin », ces esprits sombrent qui se réfugient dans le passé au mépris des progrès engendrés par la recherche scientifique.

« La France doit toujours défendre la raison contre les émotions, les passions, les instincts », a-t-il aussi déclaré dans un discours marquant les 350 ans de l’Académie des sciences, fondée sous Louis XIV. « Pour eux, le progrès est rempli d’illusions et le monde court à sa perte dès lors qu’il ne correspond plus à l’idée qu’ils s’en font. Le seul changement pour ces esprits-là ce serait la régression, le retour, le rétablissement de l’ordre ancien, je n’ose pas dire la restauration. » On appréciera l’astuce présidentielle qui consiste à dire que l’on ne dit pas ce que, précisément on dit. A mi-chemin du jésuitisme et des salons de la Restauration.

Parfum d’anaphore

Et le chef de l’Etat, en verve et mutin, de prendre l’exemple de ceux qui considèrent le réchauffement climatique [relativisé la veille par son prédécesseur et candidat à la présidentielle Nicolas Sarkozy mais aussi par une fraction de l’Académie] comme « une exagération ». Et d’ajouter, parfum d’anaphore :

« Le sida ? Une punition. L’évolution des espèces ? Une fable. La délinquance ? Une fatalité génétique ».

Et puis, avec Internet, sur fond de menace terroriste et de montée des extrémismes, le président a mis les savants en garde contre « la rude concurrence » des « médiateurs » et des « faux experts » qui « prolifèrent dans l’univers numérique, au mépris des faits ».

Barrières infranchissables

Le chef de l’Etat a-t-il été entendu par ceux « qui n’y croient plus, les résignés, les fatalistes qui voudraient arrêter la course, figer les situations (….) se protéger de tout, s’enfermer  » ? Songeait-il aux électeurs de l’extrême-droite française ? « Ce sont les mêmes qui veulent murer la circulation des personnes qui veulent également installer des barrières supposées infranchissables aux mouvements des idées, a-t-il ajouté. Vos recherches, vos découvertes combattent ce vertige du déclin. »

Tous les médecins savent qu’il n’est rien de plus difficile que de combattre un vertige. Rien de plus risqué, parfois. Quant à « combattre le vertige du déclin »…

A demain

1 Le site de la Présidence de la République ne donne pas la version écrite de la déclaration présidentielle. On peut en revanche accéder gratuitement à une vidéo : « Discours à l’occasion des 350 ans l’Académie des Sciences »

2 Se reporter à « Croyance » (Odile Jacob) de Jean-Claude Carrière:

« La croyance, cette “certitude sans preuve”, pouvons-nous l’approcher, la connaître ? Qu’est-elle exactement ? Une rébellion individuelle, ou au contraire un ralliement à un groupe, à une secte ? Un réconfort ou une aberration ?

« Alors que nous pensions, depuis le siècle dit “des Lumières”, aller vers plus de clarté, plus de maîtrise sur le monde et sur nous-mêmes, nous voyons que la croyance a marché près de nous au même pas que la connaissance, et que l’obscurité nous accompagne toujours, avec son cortège de rage et de sang. Nous voyons qu’une vieille alliance, que nous espérions dissipée, s’est renouée entre la violence et la foi. »

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s