« Moi(s) sans tabac »: sans la e-cigarette, Marisol Touraine prend le risque de l’échec

 

Bonjour

On pouvait le redouter, c’est fait. Lancée aujourd’hui en grande pompe par Marisol Touraine l’opération « Moi(s) sans tabac » a tout de l’autocélébration centralisée. C’est  « le premier défi de santé publique grandeur nature jamais organisé en France ». C’est encore « une opération nationale d’un genre nouveau pour lutter contre le tabagisme ». C’est enfin, « une campagne de communication massive déployée à partir du 10 octobre ».  Et ce sont déjà, dynamique électronique, des centaines de commentaires critiques de vapoteurs sur le blog de la ministre : « PS. Marisol Touraine ». Leur répondra-t-elle ?

Résumons : il  s’agit de tenter de faire précipitamment et en quatre semaines ce qui n’a pas été fait depuis près de cinq ans. Officiellement annoncé en février 2014 par le président de la République, le Plan national de réduction du tabagisme n’a produit aucun résultat. La situation n’a cessé d’empirer. On fume en France, plus que dans la plupart des pays comparables et nettement plus qu’au Royaume-Uni.

Publicité et thérapeutique de l’addiction

Aucune politique française de réduction du risque tabagique n’a vu le jour. Les blocages politiques, le poids des buralistes  et la volonté obstinée de Bercy ont réduit à néant toute forme d’augmentation des prix. Pire : la ministre de la Santé refuse obstinément (à la différence de l’Angleterre) de s’appuyer sur le levier considérable qu’est la cigarette électronique.  Et après une tentative de rapprochement avec la Direction Générale de la Santé,les ponts semblent malheureusement coupés avec les associations les plus actives dans ce domaine 1. L’affaire est désormais entre les mains du Conseil d’Etat.

Et c’est ainsi que nous restons avec ce maigre et triste « Moi(s) sans tabac ». Une nouvelle opération publicitaire pour « inciter les fumeurs à arrêter ». Comme si l’incitation (publicitaire et gouvernementale) était la thérapeutique de l’addiction :

« Le principe est simple : inciter un maximum de fumeurs à arrêter de fumer pendant au moins 30 jours, à partir du 1er novembre prochain. Une initiative toujours gagnante, quand on sait qu’un mois sans tabac multiplie par 5 les chances d’arrêter de fumer définitivement… Tout au long de l’opération, les participants bénéficieront d’un accompagnement sur mesure. (…) inciter les fumeurs à arrêter de fumer pendant au moins 30 jours, à partir du 1er novembre. »

« Plus Belle la Vie »

La cause est bonne, aussi a-t-on battu les gentils tambours.

« Plus de cinquante  partenaires participent à l’opération : acteurs publics, associations, médias, grandes entreprises… En octobre, mobiliser un maximum de participants Pour inciter les fumeurs à participer à l’opération, une campagne de communication massive est lancée à partir du 10 octobre à la télévision, sur Internet et dans les rues (affichage). Un partenariat est lancé avec l’émission « Plus Belle la Vie », diffusée chaque soir de la semaine sur France 3.

 «  Un accompagnement personnalisé est prévu : les participants pourront retirer gratuitement dans les pharmacies un kit d’aide à l’arrêt, comprenant notamment une brochure de préparation, un agenda de 30 jours avec des conseils quotidiens, un disque pour calculer leurs économies, etc. »

Puis, le 1er novembre, ce sera le ‘’top départ’’ (sic)  du défi collectif « Moi(s) sans tabac ». Tout au long du mois, pour soutenir les participants au quotidien, des événements seront organisés (consultations d’aide à l’arrêt, défis sportifs…) dans différents lieux partout en France (espaces collectifs, espaces de loisirs, espaces commerciaux, en entreprise…). En complément, la campagne de communication se poursuivra à la radio, sur Internet et en affichage. Un « marathon du sevrage », en somme, chaque participant souffrant devant payer les ravitaillements en substituts nicotiniques.

Mauvaise volonté

 Aujourd’hui Marisol Touraine déclare ce qu’elle a maintes fois déclaré : « Chaque année, le tabac tue 73 000 personnes en France. J’ai choisi de combattre ce fléau. C’est le sens des mesures fortes que j’ai prises, dont la mise en place du paquet neutre. Aujourd’hui, avec l’opération « Moi(s) sans tabac », nous franchissons une nouvelle étape : créer un mouvement collectif, fédérateur en nous adressant directement aux fumeurs. Plus d’un fumeur sur deux souhaite arrêter de fumer,  ‘’Moi(s) sans tabac » va les y aider’’. »

On peut, bien sûr l’espérer. Faute de connaître les modalités de l’évaluation de l’opération on attend les résultats. Mais on sait aussi qu’en santé publique la bonne volonté  affichée ne suffit pas. Plus d’un fumeur sur deux souhaite arrêter de fumer et n’y parvient pas. Marisol Touraine s’est-elle demandée pourquoi ? L’Etat, qui détient le monopole de la vente et des recettes du tabac, sera-t-il un jour accusé de quelques centaines de milliers de morts prématurées ?

A demain

1 SOVAPE – www.sovape.fr, FÉDÉRATION ADDICTION – www.federationaddiction.fr, SOS ADDICTIONS – www.sos-addictions.org RESPADD – www.respadd.org et Tabac & Liberté – www.tabac-liberte.com.

 

 

2 réflexions sur “« Moi(s) sans tabac »: sans la e-cigarette, Marisol Touraine prend le risque de l’échec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s