Ethique – politique : Nicolas Sarkozy dit sa vérité sur les mères porteuses (et sur la fin de la vie)

 

Bonjour

Il y a ceux qui croient en la loi et ceux qui, parfois, n’y croient pas. Qui préfère les « zones grises ». Campagne des pré-présidentielles Nicolas Sarkozy est partout, sur tous les terrains, histoire-géographie et morale comprises. Aujourd’hui il rend sa copie au magazine Famille chrétienne (daté du 8 au 14 octobre).

« J’ai toujours été opposé à l’euthanasie, assure l’ancien président de la République française.  La seule exception pour moi, c’est quand la vie n’est plus la vie, qu’on n’est plus que souffrance, qu’artificialité. Je comprends qu’on arrête la vie quand elle n’est plus la vie. J’ai toujours pensé qu’il y avait une zone grise qui appartenait au secret du patient, de sa famille et du médecin, et qui ne devait pas être codifiée. »

Char de la Nation

L’ancien chef de l’Etat qui aspire à le redevenir estime que « les soins palliatifs sont un marqueur de civilisation.  « Le vrai scandale, c’est l’isolement dans lequel tant de nos compatriotes terminent leur vie. C’est un défi de solidarité pour nous tous et un devoir vis-à-vis de nos aînés » dit-il. Un scandale contre lequel il n’a guère agi quand il dirigeait le char de la Nation. Il ajoute :

« Je suis contre l’euthanasie. Cela dit, je suis contre l’idée que la loi doit tout régler. Quand vous êtes à côté de la personne que vous aimez, qui est vraiment au bout du bout de la vie, qui ne peut plus vivre tellement elle souffre, ce n’est pas la loi qui peut régler cela, mais le dialogue confiant entre un médecin, la personne qui vous aime et vous. Si je suis confronté à cette situation, je préfère que les personnes qui m’aiment et le médecin décident plutôt que la loi. (…) l’extrême fin de vie est un moment où la vie n’est plus la vie, donc on peut l’arrêter. »

Mystère divin ou mystère tout court

Secret, Nicolas Sarkozy ne dit pas à Famille chrétienne s’il a, ou non, rédigé ses directives anticipées. Côté vie Nicolas Sarkozy répond aux questions sur la PMA et la GPA :

« Je considère que la stérilité partielle est un tel problème pour les couples hétérosexuels que si la médecine peut favoriser la fertilité, je ne vois pas pourquoi on ne le ferait pas. Je parle évidemment pour les couples hétérosexuels. Concernant la GPA, je suis opposé pour les couples homosexuels comme pour les couples hétérosexuels, car elle ouvre la voie à la marchandisation du corps humain que je refuse. Je considère qu’il n’y a pas de droit à l’enfant. Il y a un désir d’enfant. L’enfant est un mystère. Quand on croit, c’est un mystère divin. Quand on ne croit pas, c’est un mystère tout court.

« Je suis favorable à une initiative internationale [de constitutionnalisation de l’interdiction de la GPA] L’idée serait de pouvoir interdire aux ressortissants de pays qui n’acceptent pas la GPA – comme la France – de la pratiquer dans des pays où elle est autorisée. Cela permettrait d’éviter qu’on contourne la loi par l’argent et par l’extraterritorialité. »

Une idée similaire avait été un instant évoquée sous la présidence de François Hollande. Laurent Fabius, alors ministre des Affaires étrangères en avait été chargé. Puis elle s’est évaporée.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s