Vous aviez perdu votre smartphone ? Saviez-vous où était conservée votre «mémoire externe» ?

 

Bonjour

L’essentiel en peu de mots. Se souvenir que Francis Eustache, 60 ans, est un chercheur qui devrait être nettement plus présent dans les médias généralistes.  Ce neuropsychologue  dirige, à Caen, une unité de recherche (Inserm) unique en France totalement dédiée à l’étude de la « mémoire humaine ». Spécialisé dans les entrelacs mnésiques  il se passionne notamment pour le diagnostic précoce des maladies neurodégénératives.

Plus généralement Francis Eustache s’intéresse aux relations entre le cerveau et le comportement. Ses travaux ont conduit au développement de modèles théoriques de la mémoire humaine et à différentes méthodologies. Sa biographie officielle souligne aussi qu’il a été l’un des premiers chercheurs à comprendre l’intérêt des techniques d’imagerie cérébrale pour l’étude du fonctionnement cognitif humaine.

En parler dans les écoles

Francis Eustache  vient d’accorder un petit entretien au Figaro (Pascale Senk) : « L’hypersollicitation cérébrale est un problème ». Entendre l’hypersollicitation par les « nouvelles technologies ». Peut-être même, et sans céder au catastrophisme,  est-ce un là « problème » dont nous ne mesurons pas encore l’ampleur. Ecoutons un instant ce spécialiste :

« Pour mémoriser, il faut traiter l’information en profondeur, lui donner du sens, ce qui implique de consacrer du temps à ce traitement. Nous, êtres humains, ne sommes pas multitâches. Donc il faut savoir que nous ne pouvons encoder des éléments, en faire des souvenirs, s’ils sont pris dans une pléthore d’informations.

 «  L’hypersollicitation cérébrale engendrée par l’usage excessif des nouvelles technologies est un problème dont on devrait notamment parler dans les écoles. Difficile de réviser et de mémoriser des connaissances tout en jouant sur son ordinateur…

Où est mon smartphone ?

 Certes, dit Le Figaro, mais de plus en plus d’informations sont conservées dans nos smartphones ou ordinateurs…

« Il y a toujours eu un équilibre à conserver entre ma mémoire interne (ce que je sais moi) et la mémoire externe (le savoir qu’il y a dans une bibliothèque). Mais aujourd’hui, nous sommes dans un changement de relation au savoir majeur. Un risque nouveau apparaît, celui de trop faire confiance à ces mémoires externes puissantes qui sont si faciles d’accès. Ma «mémoire», c’est ce dont je suis capable de faire la synthèse et qui me donne mon identité singulière. Si cette mémoire n’est plus peu à peu qu’un contenu disparate, c’est ma position dans le monde, ma présence, qui va s’en trouver profondément bouleversée.

 « Il faudrait enseigner l’utilisation de l’outil informatique. Expliquer que se concentrer demande du temps, et que mémoriser nécessite d’intégrer des informations nouvelles à ce qu’on sait déjà, ce qui implique de préserver une certaine cohérence. Le problème de nombreux utilisateurs du Web aujourd’hui, c’est qu’ils reçoivent en masse des informations de qualité diverses, au risque de tout gober. Aussi, ils se retrouvent toujours en posture de réaction à une information. Dans la majorité des cas, ce n’est pas eux qui proposent, dissertent, trient, d’où une perte progressive de discernement.

Le Cloud

Et Francis Eustache de conclure : « Paradoxalement, on sait que mettre son cerveau au repos, en se laissant aller à la rêverie sans objet d’attention, est un moyen puissant de préserver son équilibre cognitif, et donc ses capacités de mémoire. »

On peut le dire autrement : pourquoi ne nous laissons plus aller à la rêverie créatrice ? Et pourquoi entraînons-nous nos enfants dans un monde remplis de smartphones et débarrassés de rêves. Un monde où les souvenirs seraient, nous dit-on, stockés dans des nuages numérisés. Souvenons-nous. Des nuages qui ne passent plus… là-bas, là-bas… Des nuages qui n’ont et n’auront plus jamais rien de merveilleux ! Il faudra songer à en parler aux candidats des primaires.

A demain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s