Generali Vitality ® récompensera tous les salariés qui feront des efforts pour leur santé

Bonjour

Rien de plus beau qu’un assureur qui prend soin du corps de ses clients. Ainsi  Generali France  (filiale de l’assureur italien Generali )  qui présentait début septembre son nouveau programme d’assurance au comportement, « Vitality ».  C’est là une option proposée avec la complémentaire santé ou la prévoyance collective. On pourra souscrire à partir du 1er  janvier 2017. Les entreprises clientes pourront alors choisir d’activer le programme pour leurs salariés.

C’est une première en France et, en septembre, Le Monde (Jade Grandin de l’Eprevier) y consacra sa manchette. Sans doute nous étions-nous mal compris. Aucune entourloupe, ici. Aucun vide de forme, aucune atteinte aux droits de l’homme et à son intimité. C’est si vrai que Le Figaro (publicité) revient sur le sujet : « Vrai ou faux : le Quiz Generali Vitality ® : Pour mieux comprendre, focus et réponses sur quelques innovations. ».

Rappelons l’essentiel 

« Le salarié commence par faire un bilan de santé en ligne, en renseignant de multiples données : l’état civil, l’âge, le poids, la taille, mais aussi l’alimentation, la pratique d’activités physiques, la qualité de son sommeil, les derniers bilans sanguins…

« Il doit détailler sa situation par rapport au stress, sa consommation de tabac, sa fréquence de rencontres des professions médicales, etc. Le programme recueille aussi des données à partir des objets connectés (bracelet podomètre, balance connectée…) si le particulier en possède. L’utilisateur peut toutefois ne pas fournir certaines données sans que cela bloque le programme. »

Tout y est expliqué, aplani, simplifié. Qu’y apprend-on ? Que non, le tarif de l’assurance ne varie pas selon l’état de santé du salarié. Ce tarif de l’assurance santé « est absolument identique pour tous les salariés d’une même entreprise, quel que soit leur état de santé et qu’ils s’engagent ou non dans le programme Generali Vitality ®. »

Tarif unique

Faux également de laisser entendre que les données recueillies sur les salariés vont permettre d’augmenter le tarif de ceux qui sont en mauvaise santé, voire même de les exclure de l’assurance. « Le tarif est le même pour tous les salariés, jure l’assureur. Il n’y a donc à aucun moment de discrimination tarifaire liée à l’état de santé des salariés. » Tout cela est si vrai que dans les contrats santé d’entreprise, la réglementation interdit d’exclure des salariés : Generali France le voudrait-il qu’il ne le pourrait pas : il est obligé d’assurer tout le monde au même tarif.

De méchantes langues concurrentes laissent entendre que l’assureur pourrait avoir accès aux données offertes par les salariés dans le cadre du programme Generali Vitality ®. Faux : «  Le programme Generali Vitality ® est géré par une société indépendante. Les données qui y sont logées sont sécurisées et ni l’assureur, ni l’employeur ne peuvent y avoir accès. De toute façon, c’est formellement interdit par la loi française. Autre point important, le salarié peut à tout moment faire machine arrière et demander à ce que toutes ses données soient effacées.

Ethique syndicale

Une question de nature éthique et syndicale : un  employeur peut-il sanctionner un salarié qui ne participerait pas au programme Vitality ® ? La réponse est bien évidemment négative : le programme est « totalement facultatif » pour les salariés. Mieux encore : l’employeur « ne sait pas nominativement » qui suit le programme Generali Vitality ® ou qui ne le suit pas. Il connaît simplement « la proportion de ses salariés qui se sont engagés dans le programme ».

« Imaginons que je m’engage, puis-je en sortir quand je veux ?

–  L’objectif est que le salarié se sente mieux, que son état de santé et son bien-être s’améliorent. Il est totalement libre de s’engager, puis de sortir du programme. A tout moment, sans avoir à se justifier ni auprès de son employeur ni auprès de l’assureur et bien sûr, sans sanction aucune.

Les récompenses sont-elles meilleures pour les salariés bien portants ?

Les récompenses dépendent de l’engagement de chacun. Une personne bien portante aura la même récompense qu’une personne moins bien portante si toutes deux ont fait l’effort de suivre leur programme personnalisé. C’est l’effort qui est récompensé, quel que soit l’état de santé du salarié concerné. »

Les récompenses ?

«  Si le salarié atteint les objectifs fixés par l’application (par exemple faire 10  000 pas par jour, réduire sa consommation de cigarettes, par exemple), il bénéficie alors de réductions chez les partenaires de Generali (comme l’enseigne de cartes cadeaux Wedoogift.com ou le Club Med). »

Et pour les salariés qui, quoique méritants, ne sont ni carte cadeau multi enseignes dématérialisée Wedoogift  ni joies du Club Méditerranée ?

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s