«Mal des cockpits» chez Easyjet : de quoi le «syndrome aérotoxique » est-il le diagnostic ?

 

Bonjour

Voici le temps venu des pathologies étranges, des jeunes entités mal démembrées, des tâtonnements sémiologiques. Est-ce un beau lièvre ou un méchant lapin que lève le « Journal du Dimanche » : « Le mystérieux mal des cockpits devant la justice » (sur abonnement) ? Marie-Christine Tabet nous y apprend qu’un pilote d’avion a, pour la première fois en France, déposé plainte contre sa compagnie. Il estime que l’air circulant dans les avions provoquerait un « syndrome aérotoxique« .

L’affaire est parfaitement orchestrée. Lundi 17 octobre Eric B., commandant de bord chez EasyJet, va déposer une plainte contre X « pour atteintes involontaires à l’intégrité physique, mise en danger de la vie d’autrui et… tromperie sur la qualité de l’air ». Il est, nous dit le JDD convaincu d’avoir été « empoisonné à petit feu » dans son cockpit. A 53 ans, il est l’un des plus anciens pilotes de la compagnie low cost : il y est entré en février 2002. Depuis la fin de l’année 2009, il souffre d’une symptomatologie incertaine : nausées, migraines, gastro-­entérites, fatigue, hyperventilation, tremblements… Corollaire : arrêts-maladies en série

Airbus et Air France rassurent

Eric B., assure le JDD, n’est pas le seul pilote dans cet état : d’autres ont des symptômes qui ressemblent étrangement à ceux d’Eric B. Et depuis une dizaine d’années, des collectifs de navigants et de passagers, (appuyés par un réseau de médecins et chercheurs) se sont organisés au Royaume-Uni, en Allemagne ou encore en Australie. Ils ont donné un nom à leur combat : le « syndrome aérotoxique » (également nommé « scandale de l’amiante de l’aviation »)

« Tout ce qui concerne la gestion de l’air dans les cabines d’avion relève de normes qui sont fixées par l’EASA et la FAA, les agences européenne et américaine de l’aviation. L’air de la cabine est renouvelé toutes les deux à trois minutes. Nous savons que certains équipages ou passagers doutent de la qualité de l’air mais aucune analyse en notre possession ne permet de mettre en évidence de tels problèmes » a expliqué  au JDD un porte-parole d’Airbus.

On rassure également tous azimuts chez Air France : « Il n’y a aucun argument pour dire qu’il existe un risque d’intoxication chronique. Les mesures réalisées par l’Ineris, organisme indépendant, en décembre 2015, ont montré que les niveaux de concentration mesurés, lors du fonctionnement nominal d’un avion, sont nuls ou proches de zéro pour les composants organiques volatils. »

Marie-Odile Bertella-Geffroy

Ainsi en serait-il pour le normal. Mais, précisément qu’en est-il pour l’anormal ?  Mais ce sont justement les situations « anormales » qui inquiètent les navigants. Il faut ici lire le JDD pour prendre la mesure de la construction collective d’un mal sans entité diagnostique. Eric B. « commandant de bord chez Easyjet » nous explique que « c’est une affaire de santé publique ». Où l’on retrouve, aussi, l’avocate de Eric B. : c’est Marie Odile Bertella-Geffroy qui, l’âge venant, a dû quitter le « pôle de santé publique » du tribunal de Paris.

« Retraitée de la magistrature, elle a ouvert son cabinet et siège depuis 2015 au conseil régional d’Ile-de-France » nous dit le JDD. Cabinet rue Salvator Allende (Nanterre) cette élue verte ne semble guère avoir changé. « Le lien de causalité est toujours très difficile à prouver » dit-elle – avant de faire, ici, le parallèle avec l’amiante.

Eric B., depuis son cockpit, est-il un nouveau lanceur d’alerte ? Sommes-nous ici à la lisère de la thèse complotiste, du délire de persécution ? De quoi le « syndrome aérotoxique » est-il le nom ?

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s