Tabac et cigarette électronique : soignants et usagers vont-ils enfin jouer un rôle politique ?

 

Bonjour

Ainsi donc, dans l’attente d’un diagnostic,  nous serions déjà dans « l’après-Hollande ». Une occasion supplémentaire pour s’intéresser de près à l’appel de « La Revue du Praticien » 1 : l’Appel des 100 000 contre le tabagisme . Cent mille soignants (médecins,  pharmaciens, chirurgiens-dentistes, infirmières,  kinésithérapeutes, sages-femmes) appelés à signer un « appel » contre le tabac. Ou plus précisément un appel pour dénoncer l’inaction coupable des responsables politiques contre une addiction hautement fiscalisée responsable, chaque année, de près de 80 000 morts prématurées.

« Chaque jour les soignants sont confrontés aux méfaits du tabagisme et motivent leurs patients pour qu’ils cessent de fumer. Mais ce combat est inégal et se heurte à l’immense lobbying des industriels du tabac et des buralistes.

« L’ambition de cet Appel, non partisan, porté par  »l’Alliance contre le tabac » est d’interpeller tous les élus et les futurs élus, tous les responsables politiques sur ce drame majeur, afin que cette lutte connaisse un tournant significatif. »

Hollande F. 4 février 2014

Objectif ? « Une signature massive par des milliers de médecins, de pharmaciens, de chirurgiens-dentistes, d’infirmières, de kinésithérapeutes, de sages-femmes… constituerait un événement majeur pour la santé publique. Son impact médiatique pourrait être important et empêcher que les responsables politiques ne se dérobent, comme ils le font actuellement, et comme ils l’ont fait en 2012. »

Dans la Revue du Praticien notre confrère Jean Deleuze bat le tambour éditorial sanitaire. Il dit, à sa manière, le scandale que constitue l’inaction politique française qui ne fait rien contre un Etat dealer. Le constat est encore plus accablant quand le chef de l’Etat prend lui-même l’engagement solennel de mettre en place un « Programme national de réduction du tabagisme » (François Hollande, 4 février 2014) et que rien ne suit : plus de deux ans plus tard la France fume comme si rien n’avait jamais été solennellement dit.

Sujet politique

De nombreuses personnalités ont accepté de signer de même que les sept conseils de l’Ordre des professions de santé ainsi que de nombreuses structures et sociétés savantes. Il n’est pas impossible d’imaginer que le cap des 100 000 puisse être rapidement atteint, voire dépassé.  On observera alors le poids de cette initiative sur les candidats à l’élection présidentielle. De ce point de vue on regrettera que l’énergie déployée ici ne soit pas associée à celle, considérable, fournie par les innombrables vapoteurs 2 et de nombreux addictologues  au service d’une politique de réduction des risques tabagiques.

Grâce à la cigarette électronique la lutte contre l’addiction au tabac est désormais un véritable et grand sujet politique. Pour l’heure la question est simple : des centaines de milliers de soignants et d’usagers peuvent-ils peser sur les politiques ?

A demain

1 L’auteur de ces lignes tient une chronique dans « La Revue du Praticien- Médecine Générale »

2 « L’Appel des 100 000 » doit être rapproché de « L’Appel des 1 000 vapoteurs » : « Cigarette électronique : Marisol Touraine soudain mise en demeure par mille et un vapoteurs » (Journalisme et santé publique. 19 janvier 2016)

 

 

Une réflexion sur “Tabac et cigarette électronique : soignants et usagers vont-ils enfin jouer un rôle politique ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s