Déremboursement des « anti-Alzheimer »: premières pressions sur Marisol Touraine

 

Bonjour

 Nous vivons des moments vraiment enrichissants. Ainsi l’affaire des « médicaments anti-Alzheimer ». Elle permet de prendre la mesure des ahurissantes incohérences d’un système  par ailleurs performant: un système qui ne parvient à établir une adéquation entre l’efficacité d’un médicament et le prix facturé à la solidarité nationale. C’est là une affaire exemplaire, vieille de plus d’une décennie 1 – une affaire qui entre aujourd’hui dans une phase aiguë, peut-être terminale. L’échafaudage s’écroule ce qui n’interdit pas à certains de vouloir le maintenir. Et certains y voient déjà une assez riche matière à chasser les conflits d’intérêts (cf.les commentaires à ce texte).

Dernier épisode en date : la réaction de l’union « France Alzheimer et maladies apparentées » 2. Elle explique « avoir  pris connaissance de l’avis préconisé par la Commission de la transparence de la Haute Autorité de la Santé (HAS) concernant le déremboursement total des médicaments anti-Alzheimer ». En fait cet « avis » n’a toujours pas été officiellement rendu public, l’institution ayant été prise de court par les (fortes) déclarations du Pr Olivier Saint-Jean à Libération.

Aricept®, Reminyl®, Exelon® et Ebixa®

« France Alzheimer et maladies apparentées » n’a jamais caché qu’elle était totalement opposée à cette mesure. Sentant toutefois le vent tourner au sein de la Commission de la transparence elle avait «  dès juin 2016 signalé le risque d’une telle décision ». Que nous dit « France Alzheimer et maladies apparentées » ? Qu’elle n’a « malheureusement pas été auditionnée » par cette Commission en charge de l’évaluation des médicaments au sein de la Haute Autorité de Santé. Qu’elle s’inquiète de l’avis rendu sur le service médical  rendu (SMR) désormais considéré comme « insuffisant » pour  Aricept®, Reminyl®, Exelon® et Ebixa®.

« Ce passage d’un SMR de ‘’mineur’’ à ‘’insuffisant’’ signifie tout simplement leur déremboursement total ! » s’exclame-t-elle. Elle ajoute ceci :

« Mis sur le marché depuis plus d’une vingtaine années, les contre-indications et les précautions d’usage de ces médicaments sont bien connues des spécialistes qui évaluent au cas par cas de la pertinence de leur prescription.

« Ces traitements symptomatiques participent à une prise en soin des personnes malades qui comprend un volet médical et un volet médicosocial. Leur déremboursement total envoie un signal négatif et dangereux à toutes les personnes malades qui bénéficient de ces traitements et à toutes celles qui sont engagées dans une démarche de diagnostic. »

Rendez-vous ministériel sollicité

Puis elle s’autorise ce passage : « Nous osons espérer que ce n’est pas le déremboursement de ces quatre médicaments dont bénéficient entre 30.000 et 40.000 personnes malades qui vont permettre de rétablir les comptes de la sécurité sociale ! Nous rappelons que ces quatre médicaments, les seuls médicaments spécifiques à la maladie d’Alzheimer, sont génériqués et que la France serait le seul pays européen à les dérembourser. »

 Et conclut sans ambiguïté quant à ses actions à venir :

« Enfin nous attendons la publication officielle du rapport qui devrait intervenir dans les prochains jours pour discuter et mettre en perspective ces conclusions inquiétantes.  L’union France Alzheimer et maladies apparentées a d’ores et déjà sollicité un rendez-vous auprès de Marisol Touraine, ministre de la Santé et des Affaires sociales ». 

 Nous vivons des moments sinon totalement transparents, du moins vraiment enrichissants.

 A demain

1 Un bref et bon résumé de l’épisode 2011 de l’affaire est disponible dans « La vérité sur vos médicaments » (ouvrage collectif, Odile Jacob). Signé du Pr Jean-François Bergmann on le trouve pages 339 et 340 : « Médicaments de la maladie d’Alzheimer, a-t-on manqué de courage ? » La réponse est dans la question.

Le Pr Bergmann est chef du département de médecine interne de l’hôpital Lariboisière (AP-HP) ancien vice-président de la Transparence (1996-2001) ainsi qu’ « expert consultant » pour la société « Prioritis », cabinet de conseil en Market Access spécialisé dans les procédures de prix et de remboursement des industries de santé.

 2 « France Alzheimer et maladies apparentées » se présente comme « la seule association nationale de familles reconnue d’utilité publique ». Elle « soutient les familles et les personnes malades, informe l’opinion et les pouvoirs publics, contribue à la recherche et forme les bénévoles et les professionnels de santé ».

Une réflexion sur “Déremboursement des « anti-Alzheimer »: premières pressions sur Marisol Touraine

  1. Bonjour

    Je viens de relire votre papier.
    Tout d’abord, je dois vous remercier de signaler mes précédents commentaires qui signalaient les liens d’intérêt du Pr Mathieu CECCALDI et du Pr Olivier SAINT-JEAN avec les laboratoires pharmaceutiques, liens qui sont des faits rapportés par le site transparence santé : https://www.transparence.sante.gouv.fr/flow/main;jsessionid=A93437FB9BC55EDC8088828D3E20F479.sunshine-public?execution=e1s1
    C’est un site gouvernemental donc indépendant.

    Par ailleurs, je voudrais revenir sur le communiqué de France-Alzheimer dont vous rapportez la teneur.

    Tout d’abord je voudrais dire à quel point une telle association est importante pour soutenir les proches de patients atteint de cette maladie.

    Cependant sa pris de position me laisse pour le moins perplexe.

    Analysons là :
    « France Alzheimer et maladies apparentées qui n’a malheureusement pas été auditionnée par cette commission, en charge de l’évaluation des médicaments au sein de la Haute autorité de santé »
    Et pour cause, c’est une commission scientifique qui a jugé les médicaments anti-Alzheimer, qui donc se base sur les connaissances scientifiques sur le sujet. Que je sache, France Alzheimer n’est pas une association scientifique et par là même n’a pas sa place dans la commission qui a évalué scientifiquement les médicaments anti-Alzheimer. Donc pourquoi s’étonner de ne pas avoir été auditionner.

    « Mis sur le marché depuis plus d’une vingtaine années, les contre-indications et les précautions d’usage de ces médicaments sont bien connues des spécialistes qui évaluent au cas par cas de la pertinence de leur prescription.  »
    Oui mais ici il est question du service médical rendu et donc de l’utilité et de l’inutilité de ces médicaments. Cette phrase n’a donc aucun sens car « hors sujet ».

    « Ces traitements symptomatiques participent à une prise en soin des personnes malades qui comprend un volet médical et un volet médico-social. Leur déremboursement total envoie un signal négatif et dangereux à toutes les personnes malades qui bénéficient de ces traitements et à toutes celles qui sont engagées dans une démarche de diagnostic. »
    Oui mais il expliqué dans l’avis de la commission que ces traitements sont inutiles et dangereux.
    Donc à en croire France-Alzheimer, le fait que ces traitements n’ont aucune utilité , cela ne rentre pas en ligne compte ?

    « Il est à espérer que ce n’est pas le déremboursement de ces quatre médicaments dont bénéficient entre 30 000 et 40 000 personnes malades qui vont permettre de rétablir les comptes de la sécurité sociale ! Rappelons que ces quatre médicaments, les seuls médicaments spécifiques à la maladie d’Alzheimer, sont génériqués et que la France serait le seul pays européen à les dérembourser. »
    Là aussi , point de référence à l’utilité de ces médicaments. A croire que le seul fait qu’ils soient prescrits à un grand nombre de patients soient suffisants par rapport à l’évaluation scientifiques. Le nombre ne fait pas la preuve de l’utilité.

    Enfin, sachant que ces médicaments sont inutiles et ont des effets secondaires parfois mortels, ce fait ne rentre en aucun cas en réflexion pour France-Alzheimer.
    Il est donc particulièrement surprenant, voire dérangeant, qu’une association qui défend les malades et leurs proches fasse pression pour le maintien de médicaments inutile et même dangereux.
    On peut légitiment se demander dans cette défense qui ils défendent véritablement,
    Les malades ou les fabricants de médicaments ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s