Pourquoi transformer à toute vapeur les pharmacies en dispensaires vaccinateurs ?

Bonjour

Non, c’est non. Euphémisant, Le Quotidien du Médecin explique que l’amendement-pharmaciens-vaccin « ne fait pas recette ». Il y a quelques jours les députés membres de la commission des Affaires sociales adoptaient un amendement réchauffé de la députée Michèle Delaunay (socialiste,  Gironde) :  « l’État peut autoriser, à titre expérimental et pour une durée de trois ans, le financement […] de l’administration par les pharmaciens du vaccin contre la grippe saisonnière aux personnes adultes ». Rien, certes, n’est encore fait. Un décret devrait fixer les conditions d’application de cette expérimentation, notamment en ce qui concerne les modalités de « formation des pharmaciens » (sic).

C’est, sans surprise (et avec raison) un tollé chez les syndicats médicaux :

MG France :

On juge le dispositif « compliqué » et on estime qu’« augmenter le nombre de vaccinateurs potentiels ne va pas contribuer à diminuer la défiance des patients envers la vaccination ». Une solution « plus simple et très efficace » consisterait à obtenir que les pharmaciens confient à chaque médecin traitant un stock de vaccins hebdomadaire pour faire face aux besoins.

Plus généralement on rappelle, à juste titre » que la confiance dans la vaccination « ne peut revenir que dans le cadre de la relation privilégiée que le médecin a établie avec son patient ». Ou encore cette vérité :

« La vaccination n’est pas qu’un geste technique simple. Pour chaque vaccin, elle suppose une évaluation préalable de l’historique médical et vaccinal du patient, une information du patient et une discussion sur les risques présumés et les avantages certains de la vaccination, et un suivi des éventuelles complications, immédiates ou non.

« L’évaluation et le suivi des éventuelles complications ne peuvent se faire qu’à travers le dossier médical du patient. L’information et la discussion doivent se faire dans le cadre de la relation privilégiée établie par le médecin avec le patient. »

CSMF :

« La solution ne réside pas dans la multiplication des lieux de vaccination » assure le Dr Jean-Paul Ortiz. Il fait valoir que fait valoir que les infirmières procèdent déjà à des vaccinations, sans que cela fasse augmenter le taux de couverture. « Donnons plutôt un stock de vaccins aux médecins, en liaison avec leur pharmacien de proximité », préconise également  le syndicat. Et plus généralement :

« Le taux de vaccination anormalement bas en France pose un vrai problème de santé publique et s’explique essentiellement par deux principales raisons :

. Les attitudes variables et irresponsables des pouvoirs publics sur la recommandation des vaccins ont eu de lourdes conséquences. De même, l’organisation chaotique de la vaccination contre la grippe H1N1 en 2009-2010 a fait chuter de dix points le taux de vaccination chez les personnes âgées dès l’année suivante.

. Il existe depuis plusieurs années un fort courant anti-vaccination alimenté par des contre-vérités et des pseudo-études sur les vaccins, créant ainsi un climat de suspicion et de défiance chez un certain nombre de Français. »

Cible des infirmiers

Mais l’amendement de Michèle Delaunay est aussi la cible des infirmiers. Annick Touba, présidente du Syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux , s’interroge : « Pourquoi donner cette compétence à des gens qui ne sont pas habilités, au lieu d’utiliser les 100 000 infirmières libérales qui sont sur le terrain » ?

Daniel Guillerm,  vice-président délégué de la Fédération nationale des infirmiers (FNI), prédit que ce texte marquera un début de démantèlement des compétences propres aux infirmiers. « Et pourquoi pas demain les pansements ? », ironise-t-il.

Geste vaccinal

Et pourquoi n’ironiserait-on pas ? L’urgence n’est pas à multiplier les centres de vaccination (souvenons-nous de 2009-2010). Elle n’est pas non plus à transformer le pharmacien en ce qu’il n’est pas et (bien souvent) ne veut pas être. L’urgence est de réhabiliter le geste médical vaccinal – ne priorité absolue de santé publique. Et puis comment pourrait-on jouer avec l’éthique, avec les intérêts en conflits ?

« Si conflit d’intérêts il y avait, je le verrai plutôt dans la possibilité de devenir à la fois prescripteur, dispensateur et administrateur du vaccin, nous écrit Rémi Dufourcq-Lagelouse, pharmacien, en commentaire à l’un de nos texte. Cet aspect de la problématique n’est quasiment jamais abordé dans les différentes blogs et articles que j’ai pu lire ».

Voilà qui est fait. Merci.

A demain

 

3 réflexions sur “Pourquoi transformer à toute vapeur les pharmacies en dispensaires vaccinateurs ?

  1. Derrière le paravent de la technicité se cachent les intérêts d’une corporation. Les infirmières ont d’ailleurs l’autorisation de vacciner contre la grippe. Un pharmacien serait-il moins compétent qu’une infirmière ? Une injection sous cutanée est-elle d’une complexité telle qu’elle écarterait les pharmaciens de cet acte ? Que les MG fassent la promotion de la vaccination, de toutes les vaccinations : c’est leur tâche. En ces temps de scepticisme désabusé et généralisé, un peu d’information éclairée ne serait pas superflu. Je m’exprime ici en tant que médecin généraliste.

  2. Il m’arrive parfois de faire le vaccin contre la grippe au sein du CSAPA, pour mes patients fumeurs ou ex-fumeurs !
    La vaccination a perdu son sens en population générale et aussi auprès de nombreux médecins, avec les vaccins « obligatoires », ceux qui sont recommandés, et les autres …La simplification du calendrier vaccinal devrait peut-être permettre de simplifier la donne.
    Demander aux pharmaciens de s’impliquer dans la vaccination, c’est comme de demander (ce qui a été fait) aux médecins généralistes de pratiquer le RPIB.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s