Les Français ne croient plus aux vaccins. Ils plébiscitent «lanceurs d’alerte» et homéopathie

 

Bonjour

Se faire peur quoiqu’il en coûte. Jusqu’à la maréchaussée qui descend sur les Champs-Elysées gyrophares allumés. Aujourd’hui atomisation manu militari d’une Jungle apparue à Calais. Déradicalisation de nos territoires. L’OM fait match nul à Paris. Juppé, quoique triste, est en tête. Valls président ! Sondages permanents dans un pays dont les politiques ne savent plus prendre le pouls du peuple. Aujourd’hui c’est l’Ipsos qui nous dit nos fibrillations. Un travail facturé aux fabricants de médicaments (1).

« Si le niveau de confiance reste très élevé dans les médicaments, il se dégrade pour les vaccins qui font l’objet d’un scepticisme de plus en plus préoccupant. La baisse n’est pas vertigineuse mais elle est symptomatique. Avec une perte de deux points par rapport à 2015, les vaccins enregistrent le taux de confiance le plus bas (69 %) depuis le lancement de l’Observatoire sociétal du médicament en 2012. » 

Cela peut se dire autrement : seul un Français sur deux considère aujourd’hui que la vaccination présente plus de bénéfices que de risques. Et cette croyance est plus marquée dans la génération montante. Pour ce qui est des médicaments la confiance accordée aux « lanceurs d’alerte » monte en puissance (69 %, + 24 points). Les fabricants, opaques, perdent en crédibilité : seuls 45% des Français leur font confiance en matière d’information sur les médicaments. Ces fabricants restent toutefois devant la presse écrite (37 %), la radio (34 %), la télévision (27 %), Internet (24 %) et les hommes politiques (12 %). L’Ipsos ne nous dit malheureusement pas qui sont ces « lanceurs d’alerte » qui rassurent les Français en les inquiétant. Sont-ce le Pr Philippe Even ? Le Pr Henri Joyeux ? Michel de Lorgeril ? Irène Frachon ? Martin Winckler ? Frédéric Saldmann ? D’autres encore qui font leurs armes ?

Vaccins = Dangers

 Il nous faut ici écouter le toujours sage Brice Teinturier, politologue et Directeur Général Délégué France d’Ipsos, celui qui réapparaît devant les canapés lors des soirées électorales télévisées:

« Malgré un contexte général marqué par un certain nombre de polémiques liées au prix ou encore à l’accessibilité des traitements, les Français réaffirment leur confiance dans les médicaments. Dans le même temps, la baisse de la confiance vis à vis des figures médicales traditionnelles que sont les médecins (traitants ou spécialistes), les infirmier(e)s ou encore les pharmaciens par rapport aux informations données sur les médicaments peut s’analyser à la lumière de la crise de confiance plus globale à l’égard des autorités et des experts que l’on voit progresser au sein de l’opinion depuis ces dernières années.

 « Les professionnels de santé n’y échappent pas. Ce phénomène est toutefois préoccupant en ce qui concerne les vaccins et les questionnements des Français quant à leur efficacité, voire leur dangerosité. Si l’érosion de la confiance à l’égard des professionnels de santé en ce qui concerne l’information sur les médicaments se confirmait, voire s’amplifiait, qui serait demain à même de combattre efficacement ce mouvement de défiance à l’égard de la vaccination ? »

Louis Pasteur revisité

On prendra aussi connaissance de la copie de Philippe Lamoureux, ancien des cabinets de Bernard Kouchner et Martine Aubry aujourd’hui directeur général des fabricants. M. Lamoureux est énarque, promotion « Liberté, égalité, fraternité » (1989) :

 « La France, patrie de Pasteur, est aujourd’hui championne du monde du scepticisme à l’égard de la vaccination (2). La situation est préoccupante. La vaccination est aujourd’hui capable de prévenir 28 maladies infectieuses. En tant qu’acteurs clés du vaccin, les entreprises du médicament sont attachées à ce qu’il reste un outil majeur de prévention des maladies infectieuses graves souvent mortelles : pédagogie, information, concertation avec les autorités de santé, anticipation des ruptures d’approvisionnement… Ce n’est que collectivement que les acteurs de santé – industriels, professionnels de santé, patients et pouvoirs publics – parviendront à restaurer la confiance des Français dans la vaccination. »

Qui, en ce mois d’octobre 2016, entend le credo passéiste de M. Lamoureux ? Faire confiance ? Ici, nous dit Ipos, seule l’homéopathie progresse (73 %, + 2 points). Rien que de logique: comment ne pas croire en l’eau ?

A demain

1 Étude Ipsos pour le Leem, réalisée par Internet entre le 09 et le 16 juin 2016, auprès de 1 000 personnes, âgées de 18 ans et plus. « Observatoire sociétal du médicament 2016 – 6e vague d’étude menée sur le rapport des Français aux médicaments ».

2  Menée, de septembre à décembre 2015, par les chercheurs du Vaccine Confidence Project (Projet confiance dans les vaccins) à la London School of Hygiene and Tropical Medicine, une étude mondiale effectuée auprès de 66 000 personnes originaires de 67 pays, fait apparaître que la France avec 41% de scepticisme (soit trois fois plus que la moyenne mondiale) est championne du monde en matière de méfiance à l’égard de la vaccination

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s