Camouflet à la Haute Autorité de Santé : Touraine maintient les anti-Alzheimer remboursés

 

Bonjour

Le méchant abcès ne sera donc pas vidé : Marisol Touraine se refuse à dérembourser quatre médicaments inefficaces et potentiellement dangereux.  La ministre de la Santé semble se moquer du fait que ces quatre spécialités « anti-Alzheimer ont représenté et continuent de constituer un gouffre financier pour la collectivité :

L’Aricept ® (donepezil) de la firme Eisai (commercialisé depuis septembre 1997) l’Exelon ® (rivastigmine) de Novartis ® (mai 1998), le Reminyl ® (galantamine) de Jansen-Cilag (octobre 2000) et l’Exiba ® (mémantine) de Lundbek (mai 2002).

Question interdite

Marisol Touraine dira (peut-être) un jour, dans ses mémoires, si elle a fait ou non l’objet de pressions qui expliqueraient qu’elle prenne le risque de désavouer les experts et l’autorité de la Haute Autorité de Santé sur un tel sujet. Ce 26 octobre, elle affirmé sur RTL qu’« il n’y aura pas de déremboursement » de ces quatre médicaments :

« Marisol Touraine était l’invitée d’Élisabeth Martichoux, ce 26 octobre, sur RTL. La ministre de la Santé et des Affaires sociales est revenue sur l’actualité liée à la baisse du chômage, au retour prochain des comptes de la Sécurité sociale à l’équilibre et sur le déremboursement potentiel de quatre médicaments anti-Alzheimer.

« Interrogée sur cette question elle a été très claire : « Il n’y aura pas de déremboursement dans l’état actuel des choses ». Même si la mesure a été recommandée par un comité de la Haute autorité de Santé, la ministre explique qu’elle veut d’abord que soit mis en place « un protocole de soins ». « Tant que ce protocole de soin ne sera pas non seulement élaboré, mais mis en œuvre, la question du déremboursement ne peut pas et ne doit pas se poser », a assuré la ministre de la Santé. »

Astuce de balayeur

Question interdite ? Bigre. Où l’on retrouve, sous une autre forme, quasi soviétique, l’astuce de balayeur trouvée par Xavier Bertrand (alors ministre de la Santé) pour parvenir à ne pas toucher à ce remboursement. Celle fois la ministre  « a saisi le président du comité de suivi du Plan de lutte contre les maladies neurodégénératives, le Pr Michel Clanet » (information du Quotidien du Médecin). Ce dernier sera chargé « d’organiser la consultation avec les professionnels de santé et les associations de malades d’Alzheimer qui composent ce comité. À l’issue de cette concertation, il remettra ses recommandations à la ministre ». Mais la ministre sera-t-elle encore ministre ?

La Haute Autorité de Santé avait, preuves à l’appui, conclu que  « l’intérêt médical de ces médicaments est insuffisant pour justifier de leur prise en charge par la solidarité nationale. » Elle avait aussi dénoncé l’absence de suivi de ses recommandations depuis que Mme Touraine est ministre de la Santé. La ministre désavoue publiquement et avec éclat cette institution sans nous en dire la raison. Dans une démocratie transparente et éclairée les citoyens seraient en droit de demander des comptes sur cette bien étrange utilisation des deniers de la collectivité. Il n’est pas interdit d’espérer que certains les demande. Ni que la ministre ne soit, un jour, tenue de les rendre.

A demain

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s