Marisol Touraine : à marche plus que forcée pour reconquérir son fief électoral royal

 

Bonjour

Chaque week-end, le rituel républicain : l’agenda prévisionnel pour la prochaine semaine de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé. Et chaque semaine ou presque, pour le vendredi, un « déplacement en Indre-et-Loire ». C’est comme le dit cet insupportable oxymore, son « fief électoral ». Elle y fut élue députée (3ème circonscription) en juin 2007 ; devint présidente tourmentée du Conseil général en 2011 ; réélue députée en 2012 avant de connaître le destin national que l’on sait.

Capilotade

Avec la capilotade présidentielle et la catastrophe électorale annoncée les vendredis ligériens se firent plus fréquents. Cadeaux, sourires, remises de médailles, utilisations hospitalières de la réserve ministérielle, cafés gourmands et autres coupures de rubans. Les ennemis politiques veillent qui, déjà, font le décompte d’un possible mélange des genres. La Nouvelle République d’Indre-et-Loire et du Centre-Ouest veille objectivement sur tout cela. Elle nous en livre aujourd’hui une réjouissante synthèse signée Olivier Prouveau : « Que pensent-ils d’elle ? ». Où il apparaît que nous sommes déjà, ici aussi, en campagne. Extraits :

« Marisol Touraine suit le président comme son ombre et multiplie les visites et cadeaux en Indre-et-Loire. Elle plaît aux uns, est très mal aimée par d’autres.  Super Marisol, titrait avec ironie Le Quotidien du médecin, ces jours derniers. Sur la photo de une, on la voit vêtue en super héroïne, la cape sur les épaules, un grand T sur la poitrine. Cela la change de ses jupes vaporeuses aux couleurs improbables (…)

« Sur ses terres tourangelles (sic), où elle revient chaque week-end, même omniprésence affichée. Super Marisol sauve le CEA du Ripault à Monts, visite nos chers aînés en maisons de retraite, caresse nos chères têtes blondes dans une crèche à Chambray au cœur de l’été caniculaire. Elle distribue même les millions, pas moins de sept, « aide spéciale de l’État », pour les personnes âgées et handicapées de la région, dont 1,3 million pour Loches.

« La ministre est visiblement en campagne pour retrouver en juin 2017 son fauteuil de députée du Lochois, qu’elle a confié à son suppléant Jean-Marie Beffara, le temps de sa mission gouvernementale. En cette mi-octobre, elle a même pris le temps de visiter les petites grands-mères du club UNRPA de Saint-Pierre-des-Corps et l’usine voisine Faiveley. Super Marisol, en Touraine comme ailleurs, promet, réconforte, accroche les médailles au col des heureux récipiendaires, coupe les rubans, préside les cérémonies avec un talent certain. »

Galons du bon petit soldat

Grands yeux et grands sourires, c’est certain. Qu’en pense-t-on autour d’elle ? Longtemps elle ne fut, pour les élus socialistes locaux, qu’un « bon petit soldat ». Cinq ans plus tard elle a conquis à Paris, quelques galons.

« Sérieuse, travailleuse, dogmatique, arriviste, techno, « trop parisienne ». Ce sont les qualificatifs qui reviennent le plus souvent. Agée de 57 ans, femme de réseaux, voix et talons haut perchés, fille de bonne famille, un père sociologue célèbre, mariée au diplomate Reveyrand de Menthon. Diplômée des grandes écoles, élevée au biberon Rocard, proche de DSK avant l’affaire du Sofitel de New York. 

« Élue députée en Lochois dès 1997, un an à la présidence du conseil général en 2011-2012, ministre de la Santé depuis quatre ans et demi, sur la ligne Hollande jusqu’à nouvel ordre. La NR rend compte de ses activités nationales et présences en Indre-et-Loire chaque semaine dans ses colonnes. Aujourd’hui, la parole est à son entourage et à ceux qui ne l’apprécient pas et racontent sa « part d’ombre », à Marie-Soleil.»

Tribunes d’honneur ou populaires

On retiendra Marc Angenault, son voisin, maire (LR) de la cité royale de Loches. Bientôt candidat contre elle il lui conseille « de faire attention » à ne pas se servir des moyens de l’Etat, de mélanger l’argent public donné à la ministre et celle de la candidate aux élections législatives…. On ne retiendra pas Claude Greff, ancienne infirmière hospitalière, ancienne secrétaire d’Etat à la Famille aujourd’hui député (LR) du département et qui appelle « Marie-hors-sol Touraine » celle qui, « dépense des millions chaque week-end en Touraine ».

Il fait grand soleil aujourd’hui en Touraine. La mythique section rugby de l’Union Sportive de Tours affronte demain le club d’Auray. Match à 15 heures dans le non moins mythique Stade Tonnelé, face au CHU Bretonneau et à la Faculté de médecine François-Rabelais. Il n’est pas interdit de penser que l’on y croisera la ministre. Elle aura le choix entre la tribune d’honneur et celle réservée au peuple. La ministre socialiste pourrait aussi, avant de regagner Paris, rester une mi-temps de chaque côté.

A demain

 

Une réflexion sur “Marisol Touraine : à marche plus que forcée pour reconquérir son fief électoral royal

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s