Le tiers payant généralisé explique-t-il les agressions des médecins dans leurs cabinets ?

 

Bonjour

Après les urgences de l’hôpital de Tourcoing, une maison médicale de Châtellerault (Vienne).  Après Nord Eclair (Vincent Depecker), La Nouvelle République du Centre Ouest (Anthony Floc’h). La presse quotidienne régionale tient l’inquiétante chronique de ce qui, hier encore, était de l’ordre de l’impensable.

Il était 17 h 30, vendredi 28 octobre quand le Dr Corinne Joyeux, médecin généraliste, a été violemment agressée à son cabinet. Cela s’est passé au cœur de la maison médicale Clément-Krebs, 1 rue Madame, Châtellerault, département de la Vienne. Les cinq autres généralistes sont « sous le choc ». Des témoignages recueillis il ressort que l’homme et sa compagne se seraient présentés au cabinet avec plus d’une heure de retard pour un examen de leur bébé âgé de cinq mois.

« Invité à patienter dans la salle d’attente, le couple n’aurait pas apprécié et l’aurait fait savoir, notamment au Dr Joyeux. Dans l’altercation, sous le regard de patients, près de l’accueil, l’homme aurait porté un coup au visage de la médecin. Dans sa chute, Corinne Joyeux aurait percuté le coin d’un bureau et perdu connaissance. Depuis, elle est en observation à l’hôpital de Châtellerault. Un hématome intracérébral important aurait été constaté. »

Onde de choc

Son état, initialement jugé « sérieux » semble s’être amélioré. Présentant encore « quelques troubles neurologiques » elle « reprendrait peu à peu ses esprits » selon  le Dr Franck Duclos, président de l’Ordre des médecins de la Vienne. Et après ?  Face à cet « acte grave », les cinq autres généralistes de la maison médicale ont décidé de fermer leur cabinet jusqu’à mercredi matin. Les rendez-vous d’hier et de demain ont été décommandés. « Nous voulons sensibiliser le public et exprimer notre soutien à notre collègue », commente l’un des généralistes à La Nouvelle République. Cette dernière ajoute :

« Depuis, l’onde de choc ne cesse de grandir. A l’appel de syndicats de médecins, une journée « Santé morte » devrait être organisée fin novembre dans le département. De son côté, le couple aurait l’intention, lui aussi, de porter plainte. Il reprocherait au cabinet de ne pas avoir pris soin de son bébé. Concernant l’enquête, ni par le parquet, ni par la police ne sont exprimés pour le moment. ‘’Nous communiquerons quand l’enquête sera terminée’’, indique la magistrate de permanence.

Côté police

« Quelles sont les circonstances précises de l’agression ? L’agresseur présumé a-t-il été interpellé depuis vendredi soir ? Si oui, comment justifie-t-il son geste ? Pourquoi, avec sa compagne, voudrait-il porter plainte lui aussi ? Autant de questions qui restent pour l’instant sans réponse. ‘’L’enquête avance bien’’, se contente-t-on d’indiquer du côté de la police. »

Le président de l’Ordre départemental des médecins de la Vienne dit ce que dirait tout responsable ordinal d’un département français : « C’est totalement inadmissible que des gens en viennent à agresser des professionnels de santé. Les médecins donnent leur vie, au quotidien, pour la prise en charge de la souffrance des malades. Ils ont une obligation déontologique de respect de la personne ; ce devoir de respect existe aussi pour les patients. Rien ne peut excuser un tel geste. Si on a quelque chose à reprocher à un professionnel de santé, il existe des voies légales. Les agressions sur des médecins sont peu fréquentes, mais leur nombre est en augmentation. C’est intolérable. L’Ordre des médecins se portera partie civile à chaque fois qu’un tel acte se produira. »

Brutes en blanc

Il est aussi d’autres propos. A Poitiers le Dr Philippe Boutin, médecin généraliste est aussi vice-président de l’Union régionale des professionnels de santé de Nouvelle-Aquitaine va plus loin. Et ses propos sont autrement dérangeants :

« Est-ce un problème global de société ? Sûrement ; nous ne sommes la seule profession concernée par ces problèmes. Il y a, pour moi, une autre explication, même je me refuse à tout amalgame et à toute tentative de récupération «  politique  » : l’adoption du tiers payant généralisé a amplifié cette déresponsabilisation des patients. Certains pensent qu’on peut arriver les mains vides, sans justificatif, et que tout est gratuit. »

Après l’affaire des urgences de Tourcoing, interrogée lors des questions au gouvernement, Marisol Touraine avait condamné la « violence incroyable » et réclamé des «sanctions exemplaires» contre les agresseurs. Commentera-t-elle l’agression de Châtellerault et la lecture politique du Dr Boutin de Poitiers ? Le « tiers payant généralisé » explique-t-il pour partie ce début d’épidémie de patients déresponsabilisés ?

Patients violents versus Brutes en blanc …

A demain

Une réflexion sur “Le tiers payant généralisé explique-t-il les agressions des médecins dans leurs cabinets ?

  1. A dévaloriser sciemment les professions les plus humanistes , à réduire délibérément les médecins à des prestataires de services au bout de plus de dix ans d’efforts comment s’étonner d’une telle violence?Un adulte incapable de patienter est-il vraiment un adulte dans notre société consumériste du « tout tout de suite »???

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s