Si les hôpitaux publics sont malades, c’est qu’ils ressemblent toujours plus au privé (Libé)

 

Bonjour

Nouvelle « journée de mobilisation avec grève » dans le monde hospitalier. Cette fois c’est à l’initiative de la Coordination nationale infirmière – rejointe par les fédérations FO, CGT et SUD des secteurs de la santé. Il faut lire le cahier des doléances infirmières pour prendre le pouls du malaise des hôpitaux publics. A commencer par  cette adresse à François Hollande, Manuel Valls et Marisol Touraine :  « L’ensemble de la communauté des soignants de France s’indigne du peu d’égard que vous lui témoignez ! »

« Aux interpellations des professionnels de santé, suite aux suicides médiatisés cet été, vous avez, Madame Touraine, après un long silence répondu par des annonces de plan à venir sur la prévention des risques psychosociaux, puis d’amélioration de la qualité de vie au travail. Mais, tandis que les mesures concrètes se font attendre, vous poursuivez votre communication chiffrée.

Marisol Touraine sur RMC et BFM TV

« Vous affirmez au micro de RMC que les infirmiers ont été augmentés de 250 à 500 € puis, sur BFM TV, vous annoncez la hausse des salaires et des recrutements dans la fonction publique. N’est-ce pas un mensonge par omission Madame Touraine ? Pourquoi n’avez-vous pas évoqué la conversion des primes en points d’indices expliquant cette pseudo revalorisation mais qui ne traduira pas de majoration de nos revenus mensuels ?

Pourquoi ne parlez-vous pas du nombre de demandes de disponibilités qui explose dans la fonction publique ? Pourquoi ne parlez-vous pas du nombre croissant de soignants qui quittent le secteur hospitalier pour s’installer, au mieux, en libéral et tenter d’exercer dans des valeurs qui leurs sont chères – au pire, pour se reconvertir ? » 

Libération de ce 7 novembre s’intéresse au sujet. Il est, étrangement, l’un des rares titres de la presse. Eric Favereau est allé glaner quelques confidences dans l’entourage de la ministre. « Au ministère de la Santé, écrit-il, on se dit ‘’vigilant’’, on insiste sur le fait que pendant ce quinquennat, Marisol Touraine s’est ‘’battue’’ pour défendre l’hôpital public. Devant le ‘’malaise’’ actuel, elle devrait annoncer fin novembre une ‘’stratégie nationale pour améliorer la qualité de vie au travail à l’hôpital’’. » Puis Libé  cite l’un des opposants hospitaliers historiques à l’économie de marché : le Pr André Grimaldi : «A quoi bon rester dans le public si c’est pour faire comme dans le privé ?». Tout est dit.

Herboriste des racines de la souffrance

Libé, est c’est heureux, est aussi allé recueillir (Amandine Cailhol) l’analyse du sociologue Frédéric Pierru. On n’écoute pas assez les sociologues qui herborisent aux racines du monde hospitalier. Spécialiste des questions de santé (et plus largement de la sociologie de l’action publique) M. Pierru est chercheur au Ceraps-Lille 2 et au CNRS. Extraits des propos d’un sociologue qui parle clair :

« Il existe des indicateurs objectifs de la souffrance au travail en milieu hospitalier. Prenez le taux d’absentéisme : il est de 10 % chez les soignants. Le turnover augmente aussi entre les services. Les gens sont cuits, donc ils vont voir ailleurs si l’herbe y est plus verte. Cela atteste d’une dégradation des conditions de travail. Il faut aussi regarder l’évolution de la productivité hospitalière, qui n’a fait que croître, alors que les effectifs ont souvent baissé. Là aussi, c’est une preuve de l’intensification de la charge de travail.

« Tous les soignants sont concernés, mais ils ne font pas face de la même manière. Il y a un ruissellement du plus haut échelon vers le plus petit. Une délégation du sale boulot. Les médecins échappent donc, en partie, aux conséquences de cette dégradation, car ils les répercutent sur les infirmiers, qui eux-mêmes répercutent sur les aides-soignants. En bas de l’échelle, les aides-soignants ont peu de marge de manœuvre. C’est donc plus difficile pour eux de lutter contre la détérioration des conditions de travail. En plus, ce sont eux qui sont au contact des patients et de leurs familles. Ils ramassent toutes les réclamations et les plaintes. »

Peut-on dater le début du mal ?

« Le vrai changement date du passage, en 2003, à la tarification à l’activité (T2A) 1 et sa logique gestionnaire perverse, qui va de pair avec le renforcement des contraintes budgétaires. Ce système a alourdi la charge mentale pour les soignants. Désormais, chaque patient se voit affecter une somme financière. Avec, d’un côté, les «rentables», et de l’autre, ceux qui ne le sont pas, les «mistigris», dont il faudrait se débarrasser. L’économique est désormais au cœur du soin. Les soignants vivent cela comme un «viol éthique». Pour eux, l’hôpital doit soigner tout le monde et non uniquement ceux qui rapportent de l’argent. Ils n’ont pas choisi ce métier pour ça. Du coup, ils ont l’impression de mal faire leur boulot, d’être dans le ‘’quick and dirty’’. »

Quick and dirty  ? Tout est dit.

A demain

1 La « tarification à l’activité » est un mode de financement des établissements de santé qui vise à « médicaliser » le financement tout en équilibrant l’allocation des ressources financières et en « responsabilisant » les acteurs de santé.

Ce mécanisme vise à la mise en place d’un cadre unique de facturation et de paiement des activités hospitalières dans lequel l’allocation des ressources est fondée à la fois sur la nature et le volume de leurs activités. La logique de moyens qui prévalait jusque-là cède la place à une logique de résultats. Ce sont les recettes issues des activités hospitalières qui vont déterminer les dépenses et non l’inverse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s