Pneumonie et formation continue : Pfizer Vaccins® fait la leçon aux médecins français

 

Bonjour

Pourquoi ne pas laisser les géants pharmaceutiques assurer l’enseignement de la médecine ? Signes, diagnostic, traitement. En privilégiant, bien évidement, les traitements. L’affaire n’est pas nouvelle qui fit les beaux jours des diatribes contre les visiteuses médicales. Elle est toujours d’actualité  comme le montre ce sujet sur la « pneumonie » et la grande enquête réalisée par l’Institut Ipsos à la demande de Pfizer Vaccins® – soit « une photographie intéressante de la vision qu’ont les adultes de plus de 50 ans sur la pneumonie dans neuf pays européens ». Une enquête 1 dont le commanditaire nous apprend (en France) que « les résultats français, riches d’enseignements, permettent de rectifier quelques idées reçues ».

Têtes de chapitres : « Qu’est-ce que la pneumonie ?  Qui est concerné ? Comment l’attrape-t-on ? Quels sont les symptômes ? Quelle en est la gravité ? Quel est le traitement ? »

Et puis, bien évidemment : « Peut-on la prévenir ? » Réponse :

« La pneumonie à pneumocoque peut être prévenue par la vaccination. Des mesures permettant d’éviter les troubles de la déglutition sont utiles pour prévenir les pneumonies d’inhalation. »

Danger : vaccinez !

Pfizer Vaccins® nous apprend encore que les Français « croient connaître la pneumonie » mais que leurs connaissances « sont très imprécises ». « Ils sous-estiment la gravité de la maladie et surtout ils sous-estiment le risque pour eux-mêmes et ce cela même chez les personnes à risque. Ils connaissent mal les moyens de prévenir la maladie et ont peu recours à la vaccination contre le pneumocoque. »

Et selon Pfizer Vaccins®, tenez-vous bien, « le médecin reste leur principale source d’information ».

A demain

1 Enquête IPSOS-MORI réalisée par téléphone auprès de la population générale âgée de 50 ans et plus dans 9 pays en Europe entre novembre 2015 et février 2016. Résultats pondérés pour la France en fonction de la taille de la population et du profil. Parmi les répondants âgés de 65 ans et plus ou de 50 à 64 ans présentant au moins un facteur de risque.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s