La cigarette électronique et les vapoteurs victimes de nouvelles agressions médiatiques

 

Bonjour

Le combat continue, et avec lui des aveuglements (plus ou moins) volontaires. Aujourd’hui c’est Le Parisien (Elsa Mati) : « L’e-cigarette, potentiellement toxique ? ». Le point d’interrogation ne change rien. Cela donne ceci :

« Cette fois-ci, ce n’est ni le risque d’explosion de la batterie ni la nocivité des arômes qui sont pointés du doigt. Publiée fin août dans la revue « Thorax », une étude américaine révèle que des souris, soumises à des vapeurs d’e-cigarettes, avec nicotine, une heure par jour pendant quatre mois, présentaient des lésions pulmonaires semblables à celle de la BPCO (broncho-pneumopathie chronique obstructive), maladie respiratoire chronique. »

Nous sommes en novembre. Pourquoi un quotidien s’intéresse-t-il, toutes affaires cessantes, à une publication scientifique de la fin du mois d’août ? Voici cette publication :  “Chronic electronic cigarette exposure in mice induces features of COPD in a nicotine-dependent manner”. Où l’on apprend qu’en exposant une heure par jour et pendant quatre mois des souris à un robot tenu pour reproduire les effets du vapotage on peut induire des lésions de certaines cellules du tractus respiratoire de ces rongeurs. Des résultats qui «  mettent en évidence les dangers potentiels de la nicotine par inhalation lors de l’ utilisation de l’e-cigarette ».

Nicotine pulmonaire délétère

Selon le Pr Thierry Chinet, chef du service de la pneumologie et oncologie thoracique à l’hôpital Ambroise-Paré (AP-HP) : « cette étude est très importante ». Il est cité dans Le Parisien :

 « Non seulement elle démontre que la cigarette électronique, utilisée par un million et demi de Français, peut ‘’être potentiellement toxique’’, mais, pour la première fois, que la ‘’nicotine peut avoir des conséquences délétères sur le poumon’’. Jusqu’alors, les médecins pensaient que seuls les produits de combustion, comme la fumée, étaient à l’origine des problèmes respiratoires.

 « Si ces premières pistes demandent à être confirmées, une deuxième étude américaine récente montre que l’e-cigarette ne serait pas un produit anodin. Trois mille adolescents non fumeurs du sud de la Californie, qui vapotent régulièrement, toussent davantage que les autres. Ces résultats confirment les inquiétudes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui demande de l’interdire aux mineurs. En France, c’est déjà le cas depuis juin 2013. »

Vingt ans d’attente

Le Parisien ne va-t-il pas, ici, un petit peu trop loin ?

« Cependant le Pr Thierry Chinet, spécialiste en pneumologie, souhaite rester prudent : ‘’Evidemment, il vaut mieux vapoter que fumer même si on manque de données’’. » Cet évidemment est admirable. « Il faudra attendre encore une vingtaine d’années pour avoir des certitudes » conclut Le Parisien. Où seront, alors, les fumeurs de tabac d’aujourd’hui ?

« On ne parle que du cancer mais, au fil du temps, trois à quatre fumeurs sur dix développent une BPCO, explique le Pr Bruno Housset, chef du service de pneumologie du centre hospitalier intercommunal de Créteil. Même s’ils arrêtent le tabac, leurs poumons sont détruits. » Dix-sept mille Français en meurent chaque année, soit quatre fois plus que les accidentés de la route.

Fumer pour la science

Ce n’est pas tout. Il faut aussi compter avec le site Futura-Sciences/Futura_Santé : « Moi(s) sans tabac : une machine fume des cigarettes pour la science » (sic). On y trouve une vidéo (trois minutes) titrée « Interview : les dangers de la cigarette électronique, par Paul Hofman ».

« Moins chère et peut-être moins toxique que le tabac, la cigarette électronique connait depuis quelques années un franc succès. Futura-Sciences est parti à la rencontre de Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et chercheur pionnier dans la détection du cancer du poumon, pour en savoir plus sur les risques de la cigarette électronique. »

 Et le Pr Hofman de reprendre le « moindre risque » de la cigarette électronique et l’antienne de la « porte d’entrée dans le tabac ». Le combat continue, donc, et avec lui des aveuglements (plus ou moins) volontaires. Dans les brouillards actuels comme dans ceux à venir l’essentiel ne doit pas être oublié : au-delà de la fin de l’addiction à la nicotine il s’agit de réduire, autant que faire se peut, les considérables et mortels risques inhérents à la consommation de tabac.

A demain

Une réflexion sur “La cigarette électronique et les vapoteurs victimes de nouvelles agressions médiatiques

  1. Non pas aveuglement, mais infractions que ces déclarations de la part des deux médecins cités.
    « Article R.4127-13 du code de la santé publique
    Lorsque le médecin participe à une action d’information du public de caractère éducatif et sanitaire, quel qu’en soit le moyen de diffusion, il doit ne faire état que de données confirmées, faire preuve de prudence et avoir le souci des répercussions de ses propos auprès du public. […] »
    Ce matin sur France Inter des journalistes s’interrogeaient des raisons de certains citoyens pour ne pas croire les articles de presse, sérieux, vérifiés, pondérés, et de se tourner vers l’Internet et ses algorithmes pour des informations alternatives de sources douteuses puisque non journalistiques… des fois certains ne voteraient même pas selon les sondages.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s