Gilbert Lagrue (1922-2016). Il fut un pionnier historique de la lutte contre le tabagisme

 

Bonjour

L’information a été donnée par la Dr Anne-Laurence Le Faou, présidente de la Société Française de Tabacologie : « J’ai la très grande tristesse de vous annoncer la disparition du Pr Gilbert Lagrue, qui a tant contribué au développement de la tabacologie en France ». Il allait avoir 94 ans.

Comment devient-on l’un des pionniers français de la lutte contre l’addiction au tabac ? Par des chemins bien détournés dont on retrouvera ici le détail. S’intéresser à ce parcours c’est redécouvrir une médecine aujourd’hui disparue. Dans les années 1950, Gilbert Lagrue fait grande partie de son internat et son clinicat ont été faits en pédiatrie dans le service du Pr Robert Debré. Un maître qui enseigne, aussi, le transfert des connaissances obtenues en laboratoire à la pratique clinique. Il connaîtra aussi un autre grand homme en blanc : Paul Milliez

Bannir le tabac et bien vieillir

C’est ainsi qu’il sera nommé chercheur à l’Inserm, où il exerce une activité de recherches clinique et expérimentale. Il est directeur de l’unité de recherche « Hypertension artérielle » de 1966 à 1973 et de l’unité de recherche « Néphropathies expérimentales et humaines » de 1971 à 1984. « PU-PH » il poursuit l’étude des maladies rénales, de l’hypertension artérielle, en se focalisant sur la prévention du risque vasculaire.

C’est via cette filière qu’il aide au fondement de la tabacologie et de la lutte contre le tabac en France : en 1977, il crée l’une des premières consultations d’aide à l’arrêt du tabac. Il ne cessera pas : travaux sur la dépendance tabagique ; marqueurs du tabagisme ; rôle des récepteurs nicotiniques ; thérapeutique avec la mise au point d’une stratégie personnalisée d’aide à l’arrêt du tabac, associant la pharmacothérapie et la thérapie cognitivo-comportementale.

À sa retraite en novembre 1991, il se consacre bénévolement à l’AP-HP, en s’intéressant notamment au tabagisme et au comportement des fumeurs. Il écrit aussi de plusieurs ouvrages généralistes, tous publiés chez Odile Jacob 1.  En 2013, âgé de 91 ans, il signe un formidable ouvrage sur le vieillissement et prodigue des conseils sur les trois piliers du « bien vieillir » : activité physique, nutrition et bannissement du tabac.

« Il a accueilli bien des stagiaires au sein du centre de tabacologie de l’hôpital Albert Chenevier et a encouragé nombre d’entre eux à créer des consultations sur le modèle de celle qu’il avait mise en place, notamment en impliquant les infirmiers et les psychologues dans la prise en charge de l’arrêt du tabac, précise Anne-Laurence Le Faou Son implication dans notre société a toujours été très contributive et il a communiqué puis participé à ses travaux jusqu’à ses 90 ans.  Enfin, il nous a confié les fonds de sa Fondation (…). Gilbert adorait la littérature, la poésie et l’histoire. Il avait des qualités humaines essentielles : une grande gentillesse, une modestie, une empathie et un formidable optimisme qui l’a porté toute sa vie. »

Un souvenir personnel

On nous permettra un souvenir personnel. Nous avions rencontré Gilbert Lagrue, pour Le Monde, en avril 1980 – nous venions alors d’entrer dans le temple de la rue des Italiens. Le tabagisme n’intéressait guère, alors, la presse généraliste – à l’exception notable du Monde et du Dr Claudine Escoffier-Lambiotte, responsable de la rubrique médicale. C’était une fatalité doublée d’un comportement accepté – tout sauf un esclavage addictif.

Il s’agissait alors de couvrir le symposium « Tabac ou santé » organisé par la Ligue nationale française contre le cancer à Paris et qui avait permis à différents spécialistes internationaux « de comparer leurs expériences et leurs résultats sur les tentatives existant actuellement pour permettre aux utilisateurs de tabac de cesser de fumer ». Extraits :

« À plusieurs reprises au cours du symposium, on a comparé le tabagisme aux grandes épidémies des siècles derniers. Si elle est valable à certains égards (la diffusion rapide du phénomène ou son caractère contagieux pouvant, en effet, simuler une épidémie infectieuse), cette comparaison pèche cependant sur un point : la possibilité laissée à chacun de s’y soustraire en décidant de ne pas commencer – ou de cesser – de fumer.

« En apportant les résultats des différentes tentatives réalisées pour transformer un fumeur en non-fumeur, les participants au symposium ont bien précisé qu’il n’y avait dans ce domaine ni technique ni résultats miracles.  » Il peut sembler paradoxal, a indiqué le professeur Gilbert Lagrue, chef du service de néphrologie de l’hôpital Henri-Mondor de Créteil,  » que l’on ne puisse obtenir de bons résultats alors que les sujets sont toujours volontaires « .

Cigarette électronique

« Les échecs peuvent être expliqués, selon lui, par le tabagisme ambiant, par la crainte de la prise de poids qui survient lors de l’arrêt du tabac et qui nécessite un régime, mais aussi et surtout par le phénomène de dépendance qui apparaît après quelques années d’utilisation du tabac, dépendance psychologique – la cigarette devenant un rite quotidien – mais également pharmacologique.  » C’est pourquoi il est urgent d’étudier les différents aspects de la pharmacodépendance à la nicotine, a-t-il ajouté de manière à mettre au point une substance qui atténue les signes cliniques – irritabilité, malaise, sensation de manque – dus à cette dépendance. « .»

Les regrets sont vifs, aujourd’hui, de ne pas avoir songé à retrouver Gilbert Lagrue pour lui demander comment il voyait la suite – à commencer par la cigarette électronique et la démission coupable et chronique des politiques.

A demain

1 Arrêter de Fumer ?, Odile Jacob, 1998 traduit en allemand et espagnol ; Comment arrêter de fumer ?, Odile Jacob, 2003 ; Les pratiques addictives, Odile Jacob, 2003 ; Alerte au Tabac et au Cannabis, Odile Jacob, 2008 ; Bien vieillir, c’est possible, je l’ai fait, Odile Jacob, 2013

Une réflexion sur “Gilbert Lagrue (1922-2016). Il fut un pionnier historique de la lutte contre le tabagisme

  1. On peut entendre son avis, très positif, sur le vapotage et son potentiel ici :

    On peut entendre l’avis de Mme Le Faou dans cette vidéo intitulée « La cigarette électronique – l’arrêt du tabac » publiée par l’Hôpital Européen Georges-Pompidou (AP-HP)

    (ah ben non en fait, il n’y pas que les politiques, ou peut-être souhaite-t-elle respecter à la lettre la loi de Marisol Touraine en censurant tout avis positif sur le vapotage)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s