Terrorisme : pour ou contre l’indemnisation de nos angoisses et de nos émotions ?

 

Bonjour

Fin de la séquence commémorations des « attentats du 13 novembre ». Rideau sur ces commémorations-perfusions médiatiques tenues pour être de nature à panser les plaies 1. Et, dans  Le Monde,  papier éclairant de notre consœur Pascale Robert-Diard ; analyse originale qui, en ces temps difficiles, ne manque pas d’une forme de courage : celui de ne pas courir avec les bienveillants ovins de Panurge : « Terrorisme et traumatisme : qui et jusqu’où indemniser ? »

L’affaire a été lancée, à la veille des cérémonies commémoratives, par plus de cent cinquante « avocats du barreau de Paris » – avocats fortement médiatisés car publiant un « Livre blanc » appelant à reconnaître (au-delà du « préjudice d’anxiété ») le « préjudice d’angoisse » des victimes directes de terrorisme et le « préjudice d’attente et d’inquiétude ». On trouvera ici ce document. Il s’agit, tout simplement, de convaincre les décideurs publics de franchir une nouvelle étape dans l’indemnisation ; de forger une réplique juridique et financière aux attentats de novembre 2015.

Les avocats ont des raisonnements imparables. Ils sont construits sur les pilotis du droit et les marées lunaires des jurisprudences. Ici,ils s’appuient sur celle née lors procès de l’accident d’Allinges (Haute-Savoie) : en 2008 la collision entre un car scolaire et un TER sur un passage à niveau avait tué coûté sept collégiens et provoqué, à divers degrés, des blessures chez quarante-neuf autres.

L’œil intrusif des médias

Cinq ans plus tard le tribunal correctionnel de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie) avait donné naissance à un préjudice spécifique ( dit « d’attente et d’inquiétude ») et qui visait (si l’on ose dire)  non plus seulement les victimes directes, mais les « victimes par ricochet » (« parents et les proches, restés pendant de longues heures dans l’incertitude quant à la gravité des blessures subies par leurs enfants, sous l’œil intrusif des médias » écrit Pascale Robert-Diard.

Les très nombreux signataires du « Livre blanc » relèvent que ce traumatisme particulier est a fortiori justifié pour les proches des victimes des attentats « quelle que soit l’issue de l’attente inquiète, que la victime directe soit vivante blessée psychique, physique ou décédée ». Qui et jusqu’où indemniser ? Les avocats propose un nouveau trébuchet – un algorithme juridique intégrant notamment le degré du lien affectif avec la victime, le moment de la connaissance de l’attentat et de la présence du proche sur les lieux, le vecteur de l’information … (Où l’on retrouve BFMTV-RMC comme générateur pathologique d’angoisse – augmentations en vue des tarifs publicitaires pour constitution de nouvelles provisions).

Vertige des quêtes réparatrices

« La dernière question est moins juridique ou financière que philosophique observe, dans sa sagesse, Pascale Rogert-Diard. Face à la tragédie des attentats, la solidarité de la nation est nécessaire. Mais jusqu’où cette quête vertigineuse de réparation sociale peut-elle aller, sans restreindre cette part substantielle de notre condition humaine qui est la solitude devant le malheur et l’indispensable capacité individuelle à affronter et à se relever ? »

Puis elle conclut sur ce paradoxe qui mériterait bien des colloques : « On ne saurait revendiquer l’indemnisation de ses émotions, sans faire reculer, dans le même temps, le droit de chacun à se préserver des incursions de la puissance publique dans sa vie privée. » Ouvrir la porte à l’indemnisation ? Qui ne voit que c’est, aussi,  l’ouvrir à George Orwell, à sa dystopie? C’est une porte qui, ensuite, se révèle généralement assez difficile à refermer.

A demain

1 Sur ce thème on se reportera au pédagogique et très pratique « Panser les attentats – pour ne pas céder à la peur » de Marianne Kédia docteur en psychologie clinique et psychothérapeute, spécialiste du psychotraumatisme (éditions  Robert Laffont). Vidéo de l’auteure.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s