L’addiction et ses enfers : voici le temps des patients experts diplômés de l’Université

 

Bonjour

Voilà un sujet qui aura du succès : le malade « sorti de la dépendance » et qui devient « expert » de cette dernière – expert, qui plus est, diplômé par l’Université. Un sujet d’avenir traité aujourd’hui dans les colonnes de l’antique Figaro (Pauline Fréour) : « Addictions: l’expertise reconnue des anciens malades ». Un sujet dans l’air du temps – un temps qui voit certains « hommes en blanc » battre médiatiquement leur coulpe pour ne pas avoir compris à quel point leurs  patients peuvent prendre en charge leur propre mal – et soutenir leurs frères en souffrance.

Reconstructions

Les faits ? « Une dizaine de personnes sorties de la dépendance viennent de recevoir le premier diplôme universitaire validant leur statut de ‘’patient-expert’’. » Des patients qui, ici, ont « connu les affres de la dépendance destructrice ». Une initiative de l’Université Paris Sud et du Fonds Actions Addictions qui consiste en une formation de «Reconnaissance des compétences du patient expert dans les addictions». Tout est expliqué dans un communiqué de presse : « Les patients experts : une nouvelle initiative pour renforcer la place des patients dans la prise en charge des addictions ».

Débouchés ouverts aux patients diplômés : accompagnement des patients dans les centres, les hôpitaux et les associations, formation professionnelle y compris de soignants, et représentation des intérêts des malades et de leurs proches auprès des instances décisionnaires (agences régionales de santé, hôpitaux…).

Le Figaro replace le sujet dans son contexte, celui de l’ensemble des maladies chroniques. Les premiers « Diplômes Universitaires en éducation thérapeutique » datent de 2009 (Université Pierre et Marie Curie) – une initiative de Catherine Tourette-Turgis.

Avoir ou ne pas avoir la niaque

« Ce DU donne les moyens d’intervenir pour améliorer le système de santé de l’intérieur», résume Catherine Tourette-Turgis. Plusieurs débouchés sont envisageables, dont certains sont en train d’être inventés: médiateur entre une population difficile à atteindre (comme les malades psychiatriques) et les soignants, éducateur thérapeutique pour apprendre à d’autres malades à être plus autonomes dans la gestion de leur pathologie, représentant des patients au sein de structures de décision (agences régionales de santé, hôpitaux…). Certains DU nécessitent d’avoir déjà un bac +2, d’autres pas. La motivation et la solidité des candidats sont évaluées sur entretien. « Ce sont des étudiants passionnants, explique Catherine Tourette-Turgis. La maladie, ça griffe, ça esquinte, mais ça donne aussi la niaque.»

Issue de l’occitan la niaque (ou gnaque) désigne généralement la combativité, le mordant. « L’avoir » c’est être capable de soulever des montagnes. Ou, parfois, de trouver le chemin, mal fléché, de la sortie des enfers.

A demain

2 réflexions sur “L’addiction et ses enfers : voici le temps des patients experts diplômés de l’Université

  1. Quand cessera la prostitution ( = se donner contre de l’argent ) de notre pauvre Université ? J’ai vécu de près, et dans la douleur, les tentatives de prise de pouvoir des associations d’anciens buveurs quand se constitua la Société française d’alcoologie dans les années 1980.

  2. « On marche sur la tête »
    Votre billet montre à quel point notre pays est devenu fou : pas de compétences en dehors de l’obtention d’un diplôme, d’un « papier ».
    C’est l’introduction de la négation des compétences diverses et variées de tout un chacun, parfois même de compétences de haut niveau.
    A l’heure où le diplôme de doctorat en médecine spécialité généraliste n’est plus « reconnu », cette information montre la maladie de notre société

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s