Les premiers canards français porteurs du H5N8 ont été abattus à proximité de Calais

 

Bonjour

L’infection était dans l’air. Début novembre le ministre français de l’Agriculture nous avait demandé de signaler tous les oiseaux morts que nous serions susceptibles de rencontrer. Des cas d’influenza aviaire hautement pathogène H5N8 avaient alors été détectés chez des oiseaux sauvages en Hongrie, en Pologne, en Allemagne, en Croatie, aux Pays-Bas, au Danemark – mais aussi également autour du lac de Constance, à la frontière entre la Suisse, l’Allemagne et l’AutricheStatistiquement il y a avait peu de chances que la France soit épargnée. Elle ne l’aura pas été.

Un premier cas d’influenza aviaire hautement pathogène H5N8 a été confirmé le 26 novembre sur la commune de Marck (Pas-de-Calais), sur vingt canards sauvages – des canards utilisés comme appelants pour la chasse au gibier d’eau. Précisions à celles et ceux qui ne sont pas familier de la chasse qu’un « appelant vivant » est un animal vivant destiné à attirer un animal –  pour le tuer ou pour le capturer.

Appelants abattus

A la frontière avec la Belgique les mesures de gestion ont été immédiatement mises en place par la Direction départementale de la protection des populations.

« La Direction a procédé à l’abattage de l’ensemble des appelants du site et également des appelants d’un autre site se trouvant à 4 km de Boulogne, qui avaient été en contact. Deux secteurs de surveillance renforcée dans les communes aux alentours ont été mis en place : dans ces secteurs, des visites  systématiques de vétérinaires vérifient l’application stricte des mesures de confinement et de biosécurité des élevages. »

« Le lieu de détention des oiseaux trouvés morts est situé au sein d’une zone dont le niveau de risque avait été réévalué et considéré comme élevé par arrêté ministériel du 16 novembre dernier, suite aux nombreux cas détectés en Europe tant au sein des populations d’oiseaux sauvages que d’élevages. La période de migration de certaines espèces joue certainement un rôle majeur dans la diffusion de ce virus. »

Enfin, et pour protéger autant que faire se peut le territoire national, le ministre de l’Agriculture rappelle à tout un chacun  l’importance de signaler toute mortalité d’oiseaux sauvages.

A demain

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s