Contre le tabac : l’«appel aux 100 000 soldats» ne mobilise pas comme prévu. Pourquoi ?

 

Bonjour

Fin septembre on entendait les roulements de tambours. Contre le scandale du tabac et l’incurie de la lutte contre le tabagisme.  Nous leur avions fait écho. Un mois plus tard où en sommes-nous ? Marisol Touraine claironne le succès du « Moi(s) sans tabac. On en reparlera. Mais où sont les tambours d’avant les vendanges ? C’est Michèle Delaunay, ancienne ministre et députée (Parti socialiste, Gironde) qui nous le dit. Mme Delaunay est aussi présidente d’« Alliance contre le tabac ».

Fin septembre les responsables de cette louable initiative visaient les 100 000 signatures. Un mois plus tard leur « Appel auprès des professionnels et acteurs de santé contre le tabac » n’a réuni que  5000 signataires. Mme Delaunay tente aujourd’hui d’insuffler une nouvelle dynamique à son alliance :

« Cet Appel comporte les engagements de ces professionnels et pose six questions précises aux candidats à l’élection présidentielle sur les mesures qu’eux-mêmes s’engagent à prendre s’ils sont élus. Comme à l’orée de chaque quinquennat, l’Alliance adressera ces questions à l’ensemble des candidats et publiera leurs réponses. Une forte mobilisation de tous les acteurs de santé ne manquera pas d’avoir un impact positif sur les engagements de ces candidats pour réduire la consommation de tabac (…)

 « Hélas à ce jour, les programmes ignorent la santé publique : il est du devoir des professionnels et des acteurs de la prévention de l’imposer dans le débat. L’Appel, soutenu par de nombreuses personnalités de tous bords, d’institutions publiques et d’associations, est dépourvu de tout caractère partisan. Il a pour objet de mobiliser pour la première fois l’ensemble des acteurs de santé dans un objectif de santé publique et de peser sur l’opinion et la décision publiques (…).»

On lit et on pressent que quelque chose ne va pas. C’est, comment dire, poussif. La cause est noble, l’addiction redoutable et l’incurie est grande. Il est certes du « devoir » des soignants de signer – mais  ils ne signent pas. La conscience du devoir ne suffit pas à l’accomplir. Cet immobilisme est d’autant plus étonnant que la société française est animée de nouveaux et troublants mouvements politiques, sociétaux. Et il surprend quand on mesure l’énergie que développent ces autres ennemis déclarés du tabac que sont les militants de la cigarette électronique 1 et (bras dessus, bras dessous) ceux de la réduction raisonnée des risques. Il y aurait là (si le slogan n’était pas pris) une « belle alliance populaire ».

Dans quelques mois peut-être ?

A demain

1 « L’Appel des 100 000 » n’est pas sans faire songer à « L’Appel des 1 000 vapoteurs » : « Cigarette électronique : Marisol Touraine soudain mise en demeure par mille et un vapoteurs » (Journalisme et santé publique. 19 janvier 2016)

 

Une réflexion sur “Contre le tabac : l’«appel aux 100 000 soldats» ne mobilise pas comme prévu. Pourquoi ?

  1. N’est-ce pas tout simplement un problème de confiance dans le pouvoir politique, dans le pouvoir « aux ordres » de la soit disant santé publique?
    Mettre en perspective les dernières décisions en matière de santé et l’avenir qui s’annonce, peut faire se dire « à quoi bon? »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s