Vaccinations et démocratie : Donald Trump, Michèle Rivasi, mensonges et supercherie

 

Bonjour

Que restera-t-il, demain, du grand œuvre médical du quinquennat socialiste, de cette pierre philosophale: la concertation sur la vaccination ? Pour l’heure de quels éléments disposons-nous ? 1. Des conclusions, on ne peut plus sèches, tirées par Marisol Touraine qui avait endossé cette entreprise voulue par Manuel Valls et confiée à Sandrine Hurel, ancienne députée (Parti socialiste, Seine-Maritime). 2. Du rapport rendu public mercredi 30 novembre par le Comité d’orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination. 3. De deux enquêtes d’opinion réalisées par deux jurys (l’un de « citoyens », l’autre de « professionnels de la santé »). 4. D’un site qui a recueilli un peu plus de 10 000 contributions – le tout disponible en ligne.

Tout cela partait de bonnes intentions : il s’agissait, plus d’un siècle après le triomphe de Pasteur et de ses élèves,  de restaurer la confiance de la population française envers les vaccins et la vaccination. Le politique avait voulu être original. Transparence et démocratie, éradication des conflits d’intérêts. Ce débat public avait été confié (par le pouvoir exécutif) à un « comité indépendant » de seize personnes émanant  de la « société civile », des « professionnels de santé », des « chercheurs en sciences humaines et sociales ». Le tout placé sous la présidence de deux personnalités tenues à juste titre pour incontestées chacune dans leur domaine : le Pr Alain Fischer, spécialiste réputé d’immunologie pédiatrique, et Claude Rambaud, responsable du Collectif interassociatif sur la santé (CISS). Débats pendant six mois. Pour quels résultats ?

Coup de théâtre

Il s’agissait (pour résumer) d’en finir avec les « obligations vaccinales » (diphtérie, le tétanos, et la poliomyélite) et de passer au stade, citoyen, des seules « recommandations vaccinales ». Des recommandations incluant, en outre, les vaccins contre coqueluche,  hépatite B, Haemophilus influenzae, pneumocoque, méningocoque C sans oublier rougeole, oreillons, et rubéole.

Or c’st un coup de théâtre sur la mécanique duquel il faudra se pencher : le comité préconise de rendre obligatoires ces vaccins pédiatriques et leurs rappels. Rendre obligatoire avant de lever l’obligation…. Pour faciliter la mise en œuvre de cette mesure initiale il préconise une prise en charge intégrale du coût des vaccins par le régime obligatoire de l’assurance-maladie, soit un montant d’environ 150 millions d’euros par an.

Marisol Touraine en revient-elle ? La ministre  a demandé à la Direction générale de la santé, à la Direction de la sécurité sociale et à Santé publique France « d’étudier ces propositions ». Elles devront par ailleurs « faire l’objet d’une évaluation juridique et financière » (que n’ont-elles déjà été faites ?). Puis elle « présentera sur cette base les mesures qu’elle entend prendre pour renforcer la confiance dans la vaccination ». Quand fera-t-elle cette présentation éminemment politique ? Le citoyen peut se poser la question.

Marcher sur des œufs

Un détail, repris par Le Monde (Pascale Santi) montre à quel point on marche ici sur des œufs. Le comité  propose aux parents qui ne souhaitent pas faire vacciner leur enfant une clause d’exemption, motivée par leurs convictions. Ils devront signer un document écrit, courant le risque de voir leur enfant refusé à la crèche ou l’école. Toutefois, si elle était trop utilisée, prévient Alain Fischer, « cette clause serait supprimée ».

La possibilité de lever totalement l’obligation vaccinale, comme dans de nombreux pays européens a été étudiée. Les avis sont partagés, mais « les conditions d’une telle suspension ne sont pas réunies ». La fin de l’obligation vaccinale est jugée trop risquée. L’objectif demeure, mais il est à atteindre « dans quelques années ».

Les réactions, prévisibles, ont été celles qui étaient attendues. Didier Lambert, porte-parole de la campagne « Pour des vaccins sans aluminium » dénonce avec virulence « un simulacre de démocratie ». Michèle Rivasi, député européenne (Europe Ecologie-Les Verts) fulmine – comme on peut le lire dans un communiqué. Et elle aborde un autre sujet :

« Le comité suggère « que le futur comité technique de vaccination de la Haute Autorité de Santé réexamine les indications et étendent aux jeunes garçons» la recommandation de vaccination du Gardasil et du Cervarix (les deux vaccins contre les papillomavirus -HPV). Ce projet est aberrant. Nous réclamons depuis des années, la mise en place d’un moratoire sur le Gardasil. Des indices inquiétants s’amoncellent, avec des dizaines de décès et des milliers de pathologies graves qui pourraient lui être imputables. La décision d’étendre la vaccination contre le papillomavirus doit être suspendue, et des études indépendantes sur l’opportunité de cette vaccination doivent être diligentées au plus vite. »

François Fillon, par précaution

Le Monde cite encore Anne Chailleu, présidente du Formindep, association qui ne se lasse pas de défendre « une formation et une information médicales indépendantes de tout autre intérêt que celui de la santé des personnes ». Elle craint que « la méthodologie biaisée » du comité « loin de rétablir la confiance, ait précisément l’effet inverse ». « Etendre l’obligation vaccinale ? C’est un aveu d’échec », poursuit-elle. Un aveu d’échec ? C’est bien possible. Mais pour qui ? On conseille, sur ce sujet, la lecture d’un papier éclairant sur le site Slate.fr 1 Il raconte la croyance du nouveau président des Etats-Unis dans le lien de causalité entre un vaccin pédiatrique et les syndromes autistiques : « L’élection de Trump annonce-t-elle la victoire prochaine des anti-vaccins? »

Ce texte pourrait intéresser ceux qui croient aux vaccins comme ceux qui n’y croient pas. En toute hypothèse on attend, sur la vaccination, les convictions de François Fillon. Par simple précaution.

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s