Greffes d’organes : une Agence de biomédecine devrait-elle financer de telles publicités ?

 

Bonjour

C’est une « vidéo-choc » de 155 secondes.  On peut la voir ici : « Déjà-vu 2 ». Du Grand Guignol revendiqué pour parler (aux jeunes) de la nécessité de donner ses organes. De l’absurdité au carré pour (pense-t-on) mieux toucher ceux qui (autour de 18 ans) n’ont connu que les écrans. Une caricature décharnée  du film premier degré, lui-même tiré de « Réparer les vivants ».

La vidéo est signée de la société « DDB Paris » : « La créativité est dans notre ADN, l’humain est notre source d’inspiration, la technologie est notre terrain de jeu »Tout est clichés : la bande de copains qui part en voiture camper en forêt, le  bruit étrange, le rôdeur-violeur, la jeune fille naïve les  coups de hache et les couteaux de cuisine, les cris stridents, la mort qui n’en est pas une.

Epouvantail mal ficelé

Alexander Kalchev, le directeur de création de DDB Paris, s’explique : « Il n’y a rien de plus inutile et agaçant que ces morts prévisibles. Sauf que, comme tout le monde, les personnages du film sont donneurs d’organes présumés. Parce que ça pour le coup, c’est utile. »

Utile ? Cette vidéo est la porte choisie et financée par l’Agence de biomédecine pour faire entrer dans un monde d’une particulière complexité : le don de ses organes. Nous faire comprendre que nous sommes tous des donneurs présumés (sauf à manifester de notre vivant que nous ne le sommes pas). Depuis le 19 novembre et jusqu’au 4 décembre, l’Agence mène une campagne nationale d’informations sur ce sujet éminemment sensible. Utile ? On voit assez mal en quoi cet épouvantail mal ficelé pourra aider à éclairer sur cette forme de solidarité biologique et citoyenne. Et on se gardera de demander combien il a coûté à la collectivité.

A demain

3 réflexions sur “Greffes d’organes : une Agence de biomédecine devrait-elle financer de telles publicités ?

  1. A la fin de la bande-annonce, la malheureuse héroïne de cette vidéo ne pourrait plus guère donner comme organes que ses cornées, à condition toutefois que son bourreau ne lui ait pas également arraché les yeux.
    Au nom de l’Union Des Chirurgiens de France (UCDF), je tiens en effet à préciser aux citoyens et citoyennes qui envisageraient de donner leurs organes à des fins d’implantation chez des patients en attente de greffe, qu’il est inutile de se présenter à l’hôpital le corps lardé de coups de couteau ou de hache.
    Même si les candidats à la greffe ont des organes usés, leur état de santé ne serait pas amélioré par la transplantation d’organes certes jeunes mais multi-perforés.

    Docteur Xavier GOUYOU BEAUCHAMPS
    sec gén de l’UCDF

    • L’Agence de biomédecine pourrait peut-être pendre utilement contact avec l’UCDF avant de valider de type de vidéo et de rémunérer leurs auteurs. On peut redouter le pire pour les vidéos à venir concernant, notamment, les incitations au don de gamètes.

  2. Cette video, que je découvre sur ce site, me heurte et me semble contre productive…
    Comment une agence avec autant de médecins dans son staff peut elle financer et laisser paraitre un tel document?
    J’ai été ,voilà quelques temps déjà,très impliqué dans les prélèvements d’organes et la transplantation et suis très choqué pour les raisons suivantes:
    Cette jeune fille n’est pas une donneuse potentielle puisqu’il n’y a pas de mort cérébrale mais des lésions multiples. Ceci laisse supposer que tout accident grave peut donner lieu à des prélèvements, pourvu que le pronostic soit irrémédiable.
    Les décès après actes meurtriers sont une cause( bien que possible) rarissime de prélèvements, mettant en cause le médecin légiste, une famille plus que meurtrie, des équipes médicales face à l’insoutenable, bref des situations où beaucoup accepteraient le refus de prélever d’où qu’il vienne…d’autant que les principaux organes semblent atteints comme le fait remarquer très justement notre collègue chirurgien.
    Croire que l’on peut promouvoir les prélèvements d’organes, vécus comme un acte violent avec une mutilation du corps, en ajoutant de la violence et un corps dont on assiste à la destruction « trash » est un non sens en terme d’image.
    Finalement ce film pourrait facilement, avec un commentaire différent, être utilisé pour une campagne contre les prélèvements….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s