Diabète : la supplique de la marquise de Cheverny au directeur de l’assurance maladie

 

Bonjour

Noblesse, troubadours, habits de soirée. Il y avait du beau linge, samedi 3 décembre, en l’orangerie du château de Cheverny (Loir-et-Cher). Et pour la bonne cause : un gala de bienfaisance au profit de l’association d’aide aux jeunes diabétiques (AJD). Trois cents personnes avaient payé leur écot. Le peuple n’était pas invité mais La Nouvelle République du Centre Ouest (Christophe Gendry) était là, qui traite le sujet par le menu : « Alain Souchon a du cœur » :

« Alain Souchon et son épouse Françoise sont très attachés au Loir-et-Cher où ils ont des racines familiales et où ils possèdent une maison depuis des décennies, au sud de Blois. Samedi soir, c’est donc en voisins qu’ils sont venus avec leurs deux fils, Charles et Pierre, au château de Cheverny où les maîtres des lieux, Constance et Charles-Antoine de Vibraye, organisaient un gala de bienfaisance au profit de l’association d’aide aux jeunes diabétiques.

« Le chanteur a donné un concert privé et interprété une dizaine de titres. Il a été rejoint sur scène par Philippe Lavil [ né Philippe Durand de la Villejegu du Fresnay], également loir-et-chérien d’adoption puisqu’il vit en partie près de Romorantin. Autres people présents lors de cette soirée : l’actrice Louise Bourgoin, le médiatique historien Franck Ferrand ou bien encore les hommes de télévision Jérôme Pitorin et Vincent Ferniot. »

Isaure, Eugénie et Maximilien

« Au-delà des sourires de cette soirée de fête », Constance de Vibraye a tenu à rappeler le quotidien difficile des jeunes diabétiques. Elle est elle-même concernée puisque ses trois enfants, Isaure, Eugénie et Maximilien souffrent du diabète de type 1.

Au côté du pédiatre Marc de Kerdanet, président de l’association et de plusieurs médecins concernés par le sujet, elle a profité de l’occasion pour lancer plusieurs messages. Retenons en un. Constance de Vibraye a demandé « qu’un appareil récemment apparu sur le marché et qui permet de scanner son taux de glycémie sans avoir à effectuer de prélèvement sanguin » (le « Free-syle ® libre papillon de chez Abbott ») soit pris en charge par l’assurance-maladie. Cet appareil est en vente chez le géant Abbott. Compter quelques centaines d’euros.

L’actuel gouvernement n’a pas encore songé à le faire rembourser par la collectivité. Que fera le suivant ? Que pense, sur ce point précis, Nicolas Revel ? Fils de l’académicien Jean-François Revel et de la journaliste Claude Sarraute, diplômé de l’ENA (promotion Gambetta 1993), Nicolas Revel a été (en même temps qu’Emmanuel Macron)  secrétaire général adjoint de la présidence de la République. Depuis 2014 il est directeur de la Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés.

Nous n’étions pas en l’orangerie de Cheverny, mais nous allons tenter de lui poser la question.

A demain

1 Lire, sur ce sujet, les commentaires et le témoignage éclairé de  Bertrand Burgalat sur ce blog : https://jeanyvesnau.com/2015/10/26/diabetiques-faites-comme-bertrand-burgalat-pour-mieux-vivre-votre-diabete-adoptez-free-style-de-chez-abbott/

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s