Il faut expérimenter l’usage thérapeutique de la lumière contre la maladie d’Alzheimer

 

Bonjour

Inefficaces et potentiellement dangereux les coûteux médicaments contre la maladie d’Alzheimer continuent d’être remboursés via la solidarité nationale. Cent cinquante millions d’euros par an en pure perte. Ainsi en a décidé Marisol Touraine qui, assurent les gazettes, va pulvériser le record de durée (cinq années) au ministère de la Santé. Une minuscule fraction de cette somme  permettrait de valider les conclusions d’un travail expérimental américain qui vient d’être publié dans la revue Nature . Un travail repris par la BBC : « ‘Flashing light therapy’ for Alzheimer’s ».

Cette étude a été dirigée par le Dr Li-Huei Tsai à la tête d’une importante équipe spécialisée dans l’étude de la dégénérescence cérébrale au sein du Massachusetts Institute of Technology. Elle a été menée sur des souris génétiquement modifiée de manière à souffrir d’une pathologie dont les lésions cérébrales sont l’exacte reproduction de celles observées dans la forme humaine de la maladie d’Alzheimer.

Stroboscopes de discothèques

Ces chercheurs établissent, en substance, que la projection d’une lumière intermittente (stroboscopique) dans les yeux de rongeurs  a pour effet d’induire très rapidement (en quelques heures) une involution des lésions pathologiques irréversibles (plaques amyloïdes) observées lors de la progression de la maladie dégénératives. Ce phénomène est la conséquence de fines modifications tissulaires cérébrales et d’une activation des cellules « détoxifiantes » et protectrices de la microglie. La lumière, en somme, luit.

La meilleure fréquence des clignotements potentiellement « thérapeutiques »  était, selon les auteurs de ce travail, de quarante par seconde soit un scintillement à peine perceptible, quatre fois plus rapide que ceux généré par les stroboscopes des salles de discothèque.

Les chercheurs estiment d’ores et déjà que cette approche, dénuée de risque, doit être expérimentée sur l’homme. Des demandes en ce sens ont été formulées auprès de la Food and Drug Administration américaine. Et la BBC explique qu’ils ont créé une société commerciale pour développer au plus vire une société capable de développer la technologie ad hoc.

 Lunettes thérapeutiques

«Nous sommes optimistes » a déclaré  le Dr Li-Huei Tsai. Ces chercheurs estiment que dans un futur proche les malades pourraient porter des lunettes spéciales ou être assis en face d’un dispositif émettant de la lumière pour recevoir des doses thérapeutiques de lumière stroboscopique. « Des études comme celle-ci sont utiles pour révéler de nouveaux processus impliqués dans la maladie d’Alzheimer et pour ouvrir de nouvelles voies pour de nouvelles recherches » a pour sa part  déclaré le Dr David Reynolds (Alzheimer’s Research, UK).

Nous sommes en décembre 2016. Les espoirs placés dans le développement de nouveaux médicaments s’écroulent 1. Rien n’interdit, d’un point de vue éthique, de mener de tels essais cliniques. La question sera-t-elle, en France, soulevée avant ou après la fin de l’actuel  quinquennat ?

A demain

1 « Le futur médicament contre l’Alzheimer ne sera jamais mis sur le marché (ni remboursé) » (Journalisme et santé publique, 23 novembre 2016)

 

 

 

 

 

Une réflexion sur “Il faut expérimenter l’usage thérapeutique de la lumière contre la maladie d’Alzheimer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s