«Parrains siciliens» et «putains académiques» le Pr Philippe Even radié de l’Ordre des médecins

 

Bonjour

Les pages se tournent, les étoiles pâlissent, l’Ordre condamne. Se souviendra-t-on, demain, que c’est le 13 décembre 2016 que le Pr Philippe Even, 84 ans, fut radié de l’Ordre des médecins. Certains de ceux qui, parmi ses élèves, l’ont connu au temps de sa gloire hospitalo-universitaire en parlent encore avec une indéfinissable émotion. D’autres, dont nous sommes, ne peuvent oublier la triste foucade médiatico-politique  de la ciclosporine-miracle du sida – octobre 1985.

Provocations en série

Trente et un ans ont passé. Laennec est devenu un enclos pour milliardaires. La chapelle est debout, certes, mais ne pointe plus le ciel. Et le Pr Even vient d’être radié d’un Ordre où il fut inscrit pendant un demi-siècle. Les pragmatiques diront qu’il l’a bien cherché. Les pragmatiques ont souvent raison.

L’histoire est d’une grande simplicité qui se réduit à une série de provocations. Il y avait d’abord eu, en tandem avec le Pr Bernard Debré, 72 ans (Les Républicains, Paris) une curieuse série de gros livres dénonçant les innombrables « médicaments inutiles ou dangereux ». Puis, en septembre 2015, sortit un pamphlet ciblé sur les statines : « Corruption et crédulité en médecine » (Cherche-Midi).

« Pourquoi les firmes pharmaceutiques fabriquent-elles des maladies qui n’existent pas ? Comment falsifient-elles les études de centaines de médicaments ? Comment l’industrie pharmaceutique est-elle devenue la plus riche du monde ? Les faits ici dénoncés sont violents. Avec l’aide d’un petit nombre de médecins universitaires déloyaux, à sa solde, sans qui elle ne pourrait rien, l’industrie pharmaceutique, devenue la première du monde, engrange des bénéfices colossaux. Infiltrée à tous les niveaux décisionnels nationaux et internationaux, politiques, administratifs, universitaires et médicaux, elle est aujourd’hui, selon l’ONU, hors de tout contrôle. »

Déconsidération de la profession

Tout n’était pas faux, mais tout était outrancier. L’ancien hospitalo-universitaire y associait certains de ses confrères à des  noms d’oiseaux, les qualifiant de « putains académiques » et de « parrains, au sens sicilien du terme ». Il en avait déjà fait beaucoup. Ici c’était trop. Pour l’Ordre, les propos tenus dans ce livre contrevenaient à l’article 31 du code de déontologie qui dispose que « tout médecin doit s’abstenir, même en dehors de l’exercice de sa profession, de tout acte de nature à déconsidérer celle-ci ». On peut lire ici ce qu’en écrivait, alors, le pudique Figaro.

La plainte de l’Ordre avait été enregistrée le 16 octobre 2015, quelques semaines après la décision du Pr Even d’être désinscrit du tableau ordinal.  Contacté par le Quotidien du Médecin, le radié définitif  (il ne fera pas appel) dit prendre l’affaire avec détachement. « Je suis retraité depuis l’an 2000, et je suis désinscrit, à ma demande, du tableau de l’Ordre. Cette radiation ne me fait ni chaud ni froid, et les procès qu’on me fait ne me concernent pas. Tout ce que je souhaite, c’est pouvoir continuer à écrire mes livres ».

Laennec n’est plus. On attend le prochain.

A demain

5 réflexions sur “«Parrains siciliens» et «putains académiques» le Pr Philippe Even radié de l’Ordre des médecins

  1. la prétendue défense de la déontologie et de l’éthique de l’Ordre des médecins n’est qu’un cache-misère pour contrôler la profession au service d’une idéologie corporatiste et conservatrice

    • Pouvez-vous préciser en quoi l’idéologie SCIENTIFIQUE qui sert de colonne vertébrale à la médecine du monde est devenue dépassée par les derniers acquis de la science fondamentale ? Là est le coeur du problème que personne ne veut regarder en face.

  2. Radier d’un Ordre quelqu’un qui a choisi volontairement de ne plus y être inscrit, on doit se taper sur les cuisses dans les campagnes restées conscientes de ce qu’un mouton n’est qu’un mouton, quoi qu’il bêle !
    Souvenir ému à Marx ( pas Karl, ni Alain de la molécule : Groucho) :  » Je n’accepterais jamais de faire partie d’un club qui me le demanderait » . Comprenne qui pourra.
    Mais vivent, dans l’ordre comme dans le désordre, tous les Philippe Even de tous les temps, de la race stimulante des décapeurs de cerveaux médicaux !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s