La France se grippe, la France est grippée. Combien de temps pour nous faire vacciner ?

 

Bonjour

« Confinés ! ».  On ne plaisante plus : une soixantaine de résidents de l’Ehpad de Vic-sur-Seille (Lorraine) sont confinés depuis le 18 décembre. Il s’agit de tenter de contenir au maximum l’épidémie de grippe qui a déjà touché quarante-deux des pensionnaires. La direction précise que le confinement a été décidé « en lien avec les services de l’Agence Régionale de Santé ». Il durera  jusqu’au 1er janvier, « parce que les derniers cas de grippe datent de vendredi ». La quarantaine en somme. Parmi les résidents touchés dans cet établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), certains ont été diagnostiqués comme porteurs du « virus A ». Quelques membres du personnel ont également été contaminés (en dépit des mesures prises). Etaient-ils vaccinés ?

La France se grippe. Sans même parler de la grippe aviaire (cinquante-deux foyers recensés dans le Sud-Ouest). Le ministère des Affaires sociales et de la Santé a demandé aux Agences régionales de santé (ARS) de « sensibiliser » les établissements accueillant des personnes âgées aux mesures de prévention et de contrôle de la grippe saisonnière. Il a notamment été demandé aux directeurs de ces établissements de « relancer la vaccination » chez les résidents et de bien rappeler les recommandations pour les personnels concernant les mesures barrières à adopter (lavage de mains, port du masque, réduction des contacts…).

Inexplicable précocité

« Relancer la vaccination » ? On est ici en pleine ambiguïté. Dans un communiqué diffusé ce 27 décembre la Direction Générale de la Santé appelle « à se faire vacciner rapidement », tout en rappelant qu’« il faut 15 jours en moyenne, après une vaccination, pour été protégé ». Dès lors que faire ? Dilemme cornélien, viral, médical et éminemment politique. Ne peut-on pas en savoir un peu plus ?

La France est grippée. L’épidémie s’étend désormais aux treize régions de la France métropolitaine, contre neuf il y a une semaine. Au 18 décembre, 66 cas graves nécessitant une réanimation et quatre décès liés à la grippe avaient été recensés. Il y a une semaine le réseau de surveillance Sentinelles indiquait que le seuil épidémique (171 cas pour 100 000 habitants) était dépassé à l’échelon national.

Selon l’Institut de recherche pour la valorisation des données de santé (Irsan), qui s’appuie sur des données fournies par SOS médecins entre le 20 et le 26 décembre, les virus grippaux ont infectés près de 255 000 personnes en France métropolitaine – une augmentation de 35,29 % par rapport à la semaine précédente.

Mémoire vaccinale

 « Après une épidémie de gastroentérite étonnamment précoce voici que la grippe, elle aussi, nous surprend par son arrivée dès la fin du mois de novembre. Cette situation est d’autant plus surprenante que la période de silence épidémique fut courte dans la mesure où la dernière épidémie de grippe s’est terminée très tardivement, fin avril », observe l’Irsan. Un phénomène que les spécialistes jugent « difficilement explicable ».

En dehors de la France, le niveau de l’incidence est en croissance ces dernières semaines au niveau européen. Selon les informations diffusées par l’OMS, c’est la première fois qu’une telle précocité est observée depuis l’émergence de l’épidémie de 2009 due au virus pandémique A(H1N1). Une épidémie d’assez sinistre mémoire vaccinale.

A demain

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s