Méningocoque : deux morts à Dijon. Qui refusera la campagne de vaccination ?

 

Bonjour

Les anti-vaccinaux sont cois. Le site du célèbre Pr Henri Joyeux ne dit rien. Il y a pourtant urgence sur le front vaccinal, avec cette alerte lancée par l’Agence Régionale de Santé (ARS) Bourgogne-Franche-Comté : « Cas d’infection invasive à méningocoque à Dijon : Les professionnels de santé appelés à la vigilance ». Alerte suivie d’une décision : après les décès de deux étudiantes par méningite à l’Université de Dijon, une campagne de vaccination sera lancée dès la rentrée de janvier 2017 à destination des élèves de la faculté de droit.

Les deux décès sont intervenus entre fin octobre et fin décembre. Un troisième cas n’a pas connu d’évolution fatale. Trois cas isolés mais une même souche de méningocoque W relativement rare en France pour laquelle il existe un vaccin, d’où la décision de l’Agence Régionale de Santé de lancer une campagne de vaccination auprès les étudiants dès la rentrée

Mourir avant le diagnostic

Dès le premier signalement, et pour chacun des cas d’infection, l’ARS explique avoir  procédé à la recherche des personnes ayant eu des contacts proches et répétés avec les étudiants – et ce pour leur recommander une prophylaxie antibiotique et une vaccination. Les professionnels de santé ont « été informés de cette situation, en vue d’une vigilance particulière vis-à-vis de patients présentant des signes évocateurs de la maladie » précise encore l’ARS.

Le méningocoque est un germe très fragile qui peut toutefois se transmettre via des gouttelettes de mucus lors de contacts assez proches. Malgré l’efficacité remarquable des antibiothérapies adaptées en cas de méningite il subsiste une mortalité de 10 à 15 %  due surtout aux méningococcémies fulminantes. La mort peut survenir en quelques heures, avant même que le diagnostic et le traitement puissent intervenir. C’est dire la nécessité et l’intérêt des campagnes de vaccination. Celle qui va commencer dans les premiers jours de janvier ne sera pas obligatoire 1. Quelles consignes donneront les militants anti-vaccinaux ? S’inquièteront-ils de la nature des adjuvants ? Quelles seront les recommandations du Pr Joyeux ?

A demain

1 Sur le thème de l’obligation vaccinale, de la médecine générale et du carnet de vaccination électronique lire l’entretien avec le Dr Luc Martinez, vice-président de la Société française de médecine générale dans le dernier numéro de La Revue du Praticien Médecine Générale (décembre 2016). Lire aussi : « Vaccinations : les préconisations de la SFMG ».

Une réflexion sur “Méningocoque : deux morts à Dijon. Qui refusera la campagne de vaccination ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s