Grippe aviaire : le gouvernement annonce le sacrifice d’un million de palmipèdes

 

Bonjour

En langage diplomatique on parle, face à « l’influenza aviaire hautement pathogène H5N8 » d’une « évolution de la stratégie de lutte pour éradiquer le virus dans les départements touchés ». En pratique cela se traduira par « un abattage de tous les palmipèdes en parcours extérieur d’une zone définie par le ministre en charge de l’agriculture,  incluant une partie des départements du Gers, des Landes et des Hautes Pyrénées ».

Sans atteindre celle de la Corée du sud (confrontée à une pénurie nationale d’œufs) la situation française est grave.  Depuis le début du mois de décembre 2016, 89 foyers d’infuenza aviaire H5N8 hautement pathogène ont été identifiés dans des élevages français en particulier dans la zone sud-ouest. Ce nouveau virus particulièrement agressif pour les élevages de volailles et se diffuse rapidement. La situation sanitaire évolue de façon différente selon les zones considérées : alors que certaines zones réglementées se stabilisent (notamment dans les départements du Tarn, de l’Aveyron et de Lot-et-Garonne), une zone concentrant la majorité des derniers foyers en date confirmés, incluant une partie des départements du Gers, des Landes et des Hautes-Pyrénées, n’est pas encore stabilisée.

Eradication

La puissante Direction générale de l’alimentation explique avoir réuni, aujourd’hui 4 janvier, les membres du Conseil national d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale. Ordre du jour :  discuter et valider une évolution de la stratégie d’éradication du virus. Conclusion :

« L’objectif de la stratégie de dépeuplement, qui a été validée, vient compléter les dispositions européennes déjà en place pour protéger les zones à forte densité d’élevages (notamment la zone de Chalosse) et empêcher la progression de la maladie dans les zones qui ne sont pas encore stabilisées.

« Ainsi, un abattage de tous les palmipèdes en parcours extérieur d’une zone définie par le Ministre en charge de l’agriculture, incluant une partie des départements du Gers, des Landes et des Hautes Pyrénées  va être opéré. Le principe est d’abattre rapidement les espèces les plus touchées à ce jour par le virus à savoir les palmipèdes prêts à gaver de cette zone. (…)

Du 5 au 20 janvier

« Devant l’urgence de stopper au plus vite la propagation de ce nouveau virus, les opérations d’abattage des palmipèdes concernés débuteront dès le 5 janvier et se termineront vers le 20 janvier. La réussite de cette stratégie repose sur la mobilisation de l’ensemble des professionnels de la filière, des vétérinaires et des services de l’État afin que les mesures de biosécurité les plus strictes soient appliquées.

 « Les opérations de dépeuplement seront financées par l’Etat.  Les services de l’Etat sont mobilisés pour aider les professionnels à faire face à cette nouvelle crise sanitaire. »

Aucun chiffre précis n’est donné quant au nombre de palmipèdes concernés mais on estime que celui d’un million peut être raisonnablement avancé. Aucun détail n’est fourni quant aux techniques utilisées pour « dépeupler ».

A demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s