Nouveau-né et vitamine D : les failles de la communication officielle, le regard de la BBC

 

Bonjour

Il arrive que la BBC s’intéresse à la France médicale. C’est le cas aujourd’hui avec l’affaire du nouveau-né mort après l’administration d’une dose d’Uvestérol D : ‘’French baby death linked to vitamin dose’’. Cela donne ceci qui, à quelques erreurs ou omissions près, est un bon résumé :

« France has acted to suspend the sale of a vitamin D supplement after the death of a newborn baby who suffocated hours after being given it. The 10-day-old baby had been given a dose of Uvesterol D, widely given to French children under the age of five to prevent vitamin D deficiency. France’s medical safety agency said there was a « probable link » to that particular supplement. But officials said there were many other products that could be used.

« Health Minister Marisol Touraine said children were not in danger by taking vitamin D supplements in general as « it’s the specific way the product is administered that poses risks ». She promised parents « transparent, objective and reliable information. » In a statement (in French), the national medical safety agency (ANSM) said « only Uvesterol D administered with a pipette is involved ». The product is not sold in the UK.

Orally through a plastic pipette

« The baby died at home on 21 December, apparently after being given a dose of the substance orally through a plastic pipette. It showed immediate signs of suffocation before dying two hours later of cardio-respiratory arrest. News of the baby’s death was not disclosed by France’s health authorities immediately but emerged in French media on Monday.

« ANSM said that in 2006 it had imposed measures to reduce risks from taking Uvesterol D after adverse effects became known. However, until December there had been no deaths since it went on the market in 1990, it added.

The supplement drip-by-drip

« French daily Le Monde has revealed that Uvesterol D has for years been at the centre of fears over how it has been ingested, with several cases documented of serious illness. The paper cited the oily nature of the substance as being different from other types of liquid vitamin D. The supplement’s producer Crinex changed the pipette in 2006 to prevent the liquid being administered too quickly.

« Then, in 2013, the medical safety agency urged parents to give the supplement drip-by-drip before feeding and ensure the baby was in a semi-sitting position. It also reduced the recommended dosage. In 2014, health journal Prescire called for an end to the use of Uvesterol vitamin supplements for newborn babies, complaining of half-measures and procrastination from both the company and the medical safety agency. »

Ainsi donc l’Uvestérol D n’est pas commercialisé au Royaume-Uni. Ce regard de la BBC témoigne du caractère éminemment français de cette affaire. Il souligne les atermoiements d’un système centralisé de pharmacovigilance qui, paradoxalement n’entend pas les faibles bruits du terrain. Un système jacobin perverti qui se replie brutalement sur lui-même quand il est directement mis en cause.

Garder le secret

Aucun responsable de l’ANSM n’est venu, publiquement, exposer de quoi il retournait. On comprend l’embarras. Il ne saurait pourtant justifier de telles failles dans la communication quand il s’agit, avant tout de rassurer des parents inquiets. Comment les rassurer par voie de communiqué ? Pourquoi le secret de la mort était gardé depuis le 21 décembre. Combien de temps l’aurait-il été sans la révélation du Figaro ? Pourquoi est-ce l’ANSM qui (une nouvelle fois) mène l’enquête sur une affaire mortelle qui la concerne au premier chef ?

Face à ces questions le laboratoire Crinex, dont la spécialité va être suspendue du marché, a adopté une attitude responsable et sans emphase – suffisamment rare pour être soulignée. Ses responsables disent « souhaiter que les autorités en charge de la sécurité du médicament fassent toute la lumière sur le décès du nouveau-né ». Ils espèrent « que l’enquête en cours permettra de mettre en lumière tout l’enchaînement des faits qui ont conduit à ce tragique événement ». Ils ne sont pas les seuls

A demain

2 réflexions sur “Nouveau-né et vitamine D : les failles de la communication officielle, le regard de la BBC

  1. Les Britanniques ont une culture du reporting des incidents et accidents graves en santé;ils pratiquent fort intelligemment l’épidémiologie et la gestion des risques sanitaires.En plus,ils communiquent au travers de la BBC…
    Ceci étant dit,il apparaît normal que l’ANSP décide en premier lieu de mener une enquête interne pour identifier d’éventuels dysfonctionnements dans l’organisation des Vigilances (remonte et traitements des informations;gestion des risques).Il appartient au ministère de la santé et bien-sûr aux parents du nouveau-né décédé de demander l’ouverture d’une information judiciaire.
    Ce sont là deux voies parallèles mais indépendantes pour comlprendre les faits et analyser les causes;au final, trouver un ou des responsables!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s