L’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris concède quelques lits de l’Hôtel-Dieu aux sans-abris

 

Bonjour

Etranges rapprochements éthiques et médiatiques. « C’est une jolie victoire pour les sans-abris parisiens qui, au cœur des journées les plus froides de l’hiver, ce week-end des 7 et 8 janvier, auront gagné une trentaine de lits d’hébergement, à l’Hôtel-Dieu, à Paris, qu’ils peuvent conserver jusqu’à fin mars, rapporte Le Monde (Isabelle Rey-Lefebvre) daté du 10 janvier. Deux initiatives se sont, par un heureux hasard, conjuguées pour ce résultat. »

Hasard ou fatalité ? Voyons ces deux initiatives. La première émane d’un urgentiste qui se situe dans le sillage caniculaire médiatique de son aîné Patrick Pelloux : le Dr Gérald Kierzek, stétho en sautoir. Depuis l’Hôtel-Dieu, hôpital de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) il tweete, le vendredi 6  janvier, :  » suis de garde ce soir (…), j’accueillerai au chaud – les – personnes qui en ont besoin « . Puis :  » il est inadmissible que des dizaines de lits au chaud soient vides, on pourrait soigner et accueillir « . Tweet assorti de photos de lits vides.

Insupportable hypothermie

« J’ai, vendredi, avec le SAMU, été porter secours à un SDF en hypothermie, à 28 degrés, raconte le docteur Kierzek, alors qu’on aurait pu prévenir cela, puisque, dans mon hôpital, je sais qu’il y a 80 lits vides ! C’est insupportable, comme si l’on avait oublié que dans “Assistance Publique” il y a le mot “assistance”. » Le Dr Kierzek n’a peut-être pas oublié non plus que l’actuel directeur général de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris sait ce qu’assistance veut dire. Et personne n’oublie, à Paris, qu’à l’ombre de Notre-Dame, l’Hôtel-Dieu accueille à bras ouverts, et depuis plus d’un millénaire, les grands miséreux de la capitale.

Chauffage dans l’aile Saint-Côme

Puis les choses s’emballent et c’est la deuxième initiative. Samedi 7 janvier, l’association Droit au logement (DAL) organise l’occupation d’une aile désaffectée du plus vieil hôpital de France, l’Hôtel-Dieu, sur le parvis même de Notre-Dame de Paris, par une trentaine de sans-domicile-fixe et mal-logés qui y ont passé la nuit du 7 au 8 janvier.

« On s’attendait à être expulsés très vite par les flics, mais ce sont les soignants CGT qui nous ont porté secours, nous procurant matelas, lits de camp, couvertures, puis la direction a accepté que nous nous installions dans l’aile Saint-Côme et y a rétabli le chauffage », expliquera Jean-Baptiste Eyraud, le porte-parole du DAL. Cela donnera ceci sur le site de l’AP-HP :

« Une trentaine de familles accompagnées de militants du DAL et de diverses organisations ont fait irruption dans les locaux de l’hôpital Hôtel-Dieu, AP-HP samedi 7 janvier après-midi aux environs de 16h. Le directeur du groupe hospitalier s’est immédiatement rendu sur place pour rencontrer les manifestants.

« Dans le cadre du plan grand froid, l’Hôtel-Dieu réserve des espaces pour l’accueil des publics sans abri. Sans attendre le déclenchement de ce plan, il a été décidé – en accord avec le Préfet de la Région Ile-de-France- d’ouvrir par anticipation des places d’hébergement d’urgence, au rez-de-chaussée de l’Hôtel-Dieu. Ces places d’hébergement d’urgence seront affectées par le 115 – Samu social de Paris. Les locaux concernés ont été retenus notamment parce qu’ils disposent d’un accès différencié, ce qui permet de ne pas perturber le bon fonctionnement de l’hôpital et de continuer à accueillir des patients dans de bonnes conditions.

« L’AP-HP continue de se mobiliser pour aider les pouvoirs publics et les associations à agir le plus efficacement possible pour la protection des personnes sans abri. (…)»

Onde de choc depuis le parvis

En coulisse le préfet d’Ile-de-France, Jean-François Carenco, et le directeur général de l’AP-HP, Martin Hirsch, ont trouvé un accord avec les nouveaux occupants de l’Hôtel-Dieu : l’AP-HP accepte de concéder l’aile Saint-Côme, gérée par l’association Aurore. Les sans-abris pourront rester ici jusqu’en mars. En avril il faudra être parti. Pourquoi ? « L’hôpital, en pleine réorganisation, ne sera pas vendu mais retrouvera une vocation médicale » dit Martin Hirsch, cité par Le Monde. Voici la réponse du porte-parole du DAL:

« Il y a beaucoup de locaux vides, notamment dans les établissements de soins dont la mission est l’hospitalité, et qui pourraient être mis à la disposition des mal-logés. J’espère que cette mobilisation à deux pas du kilomètre zéro du parvis de Notre-Dame va créer une onde de choc vers toute la France »

Plus généralement le DAL réclame au directeur général de l’AP-HP, à Mmes les ministre Cosse et Touraine, de mobiliser les centaines de milliers de m2 de locaux vacants dans les hôpitaux pour tous les sans -logis ».

A demain

Une réflexion sur “L’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris concède quelques lits de l’Hôtel-Dieu aux sans-abris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s