Les caméras de vidéosurveillance sur le point de franchir la porte des abattoirs de France

 

Bonjour

Il faut, ce matin, imaginer heureux  Olivier Falorni député ex-PS, Charente-Maritime. L’Assemblée nationale a, dans la nuit et de façon totalement inattendue, voté l’obligation d’installer des caméras de surveillance dans les abattoirs. Le gouvernement ne s’y est pas opposé. Si tout va bien (si la future majorité ne s’y oppose pas) cela se ferait à compter de l’an prochain.

Restera à traiter la question, hautement délicate, des abattages dits « rituels ». « Nous sommes en train de travailler avec les cultes » a fait savoir Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture et porte-parole du gouvernement.

Ainsi donc, à partir du 1er janvier 2018 (et après expérimentation) « des caméras [seront] installées dans tous les lieux d’acheminement, d’hébergement, d’immobilisation, d’étourdissement, d’abattage et de mise à mort des animaux ». C’est ici la suite du combat mené avec constance par l’association L214 et mis en scène par quelques médias dont Le Monde.  Les images-choc diffusées avaient suscité beaucoup d’émotion et poussé le gouvernement à bâtir un plan gouvernemental en faveur du bien-être animal.

Primaire de la gauche

Des députés avaient parallèlement travaillé le sujet, créé une commission d’enquête et rédigé une proposition de loi portée par le député Falorni et comprenant cette « mesure phare » sur les caméras dans les abattoirs. Leur victoire a été acquise malgré l’opposition de quelques députés de droite et du centre. Ces derniers pronostiquent déjà la mort des « petits abattoirs » incapables selon eux de s’acquitter de cette nouvelle charge.

Les minutes de l’Assemblée nationale retiendront que l’obligation d’installer des caméras a été adoptée par 28 voix contre 4. L’hémicycle était plus que dégarni : la France politique regardait alors d’autres images transmises par des caméras : celles du premier débat télévisé de la primaire de la gauche. Il n’y fut aucunement question de souffrances animales.

A demain

 

Une réflexion sur “Les caméras de vidéosurveillance sur le point de franchir la porte des abattoirs de France

  1. Comment ne pas vomir devant une résolution qui se préoccupe plus du sort de quelques animaux plutôt que des conditions de travail des employés..La violence faite aux animaux ne devrait elle pas conduire à se questionner sur la souffrance de ceux qui en sont les acteurs . Non vaut mieux en remettre une couche et les considérer comme des délinquants potentiels et installer un système dont la Stasi n’avait même rêvé .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s